Connect with us

Politique

Les candidats à l’élection présidentielle sommés de présenter un bilan de campagne

Le conseil constitutionnel a appelé aujourd’hui, dans un communiqué repris par l’agence officielle, les candidats à l’élection présidentielle du 12 décembre passé, à présenter un bilan financier de leur campagne.

Avatar

Published

on

© DR | Conseil constitutionnel

« Les candidats à l’élection présidentielle du 12 décembre 2019 sont tenus d’établir un compte de campagne », est-il spécifié par le conseil constitutionnel.

Le communiqué précise que ces bilans « selon leur origine et leur nature » devront « retracer l’ensemble des recettes perçues et des dépenses effectuées » et qu’ils seront déposés « auprès du Conseil constitutionnel ».

Se basant les dispositions de l’article 196 de la loi organique portant régime électoral, le conseil constitutionnel souhaiterait crédibiliser cette campagne électorale qui a été rejetée par une bonne partie des citoyens algériens donnant lieu à un peu plus de 60% du corps électoral qui a refusé d’aller voter et ont tourné le dos à ce « passage en force voulu et organisé par le système ».

Dans un autre registre, et afin d’éviter les scandales mis au jour par le procès du financement de la campagne pour le « 5e mandat » de Abdelaziz Bouteflika, qui a soulevé une grande polémique et la stupéfaction de la société, le Conseil constitutionnel réclame le « sceau et la signature d’un expert comptable ou d’un commissaire aux comptes agréé » sur les comptes de campagne afin garantir la véracité des chiffres déclarés.

Les chiffres mirobolants annoncés lors du procès qui a vu défiler des hommes d’affaires ainsi que des ministres, tous impliqués dans le staff de campagne du président déchu, ont conduit à cet état de fait qui oblige le Conseil constitutionnel d’exiger des bilans authentifiés et retraçant « selon leur origine et leur nature les recettes dûment justifiées, ainsi que les dépenses appuyées de pièces justificatives », déclare le communiqué.

Cette démarche du Conseil constitutionnel devra être suivie d’effets, car ces lois qui existaient sous les gouvernements précédents, n’ont pas empêché de mener aux scandales qui n’ont éclaté que sous la pression du Hirak.

Pour rappel, d’autres lois exigeaient des membres des gouvernements passés de faire leur déclaration de patrimoine avant leur prise de fonctions. Qu’en est-il après leur départ ?

Politique

Restitution des crânes de 24 martyrs : l’avion atterrit à Alger, les cercueils transportés au Palais de la Culture

Yasmine Marouf-Araibi

Published

on

© DR |

L’avion transportant les restes mortuaires de 24 martyrs de la résistance populaire, conservés depuis plus d’un siècle et demi au Musée d’histoire naturelle de Paris, a atterri vendredi à l’aéroport international Houari Boumediene à Alger.

Les restes mortuaires seront transportés au Palais de la Culture où les citoyens pourront leur jeter un dernier regard samedi 4 juillet avant leur enterrement le 05 juillet au carré des martyrs au cimetière d’Al Alia.

La cérémonie d’accueil , diffusée en direct sur la télévision nationale, s’est déroulée en la présence du Président Abdelmadjid Tebboune et de hauts cadres de l’Etat dont le président du Conseil de la Nation par intérim, Salah Goudjil, le président de l’Assemblée populaire nationale, Slimane Chenine, le Premier ministre Abdelaziz Djerad , le Chef d’état-major de l’ANP, le Général-major, Saïd Chanegriha , le Général d’armée, Commandant de la Garde républicaine Benali Benali.

Les restes mortuaires appartiennent notamment à Cherif Boubeghla, Cheikh Ahmed Bouziane, chef de l’insurrection de Zaatcha, Cherif Bou Amar Ben Kedida, Si Mokhtar Ben Kouider Al-Titraoui et d’autres de leurs frères, dont un jeune résistant d’à peine 18 ans de la tribu de Beni Menasser, nommé Mohamed Ben Hadj, avait indiqué Abdelmadjid Tebboune en annonçant leur restitution  lors de la cérémonie de remise de grades et de médailles aux officiers de l’Armée nationale populaire (ANP), jeudi, à l’occasion du 58e anniversaire de la fête de l’indépendance et de la jeunesse.

Continue Reading

Politique

Les restes mortuaires des martyrs de la résistance populaire seront inhumés dimanche au Cimetière d’El Alia

Yasmine Marouf-Araibi

Published

on

© DR |

Les restes mortuaires des 24 martyrs de la résistance qui seront rapatriés ce vendredi à bord d’un avion militaire des Forces armées en provenance de France seront enterrés le dimanche 5 juillet au carré des martyrs au cimetière d’El Alia à Alger, informe la télévision nationale.

L’avion militaire chargé de les rapatrier atterrira à l’aéroport international Houari Boumediene cet après midi. Le Président Abdelamdjid Tebboune sera présent sur les lieux pour superviser la cérémonie de réception.

Avant leur enterrement le 05 juillet au carré des martyres au cimetière d’El Alia , les restes mortuaires seront transportés au Palais de la Culture où les citoyens pourront leur jeter un dernier regard, informe la même source.

L’annonce de la restitution des restes mortuaires a été faite jeudi par Abdelmadjid Tebboune lors
de la cérémonie de remise de grades et de médailles aux officiers de l’Armée nationale populaire (ANP), à l’occasion du 58e anniversaire de la fête de l’indépendance et de la jeunesse.

Parmi les restes mortuaires rapatriés sont ceux de Cherif Boubeghla, Cheikh Ahmed Bouziane, chef de l’insurrection de Zaatcha, Cherif Bou Amar Ben Kedida, Si Mokhtar Ben Kouider Al-Titraoui et d’autres de leurs frères, dont un jeune résistant d’à peine 18 ans de la tribu de Beni Menasser, nommé Mohamed Ben Hadj, avait indiqué Abdelmadjid Tebboune.

Les restes mortuaires des 24 martyrs étaient jusqu’au là conservés au Musée d’histoire naturelle de Paris.

Continue Reading

Politique

Mohcine Belabbas appelle à la libération de tous les détenus sans “distinction”

Yasmine Marouf-Araibi

Published

on

© DR | Le président du RCD, Mohcine Belabass

Le Président du Rassemblement pour la culture et la démocratie (RCD), Mohcine Belabbas, a réagi jeudi à la libération de certains détenus du Hirak en disant que “ce subterfuge ne trompe personne” et que seule la libération de tous les détenus sans “distinction” peut constituer le signal d’une prise de conscience chez les dirigeants.

Pour le Président de parti, ces décidons “bien que restrictives, rendues publiques aujourd’hui sont les bienvenues, notamment, pour ces détenus et leurs familles”.

Cependant, estime-il, “par ces décisions, le pouvoir a clôturé aujourd’hui son opération de communication dans laquelle il feint de montrer une disponibilité à l’apaisement en relâchant certains acteurs injustement incarcérés pour leurs opinions. Ce subterfuge ne trompe personne”.

C’est pourquoi, Mohcine Belabbas souligne que “seuls, un acquittement suivi d’une réhabilitation de tous les détenus politiques et d’opinions sans distinction aucune et la cessation des arrestations pourront constituer un signal d’une prise de conscience des dirigeants sur le fait que la répression, les atteintes aux libertés ou la violence ne sont jamais venu à bout de la détermination du peuple à vivre dans une Algérie libre et démocratique”.

Des détenus d’opinion et figures du mouvement de contestation populaire ont été libérés jeudi notamment les militants Karim Tabbou, Samir Belarbi et l’activiste Amira Bouraoui.

Continue Reading

Tendances

INTER-LIGNES

GRATUIT
VOIR