Connect with us

Monde

Les “anticorona” de nouveau réunis au coeur de Berlin

Avatar

Published

on

Plusieurs milliers d’opposants au port du masque et aux mesures de restrictions contre la pandémie de Covid-19 s’apprêtent à défiler à nouveau samedi à Berlin, dans un contexte de résurgence de l’épidémie en Allemagne.

Intitulé “fête de la liberté et de la paix”, l’ événement auquel sont attendus quelque 22.000 participants, rassemblant “libres penseurs”, militants antivaccins, conspirationnistes ou encore sympathisants d’extrême droite, constitue le second du genre en un mois et inquiète les autorités. Une foule très mélangée, de toutes classes d’âge, y compris des familles avec enfants, se rassemblait samedi matin autour de l’emblématique porte de Brandebourg, point de départ de la manifestation qui doit débuter vers 09H00 GMT.

Quelque 3.000 policiers étaient sur place. “Je ne suis pas un sympathisant d’extrême droite, je suis ici pour défendre nos libertés fondamentales”, tient à préciser Stefan, Berlinois de 43 ans, crâne rasé, portant un T-shirt gris avec écrit en majuscules blanches: “penser, ça aide!”.

“On est là pour dire: il faut faire attention! Crise du coronavirus ou non, il faut défendre nos libertés”, indique à l’AFP Christina Holz, une étudiante de 22 ans, qui porte un T-shirt réclamant la libération de Julien Assange, fondateur de Wikileaks détenu au Royaume-Uni.

Grogne

La municipalité de la capitale allemande a d’abord interdit mercredi la manifestation pour “raison de santé publique”: l’impossibilité à ses yeux de faire respecter les distances d’au moins 1,5 mètre entre manifestants.

Mais le tribunal administratif, saisi en référé par les organisateurs, leur a finalement donné raison vendredi. Ses organisateurs devront veiller à ce qu’une distance minimale soit bien respectée entre manifestants.

Le port du masque ne sera en revanche pas obligatoire. Vendredi soir, quelque 1.500 manifestants se sont déjà réunis pacifiquement devant la porte de Brandebourg. Une précédente manifestation du même type avait déjà réuni le 1er août quelque 20.000 personnes appartenant majoritairement à la sphère d’extrême droite. Elle avait été interrompue par la police car les manifestants n’avaient pas respecté les gestes barrière.

Ce rassemblement intervient dans un contexte de grogne croissante dans l’opinion allemande à l’égard des restrictions liées à la pandémie. Et ce même si l’Allemagne a plutôt mieux résisté que ces voisins, et que les restrictions pour lutter contre le nouveau coronavirus n’ont jamais été aussi strictes qu’en France ou en Italie par exemple.

L’initiateur de la manifestation, Michael Ballweg, un entrepreneur en informatique sans étiquette politique à la tête du mouvement “Penseurs non-conformistes-711” apparu à Stuttgart, a décrit la tentative d’interdiction comme une “attaque contre la constitution” allemande défendant le droit d’expression.

Ses partisans s’insurgent contre la “dictature” des mesures autour du nouveau coronavirus ressenties comme une entrave à leur liberté. Ils exigent la chute du gouvernement d’Angela Merkel et de nouvelles élections en octobre 2020, soit un an avant la date prévue.

Contre-manifestations

Plusieurs figures d’extrême droite ont appelé à rejoindre la manifestation et se sont félicitées qu’elle puisse se tenir. Un député de l’Alternative pour l’Allemagne (AfD), Leif-Erik Holm, a parlé sur Twitter d’une “victoire pour la liberté”.

Plusieurs organisations de gauche ont quant à elles appelé à des contre-manifestations. Samedi, “il sera important que nous montrions qu’il ne peut y avoir de tolérance pour les racistes, les antisémites, les extrémistes de droite et les nazis”, a asséné Anne Helm, dirigeante de la section berlinoise du parti de gauche radicale Die Linke.

Comme de nombreux pays européen, l’Allemagne est également confrontée ces dernières semaines à une reprise de la pandémie, avec en moyenne quelque 1.500 nouveaux cas déclarés chaque jour. Samedi, l’institut de veille sanitaire RKI a fait état de 1.479 nouvelles infections en 24h.

La chancelière Angela Merkel a indiqué vendredi s’attendre à une évolution de la pandémie “encore plus difficile” dans les prochains mois. Cette dégradation ces derniers jours, en partie imputée au retour de vacances, a poussé les autorités à prendre de nouvelles mesures de restriction comme la limitation des rassemblements privés ou la mise en place d’amendes pour non-port du masque, là où il est obligatoire

Monde

Coronavirus: plus d’un million de décès dans le monde

Yasmine Marouf-Araibi

Published

on

Le nombre de décès liés à la pandémie de coronavirus a dépassé dimanche la barre d’un million, selon un bilan établi par l’AFP.
Plus de 32,9 millions de cas ont été officiellement diagnostiqués depuis le début de l’épidémie, dont au moins 22,5 millions sont aujourd’hui considérés comme guéris, selon la même source.

6 millions de cas en Inde

L’Inde a dépassé lundi la barre des 6 millions de cas. Le pays recense entre 80.000 et 90.000 nouvelles infections chaque jour. Il compte près de 100,000 cas de décès.

Le Bénin renforce les mesures sanitaires

Le gouvernement béninois a décidé de renforcer les mesures barrières contre la pandémie de COVID-19 à l’occasion de la rentrée scolaire pour l’année 2020-2021, a affirmé ce dimanche à Cotonou Salimane Karimou, ministre des Enseignements maternel et primaire.

Il précise qu’il s’agit, entre autres, l’obligation du port du masque pour tous les usagers (apprenants, enseignants, divers personnels de soutien), le lavage des mains et le respect de la distance de sécurité sanitaire d’au moins un mètre entre les personnes.

Australie: Le couvre-feu à Melbourne prend fin

Insaturé depuis deux mois pour endiguer la propagation du coronavirus, le couvre-feu pris fin lundi à Melbourne en Australie. Ceci intervient après la baisse du nombre de cas. En effet, seulement 5 nouveaux cas ont été enregistrés ces dernières 24h soit le nombre le plus bas depuis juin dernier.

Plus de 35,000 décès en Afrique

Le nombre de cas confirmés de COVID-19 sur le continent africain s’est élevé samedi à 1.444.318 avec un bilan supérieur à 35.000 décès, a indiqué le Centre africain de contrôle et de prévention des maladies (CDC Afrique).

Avec AFP et APS

Continue Reading

Monde

Coronavirus: le point sur la pandémie

Avatar

Published

on

Nouveaux bilans, nouvelles mesures et faits marquants: un point sur les dernières évolutions de la pandémie de Covid-19 dans le monde.

Premier salon de l’auto post-pandémie en Chine

La foule s’est pressée samedi au grand salon automobile de Pékin — le seul événement international du secteur cette année — au moment où les constructeurs automobiles cherchent de nouveau à attirer les clients malgré la crise du coronavirus.

Près d’un million de morts

La pandémie du nouveau coronavirus a fait au moins 993.438 morts dans le monde depuis que le bureau de l’OMS en Chine a fait état de l’apparition de la maladie fin décembre, selon un bilan établi par l’AFP à partir de sources officielles samedi à 11h00 GMT.

Plus de 32,6 millions de cas d’infection ont été officiellement diagnostiqués depuis le début de l’épidémie, dont au moins 22,3 millions sont aujourd’hui considérés comme guéris.

Les États-Unis sont le pays le plus touché tant en nombre de morts que de cas, avec 204.486 décès. Viennent ensuite le Brésil avec 141.406 morts, l’Inde avec 93.379 morts, le Mexique avec 75.844 morts et le Royaume-Uni avec 41.936 morts.

Le Pérou a dépassé samedi la barre des 800.000 cas confirmés, pour 32.142 morts.

Vaccins: Les capacités de l’Inde vont aider “toute l’humanité”

L’Inde, qui est le plus grand fabriquant de vaccins au monde, utilisera ses ressources dans la lutte contre la pandémie de Covid-19 “pour toute l’humanité”, a promis samedi devant l’ONU son Premier ministre Narendra Modi.

Pour un accès libre aux vaccins

Lors de l’Assemblée générale annuelle des Nations Unies, l’Amérique latine et l’Australie ont appelé à la solidarité des grandes puissances, via notamment un accès libre aux futurs vaccins, alors que les Etats-Unis, l’Europe et le Japon ont déjà réservé plus de la moitié des doses prévues dans un premier temps.

Pas d’ouverture des stades en Italie

Les stades italiens ne doivent pas accueillir davantage de supporteurs que le millier actuellement autorisé, ont estimé samedi les experts chargés de conseiller le gouvernement italien.

Chute des recettes touristiques en Tunisie

La Tunisie a enregistré durant les neuf premiers mois de 2020 une baisse de 60% de ses recettes touristiques, essentielles pour son économie, a indiqué samedi le ministre du Tourisme, tandis que beaucoup d’hôtels fermés pendant la crise sanitaire pourraient ne pas rouvrir.

Incidents à Londres

Dix personnes ont été arrêtées et quatre policiers blessés samedi à Londres lors d’une manifestation qui a rassemblé des milliers d’opposants aux restrictions prises au Royaume-Uni face à la résurgence du nouveau coronavirus, a annoncé la police.

Forte hausse des cas de contamination à Rangoun

Rangoun, capitale économique et plus grande ville de Birmanie, est confrontée à une flambée du nombre de cas de contamination au nouveau coronavirus, le corps médical, déjà débordé par la situation, craignant des milliers de nouveaux cas dans les prochains jours, ont rapporté samedi des médecins et les medias.


Augmentation du taux de positivité en France

a France a enregistré plus de 14.000 nouveaux cas de Covid-19 en 24 heures, un chiffre en légère baisse par rapport aux dernières 48 heures, mais le taux de positivité continue d’augmenter, selon les données publiées samedi soir par Santé publique France.

Manifestation à Jérusalem malgré l’isolement

Des milliers de manifestants anti-Netanyahu se sont rassemblés samedi soir devant la résidence à Jérusalem du Premier ministre israélien après les tentatives du gouvernement de limiter les rassemblements dans le cadre d’un durcissement des mesures anticoronavirus.

Continue Reading

Monde

Liban: le Premier ministre désigné renonce à former un nouveau gouvernement

Achour Nait Tahar

Published

on

Le Premier ministre libanais désigné a annoncé samedi renoncer à former un nouveau gouvernement pour remplacer celui qui a démissionné après la gigantesque explosion meurtrière au port de Beyrouth le 4 août, rapporte l’AFP.

N’ayant parvenu à former un gouvernement, Moustapha Adib s’est retirer de son poste de premier ministre. “Je m’excuse de ne pas pouvoir poursuivre la tâche de former le gouvernement”, a déclaré Moustapha Adib lors d’une allocution télévisée, après de longues négociations pour choisir une équipe gouvernementale approuvée par les différentes forces politiques rivales du pays.

Le président français Emmanuel Macron avait insisté lors de sa visite au Liban le 4 août, sur la nécessité de former un gouvernement de spécialiste pour mener des réformes urgentes.


Continue Reading

Tendances

INTER-LIGNES

GRATUIT
VOIR