Connect with us

Politique

Le Sydicat des journalistes français apporte son soutien aux journalistes algériens

Le Syndicat national des journalistes français a voté à l’unanimité une motion de soutien aux journalistes algériens, lors du congrès national, tenu hier à Biarritz, dans le sud-ouest de la France.

Farid BOUHATTA

Published

on

La police a procédé, aujourd'hui, 28 février, à l'interpellation de plusieurs journalistes venus manifester à la place de la Liberté de la Presse, à Alger, pour réclamer la liberté de l'information et exprimer leur rejet du système mis en place.
© INTERLIGNES | Des journalistes interpellés lors d'une manifestation à la place de la liberté à Alger

“Les journalistes du SNJ (première organisation de la profession en France et membre fondateur de la Fédération Internationale des Journalistes), réunis en Congrès à Biarritz, affirment leur soutien confraternel aux journalistes algériens et appellent au respect de la démocratie et à la liberté d’informer”, peut-on lire dans le communiqué de presse, rendu public.

Le syndicat rappelle que : “Depuis 34 semaines, les citoyens algériens manifestent chaque vendredi pour réclamer davantage de démocratie et de pluralisme. Après avoir été empêchés de couvrir les défilés, après avoir eux-mêmes témoigné de la censure qu’ils subissaient, les journalistes des médias publics ont finalement pu faire leur métier et mieux exercer leur liberté d’informer”.

Il est à souligner que, depuis début octobre, “les professionnels de l’information sont de nouveau victimes d’intimidations: arrestations arbitraires pendant l’exercice du métier, interrogatoires interminables, matériel saisi…”.
Il rappelle également que “certains bureaux de presse sont fermés et mis sous scellés”.

Les vidéos des manifestations sont considérées, selon le SNJ, comme “subversives”, les écrits sur les réseaux sociaux donnent lieu à des inculpations pour « incitation à attroupement » et « atteinte à l’intégrité et l’unité du territoire ».

Pour rappel, plusieurs journalistes subissent des pressions depuis le début du mouvement populaire. Le correspondant de la chaîne Al Mayadine en Algérie, Sofiane Merakchi est placé sous mandat de dépôt après une perquisition dans les locaux de la chaîne à Alger. Sofiane Merakchi, ancien journaliste de la radio, également producteur pour les chaines France 24 et RT, est accusé d’avoir fourni des images de la manifestation de vendredi dernier à des médias étrangers dont la chaîne qatarie Al Jazeera.

Le correspondant de la chaine Russia Today (RT) à Alger Hamza Aggoune a été blessé à la main alors qu’il couvrait la manifestation des étudiants qui se déroule chaque mardi.

Politique

Abdelmadjid Tebboune préside lundi une réunion du Haut conseil de sécurité

Yasmine Marouf-Araibi

Published

on

© DR | Réunion du Haut Conseil de sécurité sur le Coronavirus

Abdelmadjid Tebboune, présidera, ce lundi 03 août, une réunion du Haut conseil de sécurité, indique un communiqué de la Présidence rapporté par l’APS

“Le Président de la République, chef suprême des Forces Armées, ministre de la Défense nationale, Abdelmadjid Tebboune, présidera, lundi matin, une réunion du Haut conseil de sécurité”, indique un communiqué de la Présidence d la République.

Continue Reading

Politique

Tribunal de Oued Souf: le détenu Ayoub Azaoui libéré

Yasmine Marouf-Araibi

Published

on

© DR |

Le détenu Ayoub Azaoui sera libéré ce lundi après avoir été relaxé de l’accusation de “publications Facebook pouvant porter atteinte à l’unité nationale” et condamné à 200 000 Da d’amende pour “atteinte à la personne du président de la République”, selon le comité national pour la libération des détenus (CNLD).

Arrêté le 12 mai et placé sous mandat de dépôt le lendemain, le procès d’Ayoub Azaoui s’est déroulé le 27 juillet.

Lors du procès qui s’est tenu au tribunal de Oued Souf., le parquet avait requis 10 ans de prison ferme à l’encontre de l’activiste.

A noter que l’activiste est poursuivi dans une seconde affaire qui remonte à son arrestation le 11 décembre dernier et dont le verdict est attendu pour le 10 août.

Dans cette affaire Ayoub Azaoui est poursuivi avec Hamza Sahraoui, Chouib Fathiza, Ahmed Hadad, Fawzi Nid, Ahmim Lemdjahed et Ali Bekicha pour “incitation à attroupement”, “atteinte à l’unité nationale” et “atteinte à l’intégrité du territoire national”.

Lors du procès qui s’est aussi déroulé le 27 juillet, le parquet a requis 5 ans de prison ferme et 100 000 Da d’amende.

Notons également que les prévenus ont bénéficié d’une liberté provisoire depuis le 2 Janvier dernier dans le cadre de la deuxième affaire.

Continue Reading

Politique

Cour de Tipasa: Le procès en appel de Zahir Keddam renvoyé au 24 août

Yasmine Marouf-Araibi

Published

on

Le procès en appel du détenu Zahir Keddam, devant s’ouvrir ce lundi 3 août à la Cour de Tipasa, a été renvoyé au 24 août, informe le comité national pour la libération des détenus (CNLD).

L’activiste a été condamné le 23 juin dernier à une année de prison ferme avec mandat de dépôt par le tribunal de Cheraga.

Selon le comité national pour la libération des détenus (CNLD), Zahir Keddam est poursuivi pour “incitation à attroupement non armé” et “publications pouvant porter atteinte à l’unité nationale”.



Continue Reading

Tendances

INTER-LIGNES

GRATUIT
VOIR