Le RND passe aux aveux : «l’Algérie a été gérée par des force non-constitutionnelles et le 5ème mandat était une grave erreur»

Crédit photo:DR

Le parti de l’ancien premier ministre, Ahmed Ouyahia, le RND, passe aux aveux. Après plus d’un mois de mobilisation populaire contre le système et contre le maintien du chef de l’Etat à la tête du pouvoir, le porte-parole de cette formation, Seddik Chihab, jette un véritable pavé dans la mare puante du pouvoir.

 

Il fait des aveux graves sur la gestion des affaires du pays durant le 4ème mandat du président Bouteflika et reconnait l’erreur faite de présenter la candidature du président Bouteflika, très malade.

 Invité, mardi dernier, sur le plateau de la chaîne privée, El Bilad, Seddik Chihab dénonce l’emprise des forces «non-constitutionnelles» sur le pays durant les six dernières années. «Il y a des forces qui sont gênées par les partis. Il s’agit de forces non structurées. Des forces non-constitutionnelles, non organisées, etc. Elles sont partout. L’Algérie a été dirigée par ces forces durant au moins ces cinq, six ou sept dernières années», lance le deuxième homme du RND et bras droit de son secrétaire général, Ahmed Ouyahia.

Selon lui, «ces forces sont gênées par la présence des partis politiques, de l’opposition et du pouvoir». «Pensez-vous qu’il est possible de faire la démocratie sans les partis ? Nous nous sommes trompés. Nous avons manqué de perspicacité. Mais je dois dire qu’il y avait un climat, une atmosphère et un entourage qui nous ont poussés dans cette direction», déclare-t-il, avouant au passage que son parti «n’était d’accord avec l’idée du 5ème mandat».

Selon lui, «tout ce qui est décidé vient du président. Mais (pour savoir qui décide réellement) faites venir quelqu’un de la présidence qui sait (…) Le RND n’est pas au courant de ces détails. Nous sommes un parti discipliné. Nous avons des engagements pris avec le président de la République pour le soutenir (…) mais encore une fois ne connaissons pas ces détails ».

L’idée du 5ème mandat, rappelons-le, a été lancée depuis le début de l’été 2018. Le RND et les partis de l’Alliance présidentielle, composée aussi du FLN, du MPA et de TAJ, ont entamé la campagne, prématurément, pour reconduire le chef de l’Etat. Ahmed Ouyahia avait aussi nargué, à plusieurs reprises, l’opposition qui dénonçait le contrôle du pouvoir par des forces occultes.

Adsence Milieu article