Le recteur invoque un ordre des services: Nacer Djabi interdit à l’université de Batna

Le sociologue et chercheur au CREAD, Nacer Djabi fait une nouvelle fois les frais d’une interdiction. Devant animer, ce matin à l’université de Batna, une conférence autour de son dernier ouvrage « Les mouvements amazigh en Afrique du Nord », le professeur a été informé à la dernière minute de la décision.

Crédit photo: DR | Le sociologue et chercheur au CREAD, Nacer Djabi

Le sociologue et chercheur au CREAD, Nacer Djabi fait une nouvelle fois les frais d’une interdiction. Devant animer, ce matin à l’université de Batna, une conférence autour de son dernier ouvrage « Les mouvements amazigh en Afrique du Nord », le professeur a été informé à la dernière minute de la décision.

 

 

Adsence Milieu article

Invité par l’association culturelle Tamazgha Aurès forum (ACTAF), Nacer Djabi a du annuler sa conférence. « J’ai été invité par une association culturelle, ACTAF, qui organisait certaines activités dont des conférences sous le patronage du Haut commissariat à l’Amazighité (HCA) », affirme Nacer Djabi. Et d’ajouter : « le vice-recteur est venu voir les organisateurs pour les informer de la décision du recteur. Selon lui, sur injonction des services de sécurité, la conférence de Nacer Djabi doit être interdite ».

« provocation »

Pourtant, la vielle, le sociologue avait donné une première conférence au théâtre régional et il y a dédicacé aussi son livre. Pourquoi interdire cette conférence ? « On n’en sait rien.  Yennayer est fêté officiellement. Les activités de l’association sont tenues sous l’égide de du HCA. Le livre aussi est une étude comparative faite dans le cadre du programme du Cread (Centre de recherche en économie appliquée pour le développement). Cette interdiction relève de la provocation », soutient-il.

En décembre 2017, Nacer Djabi a fait aussi l’objet d’une interdiction au niveau de la faculté des sciences politiques d’Alger où il a été invité pour prendre part à un forum. Mais à la dernière minute, les organisateurs, des étudiants, ont dû s’excuser auprès de lui en l’informant que la conférence a été interdite.