Connect with us

Politique

Le RCD dénonce « l’intensification de la répression » et alerte du risque de « paralysie »

Published

on

Pas de changement du nom du RCD. Le parti gardera son sigle, au moins, pour les cinq prochaines années. La proposition, faite par la commission des statuts de rebaptiser le parti au nom de « Les Progressistes », n’a pas fait l’unanimité au sein des congressistes et elle a été retirée. Le congrès, dont les travaux se poursuivent | rcd ne changera pas de nom
© DR | RCD : Mohcine Belabbas élu pour un deuxième mandat

Le Rassemblement pour la Culture et la Démocratie (RCD) a dénoncé ce samedi 24 avril, en marge d’une réunion mensuelle, « l’intensification de la répression, des arrestations et des condamnations à l’encontre des militants » en prévision des élections législatives prévues le 12 juin.

Alors que la répression contre les militants politiques s’accentue ces derniers jours avec l’emprisonnement des militants et les arrestations qui se succèdent jour après jour, le RCD estime que, le système vise, à travers ces pratiques, « à faire imposer sa feuille de route électorale ».

« À chaque passage en force pour imposer sa feuille de route électorale, le pouvoir intensifie la répression et les arrestations arbitraires de manifestants pacifiques, de journalistes dans l’exercice de leur métier et de tous ceux qui osent exprimer une opinion libre », a indiqué le parti dans un communiqué transmis à notre rédaction.

L’arrestation du mineur Said Chetouane qui a suscité une vague d’indignation auprès de l’opinion publique étonne le parti de Mohcine Belabbes. « Même les mineurs ne sont pas épargnés ». Suite à cette affaire, un groupe de 5 activistes ont été écroués dans une affaire jugée par le tribunal de Sidi M’hamed comme « criminelle ». Une semaine après, au moins 22 activistes sortis manifester le samedi ont été aussi placés en détention préventive.

« C’est la raison pour laquelle le RCD exige « la libération immédiate de tous les détenus d’opinion et réitère avec la plus grande fermeté sa condamnation des pratiques de torture et exige que les auteurs et les commanditaires soient identifiés et condamnés et pour que plus jamais aucun Algérien ne soit humilié au sein des institutions de l’Etat », a écrit le parti de Mohcine Belabbes.

Dans le même sens, le RCD évoque la condamnation de l’islamologue Said Djablekhir à trois ans de prison ferme sans mandat de dépôt pour “atteinte aux préceptes de l’Islam”. « Depuis ce 22 avril, le pouvoir ajoute à son palmarès la condamnation de Saïd Djabelkhir à 3 ans de prison ferme pour une lecture d’un précepte de l’islam contraire à l’orientation obscurantiste », a dénonce le parti.

Malgré les tentatives du pouvoir pour « imposer sa feuille de route », le RCD asssure que « l’élection législative programmée pour le 12 juin prochain connaîtra la même désaffection que le peuple a réservée aux scrutins précédents ». D’ailleurs, ce nouveau rendez-vous électoral que le RCD boycotte, « ne fera que prolonger le processus de non légitimation des institutions entamé le 12 décembre 2019, aggraver la défiance des populations et risque de plonger le pays dans l’inconnu ».

« Déflagration sociale »

Sur le plan socio-économique, le parti estime que « l’absence de perspective d’une véritable relance économique conjuguée à l’incompétence de l’exécutif et son incapacité à apporter des réponses claires et efficaces aux préoccupations de la population font qu’aujourd’hui tous les ingrédients d’une déflagration sociale sont réunis ».

Dépréciation « fulgurante de la monnaie nationale », flambée des prix et dégradation du pouvoir d’achat, pertes d’emploi et grèves dans plusieurs secteurs, ce sont entre autres, les indicateurs qui suscitent, selon le RCD, « une inquiétude réelle ».

Se basant sur tous ces arguments, le RCD de Mohcine Belabbes alerte de la situation, car« Il est clair qu’elles s’intensifieront et risquent de provoquer, à très court terme, la paralysie du pays », a déploré le parti, poursuivant que « le pouvoir en assumera seul les conséquences ».

En conclusion, « le RCD continuera à œuvrer avec toutes les forces soucieuses de l’avenir du pays à l’action unitaire et à la construction du rapport de force nécessaire pour l’avènement d’une transition indépendante qui pilote un processus constituant, seul à même de garantir l’expression de la souveraineté du peuple algérien pour la construction d’une Algérie libre, démocratique et apaisée pour laquelle se sont sacrifiés les meilleurs de ses enfants ».

Continue Reading
Advertisement
Comments
INTER-LIGNES

GRATUIT
VOIR