Connect with us

Société

Le professeur Mehyaoui appelle les algérien à se faire vacciner

Published

on

Le professeur Riad Mahiyaoui, membre du comité scientifique chargé de la lutte et du suivi de la pandémie Covid-19 en Algérie, a assuré que les effets secondaires graves des vaccins sont “très rares” et a appelé les algériens à “sauver des vies humaines” en se faisant vacciner.

Dans un entretien avec le journaliste Ahcene Chameche, le professeur Mahiyaoui a tenté de rassurer les algériens concernant l’efficacité des vaccins adoptés par les autorités algériennes, à savoir le russe Spoutnik V, anglo-suédois AstraZeneca et le vaccin chinois Coronavac.

Affirmant que “tous les vaccins qui ont été adoptés et agréés par l’Organisation Mondiale de la Santé sont des vaccins qui ont eu un cahier de charges, qui ont été étudiés scientifiquement, qui sont passés par tous les stades des essais cliniques, des études et observations “. Le professeur trouve que “c’est une innovation, une prouesse scientifique d’avoir élaborer des vaccins en si peu de temps”.

En réponse aux méfiances des algériens envers les vaccins, le membre du comté scientifique souligne “tout vaccin a des effets secondaires qu’ils soient mineurs, modérés ou majeurs” donnant l’exemple du vaccin antigrippe.

AtraZeneca, “le mal-aimé”

Le docteur Mahiyaoui a appelé les algériens à se faire vacciner pour “sauver des vies humaines“. Au sujet du vaccin anglo-suédois, le professeur regrette le fait que ce dernier “soit un mal-aimé” et rappelle qu’il “a été acheté par millions de doses” et “utilisé sur plus de 200 millions de personnes“.

Et d’ajouter: “ce qui est positif, c’est que certains effets secondaires sont très rares au vu de millions de vaccinés, on a presque 0,002 % d’effets secondaires graves qui surviennent“, affirme le médecin notant que “les bénéfices et le risque de ce vaccin AstraZeneca penche de façon très importante la balance vers les bénéfices“.

Pour rappel, le vaccin AstraZeneca a été au centre d’une polémique mondiale suite à ses effets secondaires qui ont suscité beaucoup d’inquiétudes. Les effets secondaires en question sont des caillots sanguins (thromboses) voire des décédés surtout chez les personnes âgées, ce qui a poussé plusieurs pays européens à la suspension du vaccin tandis que d’autres ont changé les critères de son administration. C’est le cas de la France qui l’a limité aux personnes âgées de 55 ans et plus avant de recommander d’opter pour un vaccin différent lors de la seconde dose.

En Algérie, où le vaccin est administré depuis le début février dernier, les spécialistes ont estimé que “la balance penche plus vers l’efficacité que vers le risque”.

Continue Reading
Advertisement
Comments
INTER-LIGNES

GRATUIT
VOIR