Suivez-nous

Monde

Le procès de l’assassinat du guide français Hervé Gourdel reporté au 18 février

Yasmine Marouf-Araibi

Publié

le

© DR | le ressortissant français Hervé Gourdel, décapité en 2014 par un groupe terroriste en Algérie

Le procès de l’assassinat du guide français Hervé Gourdel décapité en 2014 par un groupe de terroristes dans les monts de Djurdjura a été reporté au 18 février, selon l’AFP. Il devait s’ouvrir ce jeudi 4 février au tribunal de Dar El Beida à Alger, sept ans après les faits.

Selon l’AFP, qui cite un document du tribunal, 14 personnes sont poursuivies dans cette affaire dont 8 ravisseurs présumés ainsi que des hôtes et des accompagnateurs algériens.

Les cinq randonneurs algériens qui accompagnaient Hervé Gourdel devront également comparaitre devant le tribunal, selon l’AFP. Arrêtés avec lui mais libérés au bout de quatorze heures, la Justice leur reproche d’avoir tardé à informer de l’enlèvement du ressortissant français et de ne pas avoir informé les autorités algériennes qu’ils hébergeaient un étranger.

Le Français Hervé Gourdel, avait été enlevé le 21 septembre 2014 avant d’être décapité le 24 du même mois par Jund al-Khilafa (Les Soldats du Califat) un groupe djihadiste affilié à l’Etat islamique.

Les ravisseurs avaient menacé de l’exécuter dans les 24 heures suivant son enlèvement si la France maintient sa décision d’intervenir militairement en Irak. La menace exécutée, la décapitation a été filmée et diffusée sur le net.

Une vaste opération de ratissage avait été engagée, après l’enlèvement, par les forces de l’Armée Nationale Populaire (ANP). 

L’un des terroristes ayant orchestré ce crime a été neutralisé par un détachement spécial de l’ANP, fin décembre de l’année 2014, dans la ville d’Isser, à l’est de la wilaya de Boumerdes. Il s’agit d’Abdelmalek Gouri, chef présumé du Jund al-Khilafa.

Un autre terroriste capturé par l’ANP avait donné des informations sur le lieu où était enterré le corps de Hervé Gourdel. Il a été retrouvé trois mois après son assassinat soit en janvier 2015 dans la région d’Abi Youcef, au sud de la wilaya de Tizi Ouzou. La dépouille, déterrée et identifiée, a ensuite été rapatriée en France.

Ledit terroriste capturé, Abdelmalek Hamzaoui, devrait lui aussi comparaitre devant la Justice algérienne. Il est poursuivi, selon l’AFP, pour « enlèvement, torture et meurtre avec préméditation », ainsi que pour la « création et [l’]organisation d’un groupe terroriste armé ».


Lire la suite
Publicité
Commentaires
INTER-LIGNES

GRATUIT
VOIR