Connect with us

Politique

Le pouvoir trahi par ses actes : Construire la « nouvelle République » avec les anciennes pratiques

Melissa NAIT ALI

Published

on

© INTERLIGNES | Pancarte face aux policiers, sur laquelle est mentionné "Pouvoir assassin".

La dernière sortie de la wilaya d’Alger est étrange à plus d’un titre. Pour la première fois depuis l’avènement du multipartisme et du pluralisme politique, un wali décide de s’ingérer directement dans le fonctionnement des partis politiques et de leurs sièges.

Le wali d’Alger croit, en effet, opportun d’adresser, via un officier de police, une sorte de « note » au RCD lui demandant de fermer son siège régional d’Alger durant les journées de vendredi. Selon les responsables du parti de Mohcine Belabbas, l’agent qui s’est présenté au siège du parti sis rue Didouche Mourad a demandé au chef du bureau régional (B.R.) d’Alger de cesser « les activités extra-partisanes ».

Pour seul argument avancé, les responsables de la wilaya d’Alger invoquent « des désagréments causés aux voisinages ». Jusqu’à preuve de contraire, la wilaya d’Alger n’a reçu aucune plainte des voisins qui, au contraire, soutenaient tous les hirakistes qui venaient sur les lieux depuis le début du mouvement populaire. En tout cas, le wali d’Alger, ou ses services, viennent de porter atteinte à la loi qui garantit la liberté de l’action d’une formation politique. «Le parti politique œuvre à la formation de la volonté politique du peuple dans tous les domaines de la vie publique en : contribuant à la formation de l’opinion publique, prônant la promotion d’une culture politique authentique, en encourageant la participation active des citoyens à la vie publique, formant et préparant des élites aptes à assumer des responsabilités publiques, proposant des candidats aux assemblées populaires locales et nationales, veillant à établir et à favoriser des rapports de proximité permanents entre le citoyen et l’Etat et ses institutions ; œuvrant à promouvoir la vie politique et discipliner ses pratiques et à ancrer les valeurs et les composantes fondamentales de la société algérienne, notamment les valeurs de la révolution du 1er Novembre 1954, en œuvrant à la consécration de l’action démocratique et de l’alternance au pouvoir et à la promotion des droits politiques de la femme, en œuvrant à la promotion des droits de l’Homme et des valeurs de la tolérance », stipule l’article 11 de la loi sur les partis politiques.

Selon l’article 45 du même texte, « le parti politique agréé exerce librement ses activités dans le cadre de l’ordre constitutionnel, du caractère républicain, des dispositions de la présente loi organique et de la législation en vigueur ». Comment vouloir édifier une « Nouvelle République » en reconduisant les pratiques du même système ? Pourtant, le mouvement populaire en cours, depuis bientôt une année, ne demande qu’une rupture radicale avec l’ancien système et ses actes.

Continue Reading
Comments
INTER-LIGNES

GRATUIT
VOIR