Connect with us

Business

Le pouvoir de tutelle sur l’ANSEJ conféré au ministre de la micro-entreprise

Yasmine Marouf-Araibi

Published

on

Le Premier ministre Abdelaziz Djerad a décidé de conférer le pouvoir de tutelle sur l’agence nationale de soutien à l’emploi des jeunes (ANSEJ) au ministre de la micro-entreprise, des start-up et de l’économie de la connaissance, Yacine Djeridene, selon un décret ministériel paru au dernier numéro du journal officiel.

“Le pouvoir de tutelle sur l’agence nationale de soutien à l’emploi des jeunes, est conféré au ministre de la micro-entreprise, des start-up et de l’économie de la connaissance”, indique le décret ministériel.

“La dénomination de « ministre chargé du travail et de l’emploi » est remplacée par celle de « ministre de la micro-entreprise, des start-up et de l’économie de la connaissance » dans toutes les dispositions du décret exécutif n° 96-296 du 24 Rabie Ethani 1417 correspondant au 8 septembre 1996, modifié et complété, portant création et fixant les statuts de l’agence nationale de soutien à
l’emploi des jeunes”
, ajoute la même source.

Advertisement
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Business

France : 20 compagnies aériennes dont Air Algérie assignées en Justice

Yasmine Marouf-Araibi

Published

on

Crédit photo: DR | Avion

Vingt compagnies aériennes dont Air Algérie, Air France, Royal Air Maroc et Tunisair, sony assignées en Justice en France par l’association française de consommateurs UFC-Que Choisir pour non-remboursement des billets des vols annulés, rapporte ce mardi l’AFP.

Cette procédure, faut-il rappeler, intervient après la mise en demeure envoyée en avril dernier par UFC-Que choisir à 57 compagnies aériennes.

“C’est une violation flagrante de la réglementation européenne, qui dit que lorsqu’une compagnie aérienne annule un vol, elle doit procéder dans les sept jours à un remboursement des passagers”, avait expliqué Raphaël Bartlomé, responsable du service juridique de UFC-Que choisir à France Inter.

En effet, la législation européenne prévoit qu’en cas d’annulation, le voyageur doit se voir proposer soit un nouvel itinéraire, soit un remboursement. Ce dernier reste la règle, et peut se faire sous forme d’un avoir mais seulement avec l’accord du consommateur, a rappelé la semaine passée la Commission européenne.

Or “certaines compagnies font croire aux consommateurs que la situation particulière de pandémie leur permettrait de ne proposer qu’un bon d’achat. D’autres acceptent de rembourser leurs passagers mais en suspendent le paiement jusqu’à une date indéterminée, voire après la fin de la crise sanitaire”, dénonce UFC-Que Choisir.

Toutefois, si l’association a mis en demeure 57 compagnies , elle a finalement décidé d’en assigner 20 devant le tribunal judiciaire de Paris. “Les principales” selon elle, en “cessation d’agissement illicite”, selon elle.

Ainsi, les compagnies visées sont Air France, KLM, Transavia, Ryanair, Vueling, Lufthansa, Turkish Airlines, Emirates, Royal Air Maroc, Tunisair, Air Algérie et TAP Air Portugal mais aussi Volotea, Air Caraïbes, Norwegian, Air Austral, Air Europa, Air Corsica, Corsair et Air Transat.

Continue Reading

Business

Début des négociations Londres-Washington sur un accord commercial post-Brexit

Avatar

Published

on

© DR | Le préisdent américain Donald Trump avec le Premier ministre britanique Boris Johnson

Le Royaume-Uni et les Etats-Unis débutent mardi leurs négociations en vue d’un accord de libre-échange “ambitieux” après la période de transition post-Brexit qui s’achève à la fin de l’année.

La ministre britannique chargée du Commerce international, Liz Truss, et le représentant américain au Commerce, Robert Lighthizer, vont commencer par vidéoconférence ce premier cycle de négociations prévu pour durer environ deux semaines, chaque équipe disposant d’une centaine de négociateurs.

Le Premier ministre britannique Boris Johnson, fervent partisan du Brexit, a de longue date vanté les possibilités commerciales qu’ouvre selon lui la sortie de l’Union européenne, en particulier avec son allié américain.

Mais l’opposition craint qu’un nouvel accord de libre-échange avec les Etats-Unis se fasse au détriment des normes en matière d’environnement et d’alimentation, avec l’arrivée de poulets au chlore ou de boeuf aux hormones américains dans les étals britanniques.

Des inquiétudes ont également surgi quant à la possible privatisation de parties du service public de santé britannique, le NHS (National Health Service), malgré les démentis répétés du gouvernement.

“Nous voulons conclure un accord ambitieux qui ouvre de nouvelles opportunités pour nos entreprises, génère plus d’investissements et crée de meilleurs emplois pour les gens partout tout le pays”, a déclaré Liz Truss dans un communiqué.

Les échanges commerciaux entre les deux pays représentaient 220,9 milliards de livres (253 milliards d’euros) l’an dernier. Les exportations vers les Etats-Unis comptaient pour près de 20% des exportations britanniques, selon un rapport du gouvernement. L’objectif est d’augmenter les échanges entre les deux pays de 15,3 milliards de livres à long terme, par rapport à 2018.

Cette première session de négociations sera suivie d’autres toutes les six semaines environ, pour l’instant menées à distance en raison de la pandémie de nouveau coronavirus.

Les pourparlers seront dirigés par Oliver Griffiths, directeur des négociations avec les Etats-Unis au ministère britannique du Commerce international, et par Daniel Mullaney, représentant adjoint au Commerce américain pour l’Europe et le Moyen-Orient.

Au menu des discussions, le commerce des biens et services, le commerce numérique, l’investissement et le soutien aux PME.

Parallèlement, le Royaume-Uni, qui a quitté officiellement l’Union européenne le 31 janvier après 47 ans d’un mariage houleux, espère conclure un accord de libre-échange avec l’UE avant la fin de l’année, quand s’achèvera la période de transition durant laquelle les règles européennes continuent de s’appliquer.

Les discussions patinent pour le moment et le chef de la diplomatie irlandaise Simon Coveney s’est alarmé du manque de progrès. “Le Royaume-Uni semble vouloir simplement choisir les domaines sur lesquels il veut conclure rapidement et se concentrer uniquement là dessus. L’UE a été claire sur le fait que ce n’est pas une approche avec laquelle elle peut travailler”, a déclaré M. Coveney à la chaîne RTE. “Le temps presse et il y a énormément à faire”, a-t-il averti.

La prochaine session de négociations entre Londres et l’UE est prévue le 11 mai.

Continue Reading

Business

L’euro progresse légèrement face au dollar

Avatar

Published

on

By

L’euro progressait un peu face au dollar lundi, dans un marché retrouvant de l’appétit pour le risque tandis que le déconfinement se profile en Europe.

Dans la matinée, l’euro gagnait 0,17% face au billet vert, à 1,0842 dollar. “Tout le monde est en train de débattre des stratégies pour sortir du confinement et, par conséquent, nous nous trouvons dans un environnement favorable au risque”, a expliqué Ulrich Leuchtmann, analyste pour Commerzbank, pour justifier la légère hausse de la devise européenne.

Réouverture des commerces en Suisse lundi, enfants espagnols de nouveau autorisés à sortir dans la rue: les Européens peaufinent leurs plans de sortie du confinement tandis que la pandémie, qui a fait plus de 200.000 morts sur près de trois millions de contaminés dans le monde, marque enfin le pas dans les quatre pays européens les plus touchés.

Lundi, les investisseurs digéraient aussi les dernières mesures annoncées par la Banque du Japon (BoJ).

L’institution monétaire japonaise ne va ainsi plus se fixer de limite pour ses rachats d’obligations publiques. Elle a aussi nettement étendu son plafond annuel pour ses rachats de titres de dette d’entreprises à court et long terme, et assoupli ses conditions de prêts aux entreprises via un dispositif mis en place le mois dernier.

Continue Reading
Advertisement

Tendances