Suivez-nous

Politique

Le Polisario condamne la création d’un comité de LREM à Dakhla

Yasmine Marouf-Araibi

Publié

le

Le Front Polisario a dénoncé samedi l’installation d’un comité par le parti français La République En Marche (LREM) à Dakhla dans les territoires Sahraoui occupés.

Après avoir annoncé la création du comité de LREM à Dakhla,“dans les provinces du Sud marocain”, le front Polisario a rétorqué au parti d’Emmanuel Macron en lui rappelant que Dakhla ou “Villla Cisneros”, “fait partie du territoire non autonome du Sahara occidental illégalement occupé par le Maroc, où sévit la guerre”.

Par le biais d’un communiqué, cité par l’APS, la représentation du Front Polisario pour la France a qualifié cette démarche de “violation flagrante du statut international du Sahara occidental qui relève de la responsabilité de l’ONU, et qui est l’objet d’un processus de décolonisation, impliquant le droit inaliénable du peuple sahraoui à l’autodétermination, entravé jusqu’à aujourd’hui par la monarchie marocaine”.

“Faut-il rappeler au parti LREM, que pour l’ONU, le Sahara occidental ne relève ni de la souveraineté, ni de l’administration du Royaume du Maroc qui y exerce une occupation et une oppression brutales contre l’ayant droit légitime, le peuple sahraoui “, s’est indigné la représentation du Polisario. Elle a rappelé, à ce titre, la décision de la Cour européenne de Justice (CJUE) du 21 décembre 2016 qui, “affirme clairement que le Maroc et le Sahara Occidental sont deux territoires séparés et distincts”.

“Le parti LREM et son comité se rendent coupables d’une grave violation du droit du peuple sahraoui à disposer de lui-même, donc d’une violation caractérisée du droit international”, a-t-elle poursuivi.

Il “assume, du fait de cet acte, une lourde responsabilité en encourageant l’occupation du Sahara Occidental et la répression violente contre son peuple”, a-t-il affirmé.

“Il est à craindre hélas, quand on lit les propos du Ministre français de l’Europe et des Affaires Etrangères Monsieur Jean-Yves Le Drian, à la faveur de son entretien ce 8 avril, avec son homologue marocain, que la France va continuer sa politique qui contrarie l’avènement d’une solution juste et durable du conflit du Sahara Occidental, pour le dommage de la paix et de la sécurité dans tout le Maghreb”, conclut le communiqué.

La création du comité de LREM à l’origine de l’annulation du (CIHN)?

La création par le parti présidentiel d’un comité à Dakhla serait-elle la raison de l’annulation de la cinquième session du Comité intergouvernemental de haut niveau (CIHN) qui devait se tenir à partir de ce dimanche?

En tout cas, ce n’est pas la raison avancée par le Matignon. En effet, le premier ministère français a lié cette annulation à la situation sanitaire. “L’épidémie de Covid-19 ne permettant pas à ces délégations de se retrouver dans des conditions pleinement satisfaisantes”, le comité “est donc reporté à une date ultérieure, lorsque le contexte sanitaire sera plus favorable”, avait indiqué le ministère à l’AFP.

D’autres sources françaises et algériennes ont déclaré à l’AFP que c’est la taille de la délégation française qui a été réduite à cause du coronavirus qui a déplu à l’Algérie. Cette dernière qui “voulait étudier plusieurs dossiers bilatéraux” aurait demandé le report du comité après avoir pris connaissance du nombre de ministres et de la durée du séjour qui n’étaient pas à la “hauteur” pour elle.

Cependant plusieurs spécialistes contredisent les versions officielles et lient la création du comité de LREM à Dakhla à l’annulation du CIHN dont Hasni Abidi, directeur du Centre d’études et de recherches sur le monde arabe et méditerranéen (Cermam). Ce dernier a déclaré au quotidien Liberté que cette création a été perçue comme “une provocation” pour l’Algérie qui soutient le Front Polisario.

Pour l’heure aucune communication officielle n’a été effectuée par l’Algérie sur ce renvoi ni sur ses raisons.






Lire la suite
Publicité
Commentaires
INTER-LIGNES

GRATUIT
VOIR