Connect with us

Monde

Le point sur la pandémie de coronavirus dans le monde

Yasmine Marouf-Araibi

Published

on

Plus de 18 millions de personnes dans le monde ont été contaminées par le coronavirus depuis son apparition en Chine en décembre 2019, selon un comptage fait par l’AFP à partir de sources officielles.

Tests imposés à la Maison Blanche

La Maison Blanche impose des tests aléatoires de Covid-19 pour les membres de son personnel après que le conseiller à la sécurité nationale du président Donald Trump, Robert O’Brien, et plusieurs autres personnes travaillant dans les locaux ont été testés positifs le mois dernier, ont rapporté lundi les médias américains.

Plus de 46.000 nouvelles infections au coronavirus ont été recensées lundi sur le sol américain lors des dernières 24 heures, selon le comptage à 20H30 de l’université Johns Hopkins, dont les bilans font référence.

Chine: 36 nouveaux cas sur la partie continentale

Les autorités sanitaires chinoises ont annoncé mardi avoir reçu le signalement de 36 nouveaux cas confirmés de COVID-19 sur la partie continentale lundi, dont 30 cas transmis localement.

Près de 95.000 décès au Brésil

Le Brésil a recensé lundi 561 nouveaux décès dus au COVID-19 durant les dernières 24 heures, portant leur total à 94.665, selon le ministère de la Santé du pays. Durant la même période, les tests ont détecté 16.641 nouvelles infections, pour un total de 2.750.318, a indiqué le ministère. Le Brésil est le pays d’Amérique latine le plus touché par la pandémie et le deuxième au monde après les Etats-Unis, tant en nombre de cas qu’en nombre de décès.

Course aux vaccins

La Russie s’est dite en mesure lundi de produire “plusieurs millions” de doses dès le début de l’an prochain. Mais d’autres experts mettent en garde contre la durée de cette pandémie hors normes, qui a déjà ravagé les économies de la planète, et préconisent de développer drastiquement les tests. “Nous sommes tellement attachés aux tests hauts de gamme et chers que nous ne testons personne”, a ainsi déploré Michael Mina, professeur d’épidémiologie à Harvard, qui milite depuis des semaines pour ce qu’il a appelé des tests de mauvaise qualité, mais très économiques et disponibles pour tous. “Peut-être n’avons-nous besoin que d’un test nul. S’il n’est pas cher au point de pouvoir être utilisé fréquemment, alors il détectera peut-être 85% des gens contagieux, au lieu de moins de 5%”, souligne cet expert. L’épidémie de Covid-19 continue aussi de malmener les système de santé dans le monde ou d’en révéler les faiblesses, comme au Brésil où le coronavirus a mis en lumière le manque de financements et la mauvaise gestion.

Avec AFP

Continue Reading
Comments
INTER-LIGNES

GRATUIT
VOIR