Connect with us

En continu

Le peuple répond à Bouteflika : “Système dégage”

Bouzid ICHALALENE

Published

on

Pour le quatrième vendredi consécutif, dans une ambiance festive, plusieurs centaines de milliers de manifestants sont sortis exprimer à Alger leur rejet des décisions annoncées par le «  chef de l’état ». Ils demandent le départ immédiat et sans condition de tout le « système ».

 

« Je ne suis pas sortie pour demander le départ de Bouteflika, mais je demande le départ de tout le système » déclare ce matin Drifa Ben Mhidi, sœur de Larbi Ben M’hidi. Les jeunes manifestants qui se précipitent afin de se prendre en « Selfie » avec la sœur de l’héro de la guerre de libération sont écartés par les accompagnateurs de la dame âgée.

Un cordon de sécurité a été dressé autours d’elle. « Il ne faut pas la bousculer, car c’est une dame âgée » explique Sofiane Tahraoui, l’un des accompagnateurs aux manifestants.

Comme tous les vendredi, jour fixé pour les manifestations, sous un ciel est bleu, des milliers de manifestants affluent dès la matinée au centre de la capitale. En petits groupes, ils préparent leurs pancartes et leurs banderoles.

Crédit photo : INTERLIGNES MEDIA | Drifa Ben Mhida, soeur de Larbi Ben Mhidi

Non au 4e +

Les slogans brandi cette semaines ne sont pas les mêmes que ceux de la semaine passée. « C’est normal, la semaine dernière, Bouteflika s’est accroché au cinquième mandat, mais cette semaine, il a renoncé, mais il s’accroche encore au pouvoir. Pour nous, c’est un quatrième mandat plus (4+), comme marqué sur les pancartes » expliquent Nadjet et Narimane, deux sœurs venues aujourd’hui prendre part à cette manifestation.

À 14 heures, une marée humaine couvre les rues de la capitale. Pour parcourir les centaines de mètres entre la place Maurice Audin et la grande poste, il faut compter une heure de temps. Les drapeaux flottent sur les toits des maisons, sur les balcons, et mêmes sur les poteaux électriques. Malgré la beauté des images, les manifestants prennent parfois des risques pour créer cette ambiance.

Pour le quatrième vendredi consécutif, dans une ambiance festive, plusieurs dizaines de milliers de manifestants sont sortis exprimer à Alger leur rejet des décisions annoncées par le «  chef de l’état ». Ils demandent le départ immédiat et sans condition de tout le « système ».

Crédit photo : INTERLIGNES MEDIA | Foule des manifestants devant la grande poste à Alger

Cafés ouverts

À la grande poste, les manifestants chantent et scandent sur l’esplanade. Comme les accès qui mènent vers les hauteurs de la capitale sont bloqués par la police, les dizaines de milliers de citoyens qui sont sortis font le tour du centre d’Alger. Malgré le nombre impressionnant des protestataires, certains cafés et « Fast Food » sont restés ouverts. Les familles sur les balcons jettent des bouteilles d’eaux aux manifestants qui marchent sous le soleil printanier, afin de se rafraichir.

Dans un climat festif, les échanges sur la crise politiques actuelle dominent les discussions des groupes, mais un seul mot d’ordre : « Système dégage ». C’est ce que explique l’avocat et militant des droits de l’homme, maitre Badi Abdelghani aux militants qui l’entourent : « On ne veux pas uniquement le départ du gouvernement ou de ses ministres, il faut le déraciner complètement ce système et éradiquer sa graine ». L’avocat explique que c’est par la suite « qu’on pourra semer la graine de démocratie ».

Crédit photo : INTERLIGNES MEDIA | Les manifestants à la place Maurice Audin à Alger

SONGOKU

La manifestation de cette semaine est marquée par des pancartes très spéciales et même des manifestants déguisés. Certains ne manquent pas d’imagination. Ils ont reproduit le « bâton et la carotte » mais avec le « le cachir » et la canne a pêche.

« Monsieur Macron, occupe toi de ta vieille et on s’occupera de notre grabataire », en réponse aux déclarations du président français Emmanuel Macron, qui a « salué » la décision du président Abdelaziz Bouteflika qui a renoncé au cinquième mandat, mais qui s’accroche toujours au pouvoir en prorogeant son quatrième mandat jusqu’à une date non définie.

Certains manifestants ont puisé dans les héros des dessins animés pour « inciter » les dirigeants à partir. Sur l’une des pancartes, il est inscrit : « Si vous ne partez pas, on fera appel à SONGOKU! ».

Crédit photo : INTERLIGNES MEDIA | Deux manifestantes qui refusent la prorogation du 4e mandat décrit comme un 4+

Les manifestants et les policiers font la fête

En fin de journée, les manifestants sortent des sacs poubelles et nettoient les rues de la capitale. En gilets orange, des dizaines de volontaires nettoient le Boulevard Mohamed 5, et le boulevard Krim Belkacem. « C’est normal, nous devons laisser les lieux propres après chaque manifestation » nous explique Mounir, habitant du Telemly.

En fin de journée, la direction générale de la sûreté nationale (DGSN) évoque l’arrestation de 75 individus pour faits de violences, vol, dégradation de véhicules et de biens publics et privés. 15 policiers sont légèrement blessés. Après l’intervention des policiers qui ont changé en réplique aux jets de pierres de ces « individus », les habitants des quartiers ainsi que les manifestants restés dans le centre d’Alger ont applaudi les services de sécurité, dans une ambiance de joie et de fête. Les policiers ont même scandé avec les manifestants, « One Two Three, viva l’Algérie ».

En fin de journée, Un manifestant qui se dirige chez lui accroche une pancarte sur laquelle est écrit : « L’Algérie, pays des héros est dirigé par des zéros »

En continu

Liste des détenus d’opinion arrêté(e)s durant le Hirak (CNLD)

Le Comité National pour la Libération des Détenus (CNLD) a rendu public aujourd’hui 26 septembre la liste des détenus arrêté durant le mouvement populaire. Le comité précise que cette liste n’est pas complète et sera mise à jours dès que les avocats leurs signalent un nouveau cas.

Bouzid ICHALALENE

Published

on

Arrestation de manifestants qui portent le drapeau Amazigh à Alger.
© Interlignes MEDIA | Arrestation de manifestants qui portent le drapeau Amazigh à Alger.

1/ Arretés le vendredi 21 juin 2019:

Kamel BELEKEHAL;
Akli OKBI;
Ali IDIR;
Mohamed BOUDJEMIL;
Hamza KAROUNE;
Bilal BACHA;
Djaber AIBECHE;
Messaoud Leftissi;
Khaled OUDIHAT;
Hamza MEHARZI;
Tahar SAFI ;
Mouloud CHATRI ;
Samir idir GERROUDJ ;
Nacer TIMSI ;
Amine OULD TALEB ;
Abderrahmane BOUDRAA ;
Khaled OUIDIR;
Makhlouf BIBI;

2/ Arrétés le vendredi 28 juin 2019:

Mohamed AGOUAZI;
Hafid BARACHE;
Bakir BETLICHE;
Aala DEROUICHE;
Arezki AZOUG;
Samira MESSOUCI ;
Amokrane CHALLAL ;
Elhadi KICHOU ;
Mustapha Hocine AOUISSI ;
Amar ACHERFOUCHE ;
Arezki CHAMI ;
Hilal YAHIAOUI ;
Abdelbasset KHEBANI ;
Mohand Ameziane BELHOUL ;
Nabil BOUNOUH ;
Kamel BOUALOUACHE ;
Ghimouz AKRAM ;
Abdelkader Toufik BACHA ;
Kheiredine BENZINE ;
Fazil DECHICHA ;

3/Arrétés le vendredi 13 Septembre 2019:
Rachid HIRET;
Sammy ABBAS;
Boualem OUAHABI;
Mohamed SMALLAH;
Menad TISSEMLAL ;
Menaouar OUAÂZANE ;
Rachid SADAOUI ;
Sadek LOUAIL ;
Mohamed DAADI ;
Nabil BOUALAKMAH ;
Réda BOUARISSA ;
Bilal ZIANI ;
Mohamed Amine CHELALI;
Ahcene HAMZA;
Kheireddine MEDJANI;
Bachir ARHAB;
Kader RASSELMA;
Hakim MIHOUBI;
Sid Ahmed BOUHRAOUA;
Rabah MAHROUCHE;
Wafi TIGRINE;
Laamouri BELAIDI;
Toufik DJILALI;
Mohamed GADI;
Hamidou GARIDI ;
Fatehi DIYAOUI;
Mohamed BOUHERAOUA ;

4/ Arrétés le mardi 17 septembre 2019:
Nour Houda DAHMANI;
Salah MAATI;

5/ Arrêté le mercredi 19 septembre à Constantine actuellement à la prison de Tidia (Constantine). Son procès fixé pour mercredi 2 Octobre : Semmani Amazigh.

Sadeddine Youcef islam ;
Zineddine Bouguetaya.
Lakhdar BOURAGÂA, arrété le samedi 29 juin 2019;
Samir BELARBI arrété le lundi 16 septembre 2019;
Fodil BOUMALA arrété le jeudi 19 septembre 2019;
Khaled ChOUITER, arrété le lundi 24 juin 2019;
Hamza DJAOUDI, arrété le jeudi 22 aout 2019;
5/ Détenus libérés :
*Salim Ihaddaden et Ait yahia Ali smail (Chlef, arrétés le vendredi 21 juin et libérés le 28 juillet 2019;
*Nadir Fetissi (Annaba , le jeudi 8 aout 2019) ;
*Hakim Aissi (Mostaganem; arrété le vendredi 5 juillet et libéré le mercredi 09 septembre 2019)
*Benhabib Madjid et Sayah Aissam (Tlemcen, le mardi 24 septembre 2019) ;
*Karim TABBOU arrété le mercredi 11 septembre 2019 et libéré (provisoire) le mercredi 25 septembre.

Continue Reading

En continu

L’ancien président Français Jacques Chirac est mort

L’ancien président de la République Jacques Chirac est mort jeudi matin à l’âge de 86 ans, a annoncé son gendre Frédéric Salat-Baroux à l’AFP.

Avatar

Published

on

Le président Jacques Chirac le 22 février 2005
© Dr | Le président Jacques Chirac le 22 février 2005

“Le président Jacques Chirac s’est éteint ce matin au milieu des siens. Paisiblement”, a déclaré M. Salat-Baroux, époux de Claude Chirac.

Continue Reading

Accueil

Boudjemaa Talaï devant la Cour suprême ce lundi

Avatar

Published

on

L’ancien ministre des transports et des travaux publics, Boudjemaa Talaï, comparait ce lundi, devant le juge enquêteur près la Cour suprême pour être entendu sur des affaires liées à la corruption.

 

Boudjmaa Talaï qui est cité dans des affaires de malversation enregistrées dans le secteur des travaux publics, doit répondre aux chefs d’accusation d’octroi d’indus avantages dans les marchés et contrats publics, de dilapidation de deniers publics, d’abus de fonction et conflit d’intérêt et corruption dans l’octroi des marchés publics.

Pour rappel,  le ministère de la Justice avait demandé, en juin dernier, la levée de son immunité parlementaire.

Continue Reading

Tendances

INTER-LIGNES

GRATUIT
VOIR