Le PDG d’Aigle Azur, Frantz Yvelin, annonce sa démission: la Compagnie aérienne s’achemine vers une probable liquidation

Crédit photo: DR

Grand Angle (300x600)

Le PDG d’Aigle Azur Frantz Yvelin a annoncé sa démission mercredi, deux jours après le placement en redressement judiciaire de la compagnie aérienne française, laissant planer le spectre d’une disparition dans les prochaines jours.

 

Adsence Milieu article

 « A un moment, on ne peut pas se battre contre tout le monde », a-t-il notamment déclaré mercredi matin sur le plateau de BFM Business, se disant « fatigué » après avoir « traversé une zone de fortes turbulences depuis le début du mois d’août ».

L’entreprise, qui compte 1.150 employés, dont 350 en Algérie, s’est déclarée en cessation de paiement lundi et a été placée en redressement judiciaire le même jour. selon La Tribune, le scénario d’une liquidation la semaine prochaine est devenu l’hypothèse la plus probable aux yeux de l’administratrice judiciaire. Il entraînerait, de ce fait, l’arrêt de tous vols. Certaines lignes pourraient même être fermées dès ce week-end.

Le 26 août, Gérard Houa, actionnaire minoritaire (20% du capital) avait tenté d’évincer M. Yvelin par un communiqué le présentant comme le nouveau patron, avec la volonté de mettre fin aux « errements stratégiques des deux dernières années », avant d’être démenti par David Neeleman (32% du capital), l’accusant d’usurper ce titre.

Deux jours plus tard, nouveau coup de théâtre: une administratrice provisoire, Hélène Bourbouloux, avait été désignée à la tête de l’entreprise et installée en présence des forces de l’ordre, tandis que M. Yvelin était rétabli dans ses fonctions.

 « La justice est saisie, il lui appartiendra de trancher », a dit Frantz Yvelin mercredi matin, au sujet du coup de force de Gérard Houa, en rappelant que ce dernier a « dit depuis des mois aux actionnaires, plus récemment aux salariés en parallèle avec un syndicat, le SNPNC-FO avec lequel il semble s’être allié: +j’ai 15 millions d’euros, j’ai un plan. »

it  « Nous avions sur la table dès le début août, une solution qui permettait de pérenniser plus de 90% des emplois de la société », a regretté Frantz Yvelin, dont le plan était « de revendre une partie de notre activité au groupe IAG, de basculer à peu près une moitié de notre activité sur Charles-de-Gaulle et de demander un effort de productivité à l’ensemble de nos personnels navigants en contrepartie d’une part dans le capital de la  société ».

Les liaisons avec l’Algérie représentent 50% à 60% de l’activité d’Aigle Azur, fondée en 1946. La compagnie qui a transporté 1,88 million de passagers en 2018, a réalisé un chiffre d’affaires de 300 millions d’euros en 2018 mais « perd de l’argent depuis 2012 », selon M. Yvelin.

Avec APS

Adsence Milieu article