Connect with us

En continu

Le parti de Benflis interdit par les autorités de tenir son comité central

Avatar

Published

on

Le président du parti Talaie El Hourriyat, Ali Benflis, crée la surprise de cette période préélectorale. Il vient d’afficher son intention de se porter candidat à la prochaine présidentielle.

Le parti Talaie El-Houriyet de l’ancien chef de gouvernement Ali Benflis dénonce l’abus de pouvoir «flagrant» du ministère de l’intérieur. Ce dernier a décidé, à la dernière minute, d’annuler la réservation de la salle, coopérative des matériaux de construction à Zéralda, pour tenir jeudi, 28 février, la session de son comité central.

 

Talaie El-Houriyet se préparait, en effet, pour la tenue de la septième session ordinaire du Comité central, le 28 février prévue depuis longue date. Le parti indique avoir réservé pour cet événement la salle «coopérative des matériaux de construction» de Zeralda. «Une demande d’autorisation a été déposée auprès du Wali d’Alger le 13 février, soit 15 jours avant la date fixée pour la tenue de cette session. «Le parti a reçu ce 26 février, soit 48 heures seulement avant la réunion, une communication téléphonique d’un fonctionnaire de la DRAG l’informant que le site avait été réquisitionné par la wilaya d’Alger», est-il écrit dans le communiqué du parti. Pour rappel, le Parti de Ali Benflis, devait prononcé sa décision sur la participation ou pas à la prochaine élection présidentielle à l’issue de cette rencontre des cadres et militants de son parti.

Obstruction

«Talaie El Houriyet se dit étonné que la réponse à une demande de réunion statuaire d’un parti politique accrédité prenne tout ce temps et condamne fermement ce dépassement inadmissible, et prend à témoin l’opinion publique pour cet abus de pouvoir flagrant», dénonce le parti en ajoutant que le refus de la wilaya d’Alger de répondre, par écrit, “à une demande faite en bonne et due forme témoigne d’un manque de considération vis-à-vis des partis politiques de l’opposition”.

Pour Talaie El-Hourriyet, cet abus de pouvoir engage la responsabilité du ministre de l’Intérieur témoignant ainsi d’une volonté de faire obstacle aux activités d’un parti d’opposition.

Le parti de Benflis considère qu’en agissant ainsi, le ministre de l’Intérieur «se départit de sa qualité de ministre de la République qui lui impose la neutralité et se met au service d’un candidat et des seuls partis politiques de l’alliance présidentielle».

Le parti de Ali Benflis va annoncer sa démarche sur la décision à prendre dans les prochaines heures.

Advertisement
Comments
INTER-LIGNES

GRATUIT
VOIR