Connect with us

Accueil

Le ministre italien des AE dépêché à Alger : l’Europe a les yeux braqués sur le gaz algérien

Published

on

Aussitôt la guerre en Ukraine a révélé au grand jour les risques qu’encourent les pays européens dépendants à 40% du gaz russe, qui se sont ligués contre Moscou dans ce conflit, les yeux sont braqués vers l’Algérie. Les attentes des pays européens d’Alger pour une augmentation son volume d’exportations (Fixé actuellement à hauteur de 11% des besoins de l’Europe), ne sont plus un secret.

C’est dans cette optique qu’intervient la visite, en Algérie, du ministre des Affaires étrangères de la République italienne, Luigi Di Maio, ce lundi 28 février. Arrivé ce matin, Di Maio a été reçu en audience par le président de la République, Abdelmadjid Tebboune.

« Le président de la République, Abdelmadjid Tebboune a reçu le ministre des Affaires étrangères de la République italienne, Luigi Di Maio », indique un communiqué de la présidence.

« L’audience s’est déroulée en présence du ministre des Affaires étrangères et de la Communauté nationale à l’étranger, Ramtane Lamamra, du directeur de cabinet à la Présidence de la République, Abdelaziz Khellaf, du ministre de l’Energie et des Mines, Mohamed Arkab et du Président directeur général (PDG) de Sonatrach, Toufik Hakkar », a ajouté la même source.

Tebboune reçoit Luigi Di Maio

La qualité des responsables présents donc à cette audience, ne laisse plus de place aux doutes sur le sujet phare à débattre. Le gaz. Le ministre de l’Energie et des Mines, mais aussi le P-DG de Sonatrach, en sont la preuve. De plus, même le ministre des AE italien, n’a pas été avec le dos de la cuillère pour annoncer les raisons de son déplacement en Algérie.

« Je viens d’arriver à Alger pour rencontrer mon homologue et les plus hauts responsables algériens », a-t-il écrit sur son compte Twitter. Et d’ajouter : « Nous discuterons du renforcement de la coopération bilatérale, notamment pour répondre aux besoins européens de sécurité énergétique, à la lumière du conflit en Ukraine ».

Les besoins en gaz de l’Europe au coeur des discussions

La visite du chef de la diplomatie italienne à Alger, intervient au moment à Bruxelles, une réunion extraordinaire du Conseil des ministres européens en charge de l’Energie, est prévue aujourd’hui même. Il ne pouvait pas y avoir meilleur coincidence.

Dans un entretien accordé, dimanche au quotidien LIBERTE, Toufik Hakkar, P-DG de Sonatrach a expliqué que la compagnie pétrolière nationale « dispose d’une capacité non utilisée sur le gazoduc Transméditerranéen, qui pourrait être utilisée pour augmenter les approvisionnements du marché européen ».

Sonatrach « disposée à soutenir ses partenaires »

« La contribution de Sonatrach pourrait s’élargir aux pays non desservis par les gazoducs reliant l’Algérie et l’Europe à travers des ventes GNL », a-t-il ajouté, précisant toutefois que « ces appoints en gaz naturel et/ou GNL sont tributaires de la disponibilité des volumes excédentaires après satisfaction de la demande du marché national, de plus en plus importante, et de ses engagements contractuels envers ses partenaires étrangers ».

« Sonatrach est et demeurera un partenaire et un fournisseur fiable de gaz pour le marché européen et est constamment disponible et disposée à soutenir ces partenaires de long terme dans le cas de situations difficiles », a conclut Toufik Hakkar.  

Continue Reading
Advertisement
Comments
INTER-LIGNES

GRATUIT
VOIR