Suivez-nous

Politique

Le juge Saadedin Marzoug devant le Conseil supérieur de la magistrature la semaine prochaine

Yasmine Marouf-Araibi

Publié

le

La session disciplinaire du Conseil Supérieur de la Magistrature (CSM) se tiendra du 4 au 6 avril en cours. Parmi les dossiers qui seront à l’étude est celui du juge Saadedin Marzoug qui a été récemment sanctionné par le CSM lors de la précédente session disciplinaire.

Poursuivi dans trois affaires au total, le jeune magistrat a été auditionné par le CSM le 25 janvier dernier. Il a été suspendu de ses fonctions pour une durée de six mois dans une affaire avec la privation de 50% de son salaire, relaxé dans la deuxième affaire tandis que la troisième a été reportée “à la prochaine session disciplinaire”.

Ainsi, la semaine prochaine Saadedin Marzoug devra répondre à l’accusation de “violation de l’obligation de réserve”. Selon le concerné lui-même cette affaire concerne une photo qu’il a prise en juin 2020 devant la Cour suprême en compagnie de l’ancien procureur adjoint près le tribunal de Sidi M’hamed, Sid Ahmed Belhadi, et diffusée sur son compte Facebook.

Sid Ahmed Belhadi, qui avait requis la relaxe pour des militants du Hirak et qui a été muté depuis au tribunal d’El Oued, devra lui aussi répondre à l’accusation de ‘violation de l’obligation de réserve” devant le CSM.

Suspendu de ses fonctions depuis décembre 2019, les avocats de Saadedin Marzoug avaient dénoncé le retard dans la programmation de ses audiences. Ces derniers rappellent que les articles 65 et 66 de la loi organique de la Magistrature stipulent que le CSM est “tenu de se prononcer sur l’action disciplinaire dans un délai de six (06) mois à compter de la date de suspension. A défaut le magistrat est réintégré de plein droit dans ses fonctions”.

Lire la suite
Publicité
Commentaires
INTER-LIGNES

GRATUIT
VOIR