Suivez-nous

Politique

Le Hirak revient en force : « Nous n’avons pas peur par la déchéance de nationalité »

Melissa NAIT ALI

Publié

le

© Sami K. | Manifestation du Hirak le 05 mars à Alger

Le Hirak revient en force. Pour le deuxième vendredi après le déconfinement du mouvement, la mobilisation était au rendez-vous. Très forte ! Ce 5 mars 2021 signe le vrai retour des manifestations à Alger et dans de nombreuses villes du pays : Annaba, Tizi Ouzou, Laghouat, Bejaia, Oran, Constantine, Bouira, Jijel, Ouargla et… d’autres plusieurs autres villes.


Les manifestants, tout âge et tout genre confondus, étaient plus nombreux à battre le pavé et afficher la détermination à poursuivre la lutte pour la satisfaction des revendications exprimées depuis le 22 février 2019.

Comme d’habitude, le décore est toujours le même dans la capitale. Une forte présence policière était remarquable dès les premières heures de la matinée dans les différents coins et places de la ville. La fermeture des accès à l’entrée d’Alger n’a pas pour autant dissuader les manifestants qui se sont montrés déterminés à signer l’une des plus grandes marches du Hirak depuis la reprise de la mobilisation, à l’occasion du 2ème anniversaire du mouvement.

© Sami K. | Manifestation du Hirak le 05 mars à Alger
© Sami K. | Manifestation du Hirak le 05 mars à Alger

« Vous ne nous faites pas peur par la déchéance de la nationalité »

Suivant de près l’actualité, les manifestants ont répondu, comme attendu, d’abord à l’avant-projet de loi élaboré par le ministère de la justice portant sur la déchéance de la nationalité pour certaines personnes vivant à l’étranger. « Vous ne nous faites pas peur par la déchéance de la nationalité », lance les manifestants qui ont envahi les rues d’Alger peu avant 14h00.

De la place du 1er mai vers à la grande poste, de la rue Didouche vers la place Audin et de la place des martyrs vers Alger-centre, les itinéraires des marcheurs étaient distincts, mais les slogans et les revendications énoncées sont les mêmes : « Daoula madania, machi 3askaria (pour un Etat civil et non pas militaire) », « Djazair Hourra démocratia (Pour une Algérie libre et démocratique) », « Y’en a marre de ce pouvoir » et « indépendance ».

© Sami K. | Manifestation du Hirak le 05 mars à Alger
© Sami K. | Manifestation du Hirak le 05 mars à Alger

« Echaab Touahed (le peuple est uni) »

Les foules, munies de banderoles, pancartes et emblèmes, ont défilé en montrant sa colère contre les tenants du pouvoir en place. Ils s’en prennent aussi au Chef de l’Etat Abdelmadjid Tebboune et aux généraux qui détiennent, selon eux le pouvoir. Comme pour les précédentes marches, les contestataires dénoncent aussi l’attitude des agents de renseignements qui ont maltraité les manifestants du Hirak.

Ils n’ont pas omis aussi de rappeler leurs attachements à l’unité du mouvement à dénoncer les tentatives de sa division. « Echaab Touahed (le peuple est uni) », scandent aussi les protestataires.

foules très compactes

Pour cette nouvelle journée de mobilisation, les manifestants ont respecté globalement les mesures sanitaires, notamment en portant des masques. Comme à Alger, plusieurs villes du pays ont été le théâtre de manifestations ayant drainé des foules très compactes, à l’image de Bejaia, de Tizi Ouzou, de Bouira, de Sétif, de Batna.

Lire la suite
Publicité
Commentaires