Connect with us

Politique

Le Hirak entame l’année 2020

Tombée de rideau sur ce 46e vendredi de manifestations à travers le territoire national. La journée a connu une très forte mobilisation, à l’exemple de Béjaïa où on il a été enregistré une participation record à ce mouvement citoyen qui est à son onzième mois de longévité.

Avatar

Published

on

© DR | Alger, 46e vendredi du Hirak

Un fait a attiré l’attention des présents à Alger : c’est le petit allègement du dispositif policier mis en place à chaque vendredi. Pour cette journée, on a noté moins de présence policière sur les principaux axes empruntés par les marcheurs.

Avec les événements qui ont caractérisé la journée d’hier, jeudi 02 janvier, à savoir la libération de 76 détenus d’opinion, parmi lesquels le Moudjahid Lakhdar Bouregaâ, cet allègement du dispositif policier est une autre « concession » du nouveau président de la République  dans sa recherche d’une sortie à la crise politique qui secoue le pays depuis onze mois.

Prônant le dialogue, Abdelmadjid Tebboune cherche à prouver sa bonne volonté et sa disposition à ouvrir le débat. La réponse du peuple a été très claire en ce 46e vendredi du Hirak. « Non a toute entreprise avant la libération de tous les détenus d’opinion », ont clamé les manifestants à travers les villes du pays.

Depuis la disparition de Gaid Salah, Abdelmadjid Tebboune hérite d’une grande partie des slogans du Hirak. Le président de la République devient la première figure du pouvoir à laquelle sont adressés tous les messages qui montent de la Rue. Nouvelle figure de proue des tenants du pouvoir, il est, désormais, tenu pour responsable de tous les événements qui vont suivre au cours des mois à venir.

L’unicité de cette révolution, qui réside dans son pacifisme malgré les tentatives de dérive vers la violence formentées par des parties occultes, est maintenue par les slogans qui appellent à la marche « Silmiya (Pacifique)».

Autre écueil que passe allègrement, encore une, fois le Hirak : l’Unité Nationale. Les tentatives de division qu’a dû subir la « Révolution du sourire » ont été définitivement mises en échec ce vendredi.

Le slogan « Les Algériens Khawa Khawa, Echa3b Mouahad Ya Khawana (Les Algériens sont des frères et le peuple est uni, tas de traîtres) », en est la meilleure preuve. Chanté à Alger, Guelma, BBA, Jijel, Oran, Tizi Ouzou, Béjaïa et dans plein d’autres villes. Il constitue une réponse définitive à l’accusation portée à l’encontre de certains activistes du Hirak arrêtés et injustement emprisonnés durant des mois.

Autre fait marquant de cette 46e semaine de marches citoyennes, les médias. Décriée et conspuée, la presse a eu son lot de slogans hostiles. Un manifestant rencontré à Alger nous a confié : « La médiatisation de la libération de Lakhdar Bouregaâ est tout simplement incroyable. On a vu des chaînes de télévision, qui l’ont traité de tous les noms lors de son arrestation, venir, comme si de rien n’était, filmer sa libération et chanter ses louanges. Quelle bassesse ! ».

Enfin, la revendication principale, qui aura été un véritable trait d’union d’Est en Ouest et du Nord au Sud du pays, « Dawla Madaniya, Machi 3askariya (Etat civil et non militaire) », revient à chaque vendredi, constituant le leitmotiv qui unit le peuple dans ses revendications.

La fausse note du jour vient de Tiaret, ville qui a connu l’interdiction pure et simple des marches durant les deux derniers vendredis. En ces moments où « l’apaisement » est recherché par le pouvoir actuel, un citoyen se voit confisquer brutalement son smartphone alors qu’il diffusait une vidéo en live sur les réseaux sociaux. Réflexe Pavlovien est-on amené à dire.

Première marche de la nouvelle année 2020 : examen réussi pour le Hirak !

Politique

L’Algérie condamne l’attaque terroriste au Niger

Achour Nait Tahar

Published

on

L’Algérie a condamné vigoureusement l’attaque terroriste qui a pris pour cible des civiles dans le sud du Niger, perpétré hier dimanche, exprimant son entière solidarité avec le gouvernement et le peuple de ce pays voisin, indique un communiqué du ministres des affaires étrangères rendu public ce lundi .

“L’Algérie condamne vigoureusement l’attaque terroriste qui a ciblé des civils dans la région de Koure au sud de la République de Niger, et exprime son entière solidarité avec le Gouvernement et le peuple nigériens et ses sincères condoléances aux familles des victimes de cet acte abject”, a précisé le communiqué.

“L’Algérie réitère sa ferme détermination à lutter contre le terrorisme et à soutenir les efforts internationaux et régionaux visant l’éradication de ce fléau”, a ajouté le MAE

Continue Reading

Politique

Il est condamné à 3 ans de prison ferme: TV5MONDE demande la libération de son correspondant Khaled Drareni

Yasmine Marouf-Araibi

Published

on

© DR | Le journaliste Khaled Drareni

Le média télévisé TV5MONDE a demandé la libération de son correspondant Khaled Drareni à la suite de sa condamnation,lundi, par le tribunal de Sidi M’hamed, à trois ans de prison ferme et 50.000 DA d’amende.

“TV5MONDE s’étonne et s’indigne de ce jugement très lourd. Il sanctionne un journaliste reconnu qui a toujours réalisé son métier en toute indépendance et au nom du droit à informer”, a réagi le média via un communiqué intitulé TV5MONDE demande la libération du journaliste Khaled Drareni”.

TV5MONDE dit être “engagée”, aux “côtés de nombreuses organisations non gouvernementales et d’associations internationales pour la liberté d’information et la protection des journalistes”, dans le comité de soutien qui demande la libération sans attendre de son correspondant.

“La liberté de la presse dont Khaled Drareni est l’un des portes étendards est l’un des fondements de la liberté d’expression et de la démocratie. Elle ne peut être muselée, où que ce soit. Khaled Drareni, correspondant de TV5MONDE et de Reporters Sans Frontières, doit être libéré sans attendre”, a conclu le communiqué.

L’organisation non gouvernementale, reporters sans frontières (RSF) a également réagi à la condamnation de son correspondant. “La justice algérienne vient de condamner le journaliste Khaled Drareni à une peine de trois ans de prison ferme. Cette décision soulève le cœur et l’esprit par son caractère arbitraire, absurde et violent”, a écrit le président de RSF, Christophe Deloire.

“Il s’agit clairement d’une persécution judiciaire contre un journaliste qui est l’honneur de son pays. Une justice aux ordres vient de faire de Khaled Drareni un symbole qui va susciter une indignation et une mobilisation mondiales”, a-t-il ajouté.

En détention à la prison de Koléa depuis mars dernier, Khaled Drareni a été condamné, lundi, par le tribunal de Sidi M’hamed à trois ans de prison ferme et 50.000 DA pour “incitation à attroupement non armé” et “atteinte à l’unité nationale”. Ses co-accusés, Samir Belarbi et Slimane Hamitouche ont écopé de deux ans de prison dont quatre mois ferme.




Continue Reading

Monde

Liban: le Premier ministre va annoncer la démission du gouvernement

Avatar

Published

on

© DR |

Le Premier ministre libanais Hassan Diab doit annoncer lundi soir la démission de son cabinet, après les démissions successives de membres de son équipe sous le coup de l’explosion meurtrière du port de Beyrouth, a indiqué à l’AFP un ministre qui a requis l’anonymat.

M. Diab, à la tête du gouvernement depuis près de sept mois, doit adresser un discours aux Libanais à 19h30 (16h30 GMT). Quatre membres de son équipe ont déjà démissionné depuis dimanche, à la suite de la terrible explosion du 4 août due à un énorme dépôt de nitrate d’ammonium, qui a fait au moins 160 morts et relancé la contestation populaire.

Continue Reading
Advertisement

Tendances