Le général à la retraire Benhadid à Gaid Salah: « Rester dans le cadre de cette Constitution ne peut que mener à une situation de blocage politique »

Crédit photo: DR Le général à la retraire, Hocine Benhadid

Le général à la retraire Hocine Benhadid a adressé ce jeudi une lettre ouverte au chef de corps d’armée, le général  Ahmed Gaïd Salah, dans laquelle il indique que « vouloir à tout prix rester dans le cadre de cette Constitution ne peut que mener à une situation de blocage politique, annonciateur de tous les dangers ».

 

Dans une longue contribution publiée dans les colonnes du journal El Watan, le général à la retraire, Hocine Benhadid, appelle le vice ministre de la défense nationale à « trouver une solution politique à la crise en dehors du cadre d’une Constitution » qu’il estime « taillée sur mesure par un pouvoir qui refuse toute ouverture démocratique ».

« La solution politique sera annonciatrice de la stabilité politique à laquelle nous aspirons tous, une stabilité politique qui ouvrirait les portes du pouvoir et de la gouvernance à toutes les bonnes volontés, à tous les patriotes qui ont ce pays à cœur, à tous ceux qui sont prêts à accepter de mettre les intérêts supérieurs de la nation au-dessus des intérêts étroits de personnes ou de clans, une gouvernance qui rendrait l’alternance au pouvoir une réalité tangible et non un vœu pieux », prône le général à la retraire.

Pour lui, « la solution constitutionnelle vient de montrer ses limites et les scandales financiers continuent à défrayer la chronique (Khalifa, Tonic emballage, BCIA, l’autoroute Est-ouest, l’affaire Sonatrach, l’affaire Haddad et toutes les autres affaires qui seront immanquablement dénoncées), la corruption est devenue une véritable institution, l’économie refuse de décoller parce que rien n’est fait pour qu’elle décolle, les banques n’accordent plus de crédits à tous les Algériens et ne peuvent d’ailleurs même pas être qualifiées de banques puisqu’elles n’obéissent à aucune des lois de l’orthodoxie bancaire », a-t-il soutenu.

Benhadid estime que « Le cantonnement dans une solution exclusivement constitutionnelle ne peut que prolonger la survie politique d’un système honni par toute une nation », en appelant le général Gaid Salah à écouter « ce que cette jeunesse descendue par millions dans les rue a à nous dire ».

« Cette jeunesse qui a toujours été marginalisée, infantilisée, abrutie par un système éducatif qui n’a jamais œuvré dans le sens de l’excellence et du développement de l’esprit critique. Cette jeunesse qui a perdu confiance dans ses aînés, lesquels, s’ils ne sont pas corrompus, sont totalement démissionnaires » poursuit-il.

Le général à la retraire explique que cette jeunesse « veulent aujourd’hui permettre à nos valeureux chouhada de reposer en paix. Notre Révolution Tranquille, Pacifique et Joyeuse est un cas d’école. Monsieur Gaïd Salah, s’il nous reste aujourd’hui une seule certitude, c’est que les Algériens ne rentreront pas chez eux tant que ce système n’aura pas définitivement abdiqué », conclut-il