Connect with us

Accueil

Le gaz acquis par le Maroc «ne proviendra pas d’Algérie»

Published

on

Le gaz acquis par le Maroc et acheminé depuis l’Espagne via le Gazoduc Maghreb-Europe (GME), «ne sera pas d’origine algérienne», affirme un média espagnol, citant des sources du ministère espagnol de la Transition énergétique.

«En aucun cas le gaz acquis par le Maroc ne proviendra d’Algérie », a indiqué le département de la ministre et 3e vice-présidente du gouvernement, Teresa Ribera, cité par le média en ligne «InfoLibre».

L’Algérie a menacé l’Espagne de rompre le contrat de fourniture de gaz si elle venait à l’acheminer vers une tierce destination, dans une allusion qui ne soufre aucune ambigüité, au Maroc avec lequel les relations diplomatiques sont coupées depuis août 2021.

Cette menace intervient après que le ministre de l’Energie et des mines, Mohamed Arkab, ait été informé « ce jour par message électronique, par son homologue espagnole, Mme Teresa Ribera, de la décision de I’Espagne d’autoriser le fonctionnement, en flux inverse, du Gazoduc Maghreb Europe (GME) », indiquait mardi le ministère de l’Energie dans un communiqué.

Et au même département d’ajouter: «Tout acheminement de quantités de gaz naturel algérien livrées à l’Espagne, dont la destination n’est autre que celle prévue dans les contrats, sera considéré comme un manquement aux engagements contractuels, et par conséquent, pourrait aboutir à la rupture du contrat liant la Sonatrach à ses clients espagnols».

Toutefois, à en croire les informations rapportées par «InfoLibre», la décision de l’Espagne de réutiliser dans le sens inverse le GME qui traverse le Maroc après le non renouvèlement du contrat par l’Algérie en novembre 2021, ne date pas de fin avril en cours. «L’Algérie avait été informée de cette décision, dont ils parlaient depuis quelques mois », a-t-on affirmé du ministère espagnol de la Transition énergétique.

Comment alors le Royaume du Maroc pourra-t-il s’approvisionner en gaz dans le sens inverse du GME si ce n’est du gaz algérien ? Tout simplement, «le Maroc pourra acquérir du GNL sur les marchés internationaux, le décharger dans une usine de regazéification péninsulaire et utiliser le gazoduc maghrébin pour atteindre son territoire, mais en aucun cas le gaz acquis par le Maroc sera d’origine algérienne», répond-on dans le gouvernement de Pedro Sánchez, selon le même média.

Entre Alger e Madrid, la tension monte depuis des semaines. Le surprenant retournement du chef du gouvernement espagnol, soutenant le plan d’autonomie proposé par le Maroc dans le conflit au Sahara occidental, a été dénoncé par les autorités algériennes. Le 19 mars, soit le lendemain de ce revirement, l’Algérie a rappelé son ambassadeur à Madrid  «pour consultations avec effet immédiat ».

Lors de son dernier rendez-vous avec des représentants de médias nationaux, le président de la République, Abdelmadjid Tebboune, a estimé que le revirement de Madrid sur la question du Sahara occidental était «éthiquement et historiquement inadmissible».

Continue Reading
Advertisement
Comments
INTER-LIGNES

GRATUIT
VOIR