Connect with us

Politique

Le FFS condamne « les arrestations » arbitraires et appelle à « l’instauration d’un climat de calme »

Published

on

Le Premier secrétaire du FFS Youcef Aouchiche, © DR

Le Parti du Front des Forces Socialistes (FFS) a condamné ce mercredi 15 septembre les arrestations arbitraires qui visent plusieurs militants et activistes et a exigé l’instauration « d’un climat de calme et de sérénité ».

Disant suivre avec « une grande inquiétude » le « retour des arrestations arbitraires », le Front des Forces Socialistes a dénoncé, à travers un communiqué signé par le Premier secrétaire, Youcef Aouchiche, « le recours systématique à la gestion sécuritaire des affaires de l’Etat pour contrer les aspirations populaires à la liberté, à la dignité et à la justice sociale »

Opérée à l’approche des élections locales du 27 novembre prochain auxquelles il prendra part, le FFS s’est interrogé « sur le timing de cette escalade sécuritaire et judiciaire ». Le parti estime qu’il « aurait été plus approprié d’encourager » l’allée aux urnes« en adoptant un certain nombre de mesures d’apaisement capable de rétabli la confiance et s’instaurer la sérénité dans la société. »

Poursuivant, le FFS soutient que « l’adoption de l’approche du tout sécuritaire pour faire face à la crise politique ne fera que creuser davantage le fossé de la confiance, alimenterait les tendances extrémistes et augmenterait la tension, ce qui aggraverait encore la situation ».

Plaidant une nouvelle fois pour « un dialogue national global« , le parti a appelé à la « sagesse » et « à l’instauration d’un climat de clame et de sérénité » afin d’aboutir à cette résolution et mettre « fin à la crise nationale et ouvrir la voie pour construction d’un Etat droit de liberté et de démocratie. »

« Le FFS appelle à vigilance et à la lucidité et de ne pas se laisser entraîner dans les manœuvres visant l’Algérie et son peuple, quelque soient leurs auteurs et leurs origines », conclut le communiqué.

Pour rappel, une grande campagne d’arrestations est menée contre nombreux militants, journalistes et défenseurs des droits humains. La plupart des arrestations opérées se font pour une présumée connivence aux deux mouvements récemment classés terroristes à savoir le MAK et Rachad.

Continue Reading
Advertisement
Comments