Connect with us

Politique

Le dossier du journaliste Karèche a pris « un autre tournant après les déclarations de Tebboune »

Published

on

© INTERLIGNES | conférence de presse sur le dossier du journaliste Rabah Karèche au siège du MDS à Alger
© INTERLIGNES | conférence de presse sur le dossier du journaliste Rabah Karèche au siège du MDS à Alger

Des avocats membres du collectif de défense des détenus d’opinion et des journalistes ont tenu ce dimanche 27 juin, au siège du Mouvement Démocratique et Social (MDS) à Alger, une conférence de presse pour attirer l’attention de l’opinion publique sur l’écoulement de 70 jours déjà depuis la détention du journaliste Rabah Karèche.

La conférence a été animée par les deux journalistes Ali Boukhelf et Mohamed Iouanoghene et les deux avocats Me Zoubida Assoul ainsi que Me Saïd Zahi qui ont dénoncé « l’arbitraire infligé à Rabah Karèche » et « l’ingérence du président de la République Abdelmadjid Tebboune dans son dossier ».

« Le dossier de Rabah Karèche a pris un nouveau tournant depuis les déclarations du président de la République qui l’a qualifié de « pyromane ». C’est une violation de la présomption d’innocence et du secret d’instruction », a dénoncé maître Said Zahi.

De son coté, l’avocate Zoubida Assoul a estimé qu’en plus d’avoir « violé la présomption d’innocence et le secret d’instruction », Abdelmadjid Tebboune a « influencé les décisions de la Justice ». Selon la même source, c’est suite à ça que le Procureur de la République a décidé de faire appel de la décision du renvoi du dossier devant le tribunal correctionnel. Il a été « motivé par les déclarations de Tebboune ».

« Alors que le procès du journaliste devait être programmé dans les quatre prochaines semaines (avant le 17 juillet Ndlr), le procureur s’est opposé à cette décision du juge d’instruction en introduisant un appel de cette décision. Si son appel est accepté, le dossier sera renvoyé en instruction« . Consternée, Me Zoubida Assoul s’est interrogée « sur quoi veut-il enquêter ?« .

« C’est pourtant clair. Rabèh Karèche est poursuivi en sa qualité de journaliste », estiment les initiateurs de cette rencontre tout en précisant qu‘il est « poursuivi pour 12 articles de presse publiés dans les colonnes du quotidien liberté pour lequel il est le correspondant à Tamanrasset ».

« Il est poursuivi pour son travail de journaliste », ont indiqué ses confrères Ali Boukhelf et Mohamed Iouanoghan.

Les animateurs de la conférence rappellent que « c’est la première fois depuis longtemps qu’un journaliste est poursuivi pour des articles de presse sans autres subterfuges ». Mais même dans ce cas là « le journaliste n’est pas poursuivi sur la base du code de l’information mais du code pénal « , a regretté Ali Boukhelf.

« Découpage administratif »

Le journaliste Rabah Karèche est poursuivi pour avoir couvert des manifestations des habitants de Tamanrasset sur la décision du découpage administratif.

Placé sous mandat de dépôt depuis le 18 avril dernier, le journaliste est accusé de: “création d’un compte électronique pour y publier des renseignements pour la promotion d’un programme d’idées, d’informations, dessin ou photo susceptibles de provoquer la discrimination et la haine dans la société”, “atteinte à l’intégrité du territoire national” et “propagation des informations ou nouvelles, fausses ou calomnieuses, susceptibles de porter atteinte à la sécurité ou à l’ordre publics” conformément à l’article 34 de la loi relative à la prévention et à la lutte contre la discrimination et le discours de haine et aux articles 79 et 196 bis du code pénal.

Pour l’avocat Said Zahi, ces accusations sont « une esquive pour appliquer le code pénal au lieu du code de l’information ». « De quelle haine parlent-ils? et de quelles fausses informations? La manifestation de ces citoyens a bel et bien eu lieu et le journaliste a alerté sur les désagréments engendrés par ce découpage administratif », a plaidé maitre Said Zahi.

Renchérissant sur les déclarations de son confrère, maitre Zoubida Assoul a dénoncé « le double langage d’Abdelmadjid Tebboune ». « D’un coté il réclame la lutte contre la corruption, mais dès qu’il y a un journaliste qui en parle, il l’incarcère »,
a-t-elle déclaré en évoquant d’autres articles de presse que la Justice lui reproche d’avoir « publié dont un sur le détournement de l’or dans la région« .



Continue Reading
Advertisement
Comments
INTER-LIGNES

GRATUIT
VOIR