Connect with us

Politique

Le dossier des journalistes Loukil et Boudour ainsi que le militant Chouicha transféré au pôle anti-terroriste

Published

on

© DR |Said Boudour Jamila Loukil et Kaddour Chouicha
© DR | Said Boudour Jamila Loukil et Kaddour Chouicha

Le dossier du journaliste Said Boudour, de la journaliste, Jamila Loukil, et du Président du bureau d’Oran de la Ligue Algérienne pour la Défense des Droits de l’Homme (LADDH), Keddour Chouicha et de leurs co-accusés, a été transféré au pôle anti-terroriste près le tribunal de Sidi M’hamed, avons-nous confirmé auprès de l’avocat Farid Khmesti, membre du collectif de la Défense.

« Le juge d’instruction m’a informé hier qu’il a rendu une ordonnance de dessaisissement au profit du pôle anti-terroriste de Sidi M’hamed », nous a déclaré maitre Farid Khemesti.

Cette procédure, nous explique l’avocat, intervient quand « il y a des éléments connectes entre plusieurs dossiers à savoir les mêmes accusations, les mêmes faits et pratiquement les mêmes personnes impliquées et c’est le cas de Tahar Boutache et Yasser Rouibeh, co-accusés de Loukil, Boudour et Chouicha, qui sont poursuivis dans une autre affaire ».

Ces derniers, poursuit l’avocat ont été entendus par visio-conférence par les juges d’instruction près le tribunal de Sétif et le tribunal de Sidi M’hamed dans une affaire qui est en cours. « Puisque ce sont les mêmes inculpations, les mêmes faits et pratiquement une partie des mêmes personnes dans ces dossiers, l’article 175 du code des procédures civiles stipule qu’un des juges d’instruction peut revendiquer toute la procédure et c’est lui qui instruira l’affaire jusqu’à la fin », explique maitre Khemesti.

Poursuivant, la même source indique qu’il y aura, au niveau du tribunal de Sidi M’hamed « une procédure de jonction des dossiers. C’est là qu’on saura à quel dossier cette affaire a été collée ».

Placés sous mandat de dépôt par le juge d’instruction près le tribunal d’Oran, les activistes Tahar Boutache, Yasser Rouibeh et Mustapha Guira « seront transférés vers une prison d’Alger », a précisé maitre Farid Khemesti, ajoutant que les autres prévenus seront convoqués par le juge d’instruction du pôle anti-terroriste près le le tribunal de Sidi M’hamed.

Pour rappel, la chambre d’accusation près la Cour d’Oran avait confirmé 18 mai, toutes les décisions prises par le juge d’instruction près le tribunal d’Oran. Ce dernier avait ordonné la mesure du contrôle judiciaire contre le journaliste Said Boudour et les deux activistes Noureddine Bendella et Karim ilyes, la liberté provisoire contre Jamila Loukil et Kaddour Chouicha et la mesure du mandat de dépôt contre Tahar Boutache, Yasser Rouibeh et Mustapha Guira.

Arrêtés en avril dernier, les accusés sont poursuivis pour “complot contre la sécurité de l’État pour inciter les citoyens à prendre les armes contre l’autorité de l’État ou à porter atteinte à l’intégrité du territoire national” et “enrôlement dans une organisation terroriste ou subversive active à l’étranger ou en Algérie“, selon leurs avocats.

D’après la même source, les activistes sont également poursuivis pour des inculpations correctionnelles “qui diffèrent d’un prévenu à l’autre”, dont “publications d’information pouvant porter atteinte à l’intérêt national”.



Continue Reading
Advertisement
Comments