Le discours « langue de bois » de Bedoui et Lamamra

Crédit photo: DR. Le premier ministre, Nourddine Bedoui et son vice premier ministre Ramtane Lamamra lors d'une conférence de presse au centre international des conférence (CIC)

Le nouveau premier ministre, Noureddine Bedoui a affirmé, ce jeudi 14 mars, que le gouvernement a entendu le message du mouvement de protestation et appelle les algériens au dialogue.

 

Dans une conférence de presse qui a eu lieu au centre international des conférences (CIC) animée conjointement avec son vice-ministre, Ramtane Lamara, Noureddine Bedoui est revenu sur plusieurs thèmes qui ont alimentés depuis plusieurs semaines l’actualité politique nationale sans toutefois répondre clairement aux préoccupations exprimées.

Noureddine Bedoui, ne semble pas offrir aux questions des journalistes invités à prendre part à cette conférence les meilleures des réparties pour dégager la substantifique moelle des récentes décisions du Président Bouteflika. L’exercice était sans une pointe de doute harassant pour les responsables de l’exécutif qui ont, à maintes fois, fait l’impasse sur les questions qui fâchent. Les journalistes et les citoyens ont eu droit à un discours habituel gavé de généralités et de quelques promesses qui ne semblent être qu’à la convenance de ceux qui les formulent.

«Nos portes sont ouvertes et nous sommes prêts et disponibles pour le dialogue», lance Bedoui qui estime que ce principe est essentiel pour mettre termes à cette crise que connait le pays. Le premier ministre tente visiblement de tenir le même discours que son vice premier ministre lors de son passage sur les ondes de la chaine 3. «Nous appelons encore une fois tous les partenaires et surtout ceux de l’opposition au dialogue pour tenter de trouver une solution. C’est un principe essentiel que les Algériens ont consacré depuis longtemps », insiste-t-il.

S’agissant de la question sur la formation du nouveau gouvernement dont la composition devrait être annoncée la semaine prochaine, Noureddine Bedoui et Ramtane Lamamra, ont déclaré que ce sera un gouvernement de technocrates qui représentera toutes les énergies et surtout de la jeunesse», indique-t-il sans donner davantage d’information sur la composition et les membres sélectionnés pour ce nouveau gouvernement.

Tout comme son vice premier ministre, Nourddine Bedoui esquivait la question liée à la formule légale qui permettrait au Président de Bouteflika de prolonger son mandat -qui prendra fin le 28 avril-. Il ne donne aucune réponse aux journalistes. Pis, il cède la parole à Lamamra qui, lui, a réussi à détourner la question pour démentir certaines rumeurs sur la dissolution du parlement.

Lors de cette conférence de presse dont les algériens attendaient des réponses concrètes aux questions liées aux récentes décisions de Bouteflika, les deux responsables du gouvernement ont simplement adoptés une discours xyloglotte qui semble ne pas pouvoir dérider les fronts et accentue l’exaspération du peuple déterminé à poursuive son mouvement de protestation pour pousser à la porte le pouvoir en place.