Le cri de détresse de 400 journalistes du groupe médiatique « Temps Nouveaux »

Crédit photo:DR

Depuis l’incarcération d’Ali Haddad, propriétaire du groupe médiatique, «Temps Nouveaux» composé des deux quotidiens, Wakt al Jazair et Le Temps d’Algérie ainsi que les deux chaines de télévision, Dzair TV et Dzair news, les journalistes, techniciens et l’ensemble des travailleurs se voient déjà sur un siège éjectable. En effet, Ces journaux et ces chaines de télévision en butte, depuis quelques temps, à une crise financière criarde sont maintenant menacés de disparition.

 

Privés depuis quelques mois de leurs salaires, les journalistes et techniciens font face à des pressions administratives mettant en danger leur poste d’emploi. Certains d’entre-eux ont été surpris par des licenciements abusifs et des départ forcés.

Affligés par cette situation qui ne laisse rien augurer de bien réjouissant pour l’avenir de ce groupe et pour leur postes d’emploi plus que jamais menacés, les personnels du groupe s’est regroupés au sein d’un « Comité de sauvetage du Groupe Media Temps Nouveaux », et a adressé une lettre à l’opinion publique nationale pour faire entendre leur signal de détresse.

Dans cette lettre dont Interlignes Algérie détient une copie, les travailleurs du groupe Temps Nouveaux, disent être «victimes d’un agenda politique prémédité et vivent toujours dans une situation complexe aux horizons sombres». 

Ils en veulent pour preuve qu’ils sont «privés de leur salaire depuis près de trois mois, en plus des résiliations arbitraires des contrats de travail d’un nombre important de nos collègues touchant 180 employés entre journalistes, techniciens d’ici à la fin du mois », déplorent les auteurs de la lettre.

Garantir la continuité de l’entreprise

« Nous avons choisi de nous adresser à l’opinion publique nationale pour porter à la connaissance de tout le monde que les travailleurs du Groupe Media Temps Nouveaux demandent le départ de ses gestionnaires qui ont nuit à leurs revendications professionnelles », ajoute-on dans la lettre.

Les employés ont souhaité, dans la même veine, l’application, dans l’immédiat, de cette demande « surtout qu’il y a des manœuvres à l’intérieur du Groupe pour pousser les travailleurs à démissionner par des pressions financières et/ou provocations administratives, voire même des harcèlements non déclarés », soulignant que « toutes les portes de dialogue ont été fermées pour sauver 400 emplois (400 familles algériennes), menacés de disparition dans quelques semaines ».

Les travailleurs du Groupe Media Temps Nouveaux, affirment être capable de «bâtir un média professionnel qui servira les intérêts du pays et suivra la voie du professionnalisme avec une ligne éditoriale équilibrée », exprimant leur volonté « contribuer à trouver une issue à même de garantir l’avenir et la continuité de cette entreprise médiatique avec ses supports écrits, audiovisuels et électronique ».

Il convient de rappeler, par ailleurs,la chaîne Dzairnews cessera d’émettre à partir du 25 juin prochain en raison de la crise financière à laquelle fait face le groupe.

Adsence Milieu article