Connect with us

Société

Le CNLD appelle les Algériens a renforcer les carrés des familles des détenus le vendredi

Le Comité National pour la Libération des Détenus (CNLD), dénonce la décision du tribunal de Sidi M’Hamed de  prolonger la détention provisoire  à l’encontre des détenus d’opinion et appelle la société civile à s’unir autour des mêmes revendications populaires et faire échec aux tentatives visant la révolution.

Achour Nait Tahar

Published

on

« Un des juges d’instruction du tribunal de Sidi M’hamed d’Alger, a osé, encore une nouvelle fois, franchir les limites de la bêtise ». déclare le CNLD dans un communiqué rendu public, aujourd’hui 15 octobre, les rédacteurs du document accusent  le juge d’instruction pour sa décision de prolongation de la détention provisoire  « En renouvelant la détention provisoire pour quelques détenus d’opinion, ce juge confirme que l’appareil judiciaire est entre les mains de cette bande et au service de la contre révolution ». Et d’ajouter  « Les autres détenus d’opinion et politiques, otages d’un système grabataire, auront donc le même sort dans les prochains jours », alerte-t-il.

Le CNLD réaffirme l’importance de « La mobilisation citoyenne à chaque action de soutien aux détenus et leurs familles est un message à ces juges qui, pourtant au mois de mars, ont prêté serment devant le peuple Algérien de ne jamais condamné ou juger toute personne arrêté durant cette révolution du sourire. », estime-t-il. Le  Comité «  appelle encore une nouvelle fois la société civile et toutes les forces vives du pays à s’unir autour des mêmes revendications populaires et faire échec aux tentatives visant la révolution. »

Face à l’escalade de la répression qui s’abat sur les manifestants, le CNLD fait savoir « qu’aucune répression, aucune justice – surtout la justice soumise-, aucune secte et aucun pouvoir, ne peuvent arrêter tout un peuple en marche uni et pacifique et plus que jamais mobilisé pour la libération de l’Algérie. », assure-t-il.

« Le CNLD appelle les Algériennes et Algériens à rejoindre en force les marches du vendredi prochain, renforcer les carrés des familles des détenus à travers toutes les wilayas du pays. L’union fait la force et la différence. Toutes et tous pour: Une Algérie libre et démocratique; La libération de tous les détenus d’opinion et politiques; Un État civil et non pas militaire; Le changement radical du système et une transition démocratique », conclut le communiqué.

Société

Coronavirus en Algérie : 140 nouveaux cas confirmés et 7 nouveaux décès

Yasmine Marouf-Araibi

Published

on

© DR |

140 nouveaux cas confirmés au coronavirus et 07 nouveaux décès ont été enregistrés au cours des dernières 24 heures en Algérie, a indiqué ce jeudi le porte-parole du comité scientifique de suivi de l’évolution de la pandémie de coronavirus, Djamel Fourar.

Ainsi, le nombre total de contaminations s’élève à 8997 et celui des décès à 630, précise Djamel Fourar, lors du point de presse quotidien consacré à l’évolution de la pandémie.

En outre, M.Fourar annonce 148 nouvelles guérisons, ce qui porte le nombre total à 5277.

Continue Reading

Société

Experts médicaux chinois : “le virus détecté en Algérie n’est pas le même que celui détecté en Chine”

Yasmine Marouf-Araibi

Published

on

“Le virus détecté en Algérie n’est pas le même que celui détecté en Chine”, c’est ce qu’a affirmé le responsable de l’équipe d’experts médicaux chinois qui séjourne depuis le 14 mai en Algérie dans le cadre de la coopération algéro-chinoise dans la lutte contre la pandémie de coronavirus (Covid-19) .

Selon lui, “les deux virus sont différents et que celui détecté en Algérie semble ressembler à celui trouvé en France”.

Les déclarations de l’expert, rapportées par l’APS, affirment également que la situation épidémiologique relative au coronavirus est “stable et maîtrisée en Algérie, grâce aux mesures prises notamment par le président de la République, le Premier ministre et le Comité scientifique de suivi de l’évolution de la pandémie du Coronavirus”.

Il a, toutefois, souligné, la nécessité de continuer à respecter les mesures préventives contre le coronavirus notamment les conditions d’hygiène et la distanciation sociale.

Sur un éventuel retour à la vie normale dans le pays, l’expert chinois avait fait savoir que son équipe “a transmis une correspondance contenant son avis à leur ambassade en Algérie qui la transmettra, à son tour, au ministère de la Santé et au Comité scientifique”.

“Nous avons été interpellés par le ministre sur ce sujet. Notre réponse sera transmise par écrit. Mais sachez que le Comité scientifique se penche actuellement à étudier cette question de déconfinement” tout en analysant la situation”, avait-il déclaré, soulignant, en outre, que le protocole thérapeutique, la “Chloroquine”, adopté par l’Algérie, est “efficace”.

Composée de 20 experts spécialisés dans la lutte contre le Covid-19, l’équipe chinoise, a achevé ce jeudi sa mission en Algérie. Cette dernière a effectué plusieurs visites dans des hôpitaux du pays, informe l’APS.

L’équipe chinoise comptait des médecins spécialisés notamment dans le traitement des maladies respiratoires, les soins intensifs, les maladies infectieuses, ainsi que la médecine traditionnelle chinoise, précise la même source.

Il est à rappeler qu’il s’agit de la deuxième équipe médicale que la Chine envoie en Algérie après celle dépêchée en mars dernier.

Avec APS

Continue Reading

Société

Coronavirus : l’Algérie poursuivra l’utilisation du protocole thérapeutique à base de chloroquine

Yasmine Marouf-Araibi

Published

on

© DR |

L’Algérie continuera à utiliser la chloroquine dans le traitement des patients atteints par le coronavirus,  a affirmé mercredi M. Bekkat Berkani, membre du Comité scientifique de suivi de l’évolution de la pandémie de coronavirus à l’APS.

Selon lui, le protocole thérapeutique à base de chloroquine utilisé contre la maladie du covid-19 a été “efficace” et à contribuer à la guérison des personnes atteintes soulignant que ce protocole de traitement n’a causé, jusqu’à ce jour, aucun effet secondaire.

Dans le même contexte, M. Bekkat a affirmé que l’utilisation dudit protocole “s’effectue dans un cadre scientifique, avec un suivi minutieux des patients même après leur guérison”.

Si cette déclaration a été faite, c’est parce que l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a annoncé lundi la suspension “temporaire” des essais cliniques avec l’hydroxycloroquine par “mesure de précaution”.

Cette décision fait suite à la publication d’une étude dans la revue médicale The Lancet jugeant inefficace voire néfaste le recours à la chloroquine ou à ses dérivés comme l’hydroxychloroquine contre le Covid-19.

Pour Bekkat Berkani, les informations de cette étude sont “ambiguës” et sèment “le doute” autour du lien de certains lobbies et laboratoires internationaux avec ces informations. Selon lui, il s’agit de tentative de faire pression pour la commercialisation de médicaments plus coûteux que la chloroquine, au prix abordable”.

C’est pourquoi, «l’Algérie refuse de s’engager dans ce genre de conflits, et poursuivra l’utilisation de ce protocole pour les personnes diagnostiquées positives au virus», partant du principe de «faire prévaloir l’intérêt général des citoyens », a déclaré le médecin, mettant en avant, encore une fois, l’efficacité de ce protocole de traitement. Son utilisation «est un réel succès et qu’elle prouve son efficacité de jour en jour“, a-t-il insisté.

En se disant étonné quant à la position «surprenante» de l’OMS, notamment après les résultats positifs enregistrés au niveau de plusieurs pays après l’utilisation de la chloroquine contre le coronavirus, M. Bekkat a affirmé que les recommandations de l’organisation onusienne « ne concernent pas l’Algérie qui a atteint une étape très avancée dans l’application de ce protocole avec l’enregistrement de résultats positifs ». Il a rappelé, dans le même contexte, que les recommandations de l’OMS ne sont pas astreignantes.

La décision de l’OMS a poussé plusieurs pays a remettre en question l’utilisation de la chloroquine et ses dérives dans le traitement contre la maladie du covid-19. Notamment en France où la prescription de l’hydroxychloroquine a été interdite le 27 mai.

Pour rappel, l’Algérie a adopté ce protocole thérapeutique contre le coronavirus en mars dernier, alors que le pays comptait près de 300 cas confirmés au coronavirus et une vingtaine de décès.

Le premier responsable du secteur sanitaire en Algérie, Abderrahmane Benbouzid, a affirmé, à plusieurs reprises, que les indicateurs d’utilisation du protocole thérapeutique à base de Chloroquine contre la maladie du COVID-19 “sont encourageants” et “très satisfaisants”.


Continue Reading

Tendances

INTER-LIGNES

GRATUIT
VOIR