Suivez-nous

Société

Le club des magistrats s’en prend à Belkacem Zeghmati

Les critiques du ministre de la justice envers les juges ne sont pas passé inaperçues. Au contre, ils suscitent la colère et l’indignation de ce corps. En effet, le prote parole du club des magistrats, Saâdedine Merzoug charge violemment le garde des sceaux en lui rappelant, surtout, son passé et son silence face aux critiques des anciens ministres lorsqu’il était, lui-même, procureur général.

Melissa NAIT ALI

Publié

le

les magistrats
© DR |Le Club des magistrats magistrats

Dans une déclaration rendue publique, ce samedi, le club des magistrats n’a pas mâché ses mots face aux critiques émises par Belkacem Zeghmati et qui concernent la formation des magistrats et la qualité des jugements prononcés. Se disant à la fois « étonné et indigné » par les propos du ministre, ce syndicat dénonce « le populisme du premier responsable du secteur ».

PUB

Le club des magistrats rappelle, dans ce sens, que tous les ministres de la Justice, depuis l’indépendance, ont critiqué les juges « publiquement et de façon populiste, sans proposer de solution ou d’alternative ». Il cite, dans ce sens, Amar Bentoumi, Mohamed Bedjaoui, Mohamed Chérif Kherroubi, Ahmed Ouyahia et Mohamed Charfi. « Ces nouveaux propos émanent d’un ministre de la Justice à la légitimité douteuse, appartenant à un gouvernement désigné par des forces extra-constitutionnelles. Il était jusqu’à il n’y pas longtemps, enseignant à l’Ecole supérieure de la magistrature. C’est-à-dire qu’il a une part de responsabilité dans la supervision des dernières promotions », souligne le syndicat.

Le club des magistrats souligne aussi le silence de Belkacem Zeghmati devant des critiques similaires faites, en 2014, par le ministre de la justice de l’époque, Tayeb Louh, qui est actuellement en prison. « Zeghmati n’avait pas protesté ne serait-ce que du bout des lèvres et il n’avait trouvé que les élèves, qui sont aujourd’hui des magistrats en exercice, pour le réconforter après le départ du ministre », précise le Club.

Saâdedine Merzoug dénonce aussi le fait que le ministre s’est permis de critiquer des juges devant un parlement « composé de certains membres analphabètes et des ministres qui n’ont obtenu leur diplôme universitaire qu’après leur entrée au gouvernement ». Pour charger encore le ministre, le club des magistrats lui rappelle la gestion de l’affaire Sonatrach II et « les erreurs procédurales du procureur général qui était Belkacem Zeghmati ».

Société

48e vendredi : plusieurs manifestants interpellés à Alger

Achour Nait Tahar

Publié

le

© Interlignes | Arrestation des étudiants lors des manifestations contre le pouvoir et la désignation de Bensalah à la tête de l'Etat

Plusieurs personnes venues participer à la marche de ce 48e vendredi de mobilisation populaire contre le pouvoir ont été interpellées par la police à Alger.

PUB

Un énorme dispositif de police a été déployé comme à l’accoutumée dans les principales artères de la Capitale, pour empêcher les premiers manifestants de se regrouper.

La police a commencé dans un premier temps à disperser les citoyens regroupés aux alentours de la mosquée Errahma (rue Khelifa Boukhalfa) avant de s’en prendre à une dizaine d’entre eux qui tentaient de rejoindre la rue Didouche Mourad. Les manifestants ont fini par être embarqués dans des fourgons cellulaires.

Indignés, les manifestants chassés par la police scandent en choeur « ya lil 3ar policier wella haggar » (quelle honte, le policier est devenu un oppresseur).

Lire la suite

Société

Saida : La petite fille disparue a été retrouvée

Kenza Ait Bachir

Publié

le

Les recherches ont duré plusieurs heures dans la soirée de mercredi, mobilisant citoyens et policiers. Meriem, une petite fille de deux ans portée disparue hier mercredi vers 17h à Saida, a été retrouvée saine et sauve.

PUB

Les éléments des services de sécurité de la wilaya de Saida ont révélé qu’une vidéo de l’un des citoyens qui était présent à proximité de la place du 5 juillet (Saida) lorsque la petite fille avait disparue, a grandement aidé les recherches.

Tout en signalant qu’il ne s’agit pas d’un enlèvement comme cela a été largement relayé sur les réseaux sociaux mais d’un simple égarement, l’officier principal, Djilali Douci, a indiqué qu’une enquête est ouverte pour déterminer les circonstances de cette disparition.

Lire la suite

Société

Trois éléments de soutien aux groupes terroristes arrêtés à Tébessa et Boumerdès

Avatar

Publié

le

Deux éléments de soutien aux groupes terroristes ont été arrêtés samedi à Skikda et Chlef par des détachements combinés de l'Armée nationale populaire (ANP), indique dimanche un communiqué du ministère de la Défense nationale (MDN).

Trois éléments de soutien aux groupes terroristes ont été arrêtés mercredi à Tébessa et Boumerdès par des détachements de l’Armée nationale populaire (ANP), alors que six casemates pour terroristes ont été détruites à Médéa par un autre détachement, indique jeudi un communiqué du ministère de la Défense nationale (MDN).

PUB

« Dans le cadre de la lutte antiterroriste et grâce à l’exploitation de renseignements, des détachements de l’ANP ont arrêté, le 15 janvier 2020, trois (3) éléments de soutien aux groupes terroristes à Tébessa (5ème Région militaire) et Boumerdès (1ère RM), tandis qu’un autre détachement de l’ANP a découvert et détruit six (6) casemates pour terroristes, et ce, suite à une opération de fouille et de ratissage menée dans la localité de Oued Boukhirane, à Médéa (1ère RM) », précise-t-on de même source.

Lire la suite

Tendances