Suivez-nous

Société

Le club des magistrats s’en prend à Belkacem Zeghmati

Les critiques du ministre de la justice envers les juges ne sont pas passé inaperçues. Au contre, ils suscitent la colère et l’indignation de ce corps. En effet, le prote parole du club des magistrats, Saâdedine Merzoug charge violemment le garde des sceaux en lui rappelant, surtout, son passé et son silence face aux critiques des anciens ministres lorsqu’il était, lui-même, procureur général.

Melissa NAIT ALI

Publié

le

les magistrats
© DR |Le Club des magistrats magistrats

Dans une déclaration rendue publique, ce samedi, le club des magistrats n’a pas mâché ses mots face aux critiques émises par Belkacem Zeghmati et qui concernent la formation des magistrats et la qualité des jugements prononcés. Se disant à la fois « étonné et indigné » par les propos du ministre, ce syndicat dénonce « le populisme du premier responsable du secteur ».

Le club des magistrats rappelle, dans ce sens, que tous les ministres de la Justice, depuis l’indépendance, ont critiqué les juges « publiquement et de façon populiste, sans proposer de solution ou d’alternative ». Il cite, dans ce sens, Amar Bentoumi, Mohamed Bedjaoui, Mohamed Chérif Kherroubi, Ahmed Ouyahia et Mohamed Charfi. « Ces nouveaux propos émanent d’un ministre de la Justice à la légitimité douteuse, appartenant à un gouvernement désigné par des forces extra-constitutionnelles. Il était jusqu’à il n’y pas longtemps, enseignant à l’Ecole supérieure de la magistrature. C’est-à-dire qu’il a une part de responsabilité dans la supervision des dernières promotions », souligne le syndicat.

Le club des magistrats souligne aussi le silence de Belkacem Zeghmati devant des critiques similaires faites, en 2014, par le ministre de la justice de l’époque, Tayeb Louh, qui est actuellement en prison. « Zeghmati n’avait pas protesté ne serait-ce que du bout des lèvres et il n’avait trouvé que les élèves, qui sont aujourd’hui des magistrats en exercice, pour le réconforter après le départ du ministre », précise le Club.

Saâdedine Merzoug dénonce aussi le fait que le ministre s’est permis de critiquer des juges devant un parlement « composé de certains membres analphabètes et des ministres qui n’ont obtenu leur diplôme universitaire qu’après leur entrée au gouvernement ». Pour charger encore le ministre, le club des magistrats lui rappelle la gestion de l’affaire Sonatrach II et « les erreurs procédurales du procureur général qui était Belkacem Zeghmati ».

Société

Vague d’interpellations à Alger

Plusieurs manifestants ont été interpellés ce mercredi 11 décembre dans le centre de la Capitale lors de la manifestation contre la présidentielle.

Bouzid ICHALALENE

Publié

le

© INTERLIGNES l interpellation à Alger lors de la manifestation contre la présidentielle

Les manifestants rassemblés à la rue Didouche Mourad, pas loin de la Grande poste, ont été réprimés par un impressionnant dispositif policier déployé dès cette matinée.

Les manifestants ont scandé des slogans hostiles à la présidentielle prévue pour demain. « Makache el vote (pas de vote) », et « Pas de vote avec la bande« .

Pour le moment, les manifestants résistent et maintiennent leur rassemblement en scandant « Djazair Houra Democratia (Algerie libre et démocratique).

Les protestataires continuent à affluer vers le Centre de la capitale avec des cartons rouges dans les mains sur lesquels est lisible « pas de vote ».

La répression a vite rattrapé les manifestants lors de la marche anti-élection à Alger. L’usage de la force par les policiers anti-émeutes, qui n’ont pas lésiné sur les moyens pour réprimer la marche, a fait quelques blessés parmi les protestataires qui ont été pris en charge par les secouristes présents sur les lieux. Au moins deux manifestants ont été évacués à l’hôpital.

Lire la suite

Société

Marche des avocats à Bejaïa pour dénoncer les arrestations et les procès visant les activistes

Une marche des avocats a été organisée, aujourd’hui 05 décembre, dans la ville de Bejaïa pour dénoncer les arrestations et les poursuites judiciaires dont sont victimes les activistes et manifestants pacifique.

Achour Nait Tahar

Publié

le

© DR | Marche des avocats à Bejaïa.

Initiée par l’ordre régional des avocats de Bejaïa, pour soutenir les militants du Hirak qui font face à la répression depuis le début de la révolution du sourire, les robes noires revendiquent l’instauration d’une courte période de transition et une justice indépendante.   

Les avocats ont battu le pavé vêtus de leurs toges, portants des pancartes sur lesquelles on peut lire « Avocats aux cotés du peuple », « pour un état civil », « justice indépendante », « libérez les détenus d’opinion », « pour une justice indépendante et un juge libéré », « pour une Algérie une et indivisible ».

Tout au long de la marche, les avocats ont scandé des slogans pour l’indépendance de la  justice «aâdala houra moutaqila », « libérez les détenus », « djazayer houra démokratia » (Algérie libre et démocratique). Ils ont également exprimé leur rejet de l’élection présidentielle en entonnant haut et fort « makach intikhabat m3a el issabat (pas de vote avec la bande)  » , « ulac lvot ulac (il n’y aura pas de vote)  » .

Arrivé à la place Said Mekbel, une prise de parole a été organisée sur place. Khatri Salem, le bâtonnier de Bejaïa a prononcé une courte allocution dans laquelle il a rappelé les luttes menées par les aînés pour l’indépendance de l’Algérie, en citant les exemples de Ali Boumendjel et Youcef Ben Abid, avocats qui ont tout abandonné pour rejoindre les rangs du maquis. Le bâtonnier a évoqué également les actions que l’ordre des avocats prévoit d’organiser, entre autres la marche programmée pour le 10 décembre à l’occasion de la journée mondiale des droits de l’Homme.

Lire la suite

Société

Temps d’Algérie : le collectif des journalistes alerte contre la mise à mort du groupe

Le collectif des journalistes du quotidien Le Temps d’Algérie alerte sur la situation de blocage qui risque d’emporter tout le groupe Média Temps Nouveaux. En grève depuis plusieurs jours pour dénoncer les décisions arbitraires de la direction du groupe qui a décidé de suspendre plusieurs journalistes, le collectif interpelle les autorités pour intervenir en vue de mettre fin à cette situation.

Melissa NAIT ALI

Publié

le

© DR | Rassemblement des journalistes devant le siège du groupe "Média Temps Nouveaux" à Alger

« Nous, collectif du quotidien Le Temps d’Algérie, pilier et pionnier du Groupe Media Temps Nouveaux, dénonçons la situation de blocage dans laquelle se trouve notre journal depuis le 19 novembre écoulé. Le Temps d’Algérie est absent des kiosques depuis quatre jours, en raison de la suspension arbitraire de son Rédacteur en chef, Saïd Mekla, et deux de ses journalistes, Fella Hamici et Aïssa Moussi », précise le collectif dans un communiqué rendu public aujourd’hui.

Selon la même source, « la Direction ne s’est guère manifestée abandonnant la rédaction à son triste sort ». « Devant cette situation intenable et préjudiciable au Groupe, nous exigeons la levée de suspension sans condition de tous nos collègues du Groupe pour la reprise du travail. Par ailleurs, nous appelons qui de droit à intervenir le plus tôt possible pour trouver une solution à cette crise qui risque d’emporter dans son sillage tout le Groupe et ses centaines d’employés déjà fortement pénalisés par la non régularisation de quatre mois de salaire », précise-t-on, dans ce document signé par 11 journalistes.

Lire la suite

Tendances