Connect with us

Société

Le club des magistrats s’en prend à Belkacem Zeghmati

Les critiques du ministre de la justice envers les juges ne sont pas passé inaperçues. Au contre, ils suscitent la colère et l’indignation de ce corps. En effet, le prote parole du club des magistrats, Saâdedine Merzoug charge violemment le garde des sceaux en lui rappelant, surtout, son passé et son silence face aux critiques des anciens ministres lorsqu’il était, lui-même, procureur général.

Melissa NAIT ALI

Published

on

les magistrats
© DR |Le Club des magistrats magistrats

Dans une déclaration rendue publique, ce samedi, le club des magistrats n’a pas mâché ses mots face aux critiques émises par Belkacem Zeghmati et qui concernent la formation des magistrats et la qualité des jugements prononcés. Se disant à la fois « étonné et indigné » par les propos du ministre, ce syndicat dénonce « le populisme du premier responsable du secteur ».

Le club des magistrats rappelle, dans ce sens, que tous les ministres de la Justice, depuis l’indépendance, ont critiqué les juges « publiquement et de façon populiste, sans proposer de solution ou d’alternative ». Il cite, dans ce sens, Amar Bentoumi, Mohamed Bedjaoui, Mohamed Chérif Kherroubi, Ahmed Ouyahia et Mohamed Charfi. « Ces nouveaux propos émanent d’un ministre de la Justice à la légitimité douteuse, appartenant à un gouvernement désigné par des forces extra-constitutionnelles. Il était jusqu’à il n’y pas longtemps, enseignant à l’Ecole supérieure de la magistrature. C’est-à-dire qu’il a une part de responsabilité dans la supervision des dernières promotions », souligne le syndicat.

Le club des magistrats souligne aussi le silence de Belkacem Zeghmati devant des critiques similaires faites, en 2014, par le ministre de la justice de l’époque, Tayeb Louh, qui est actuellement en prison. « Zeghmati n’avait pas protesté ne serait-ce que du bout des lèvres et il n’avait trouvé que les élèves, qui sont aujourd’hui des magistrats en exercice, pour le réconforter après le départ du ministre », précise le Club.

Saâdedine Merzoug dénonce aussi le fait que le ministre s’est permis de critiquer des juges devant un parlement « composé de certains membres analphabètes et des ministres qui n’ont obtenu leur diplôme universitaire qu’après leur entrée au gouvernement ». Pour charger encore le ministre, le club des magistrats lui rappelle la gestion de l’affaire Sonatrach II et « les erreurs procédurales du procureur général qui était Belkacem Zeghmati ».

Société

Décédé de Covid-19: Moussa Benhamadi “victime de négligence”, dénonce sa famille

Achour Nait Tahar

Published

on


L’ancien ministre des Tic, Moussa Benhamadi, décédé le 17 juillet dernier après sa contamination au coronavirus, a été “victime d’une négligence”. Sa famille accuse directement l’administration de la prison d’El Harrach où il était en détention, ainsi que le magistrat instructeur près la Cour suprême de lui a pas prêté assistance.


Pis, ces derniers sont accusés de négligence. Dans, une lettre publiée, hier sous forme de publicité, dans la presse, aujourd’hui, la famille Benhamadi revient sur les dernières semaines de la lutte du défunt contre la maladie. Selon le document, l’ex-ministre n’a pas du tout été pris en charge en prison. Selon cette lettre, Moussa Benhamadi a commencé à ressentir les premiers signes de la maladie au début du mois de juillet dernier.

« Il s’est déplacé, le 3 juillet, à l’infirmerie de la prison d’El Harrach pour des soins. Mais il n’a pas bénéficié d’un sérieux diagnostic, même si les symptômes laissaient penser qu’il s’agissait de la maladie de Covid-19 », précise la famille Benhamadi.

L’ancien ministre, ajoute-t-il, s’était déplacé à nouveau le 9, puis le 12 juillet à la même infirmerie. Mais tout en vain. « Malgré la dégradation de son état de santé et l’apparition de symptômes aigus de la maladie, dont la fièvre et la toux, la fatigue et la perte des sensations, il n’a pas été pris en charge », lit-on dans cette lettre.

En date du 12 juillet, Moussa Benhamadi, lit-on dans la même l’etre, a été présenté devant le juge instructeur près de la Cour suprême. « Mais, en dépit de l’insistance de ses avocats pour le report de l’audience en raison de la maladie de leur client, le magistrat avait refusé et il avait maintenu l’interrogatoire.

Suite à cela, le défunt a regagné sa cellule complètement épuisé. Le lendemain, 13 juillet, il s’était effondré dans la cour de la prison et transféré ensuite au CHU Mustapha Bacha. Sur place, et après des analyses approfondies et un passage au scanner, les médecins ont découvert que ses poumons étaient bouchés à 75%.

Ils l’ont alors transféré au service de réanimation, où il est décédé le 17 juillet dernier », indique encore la famille Benhamadi. En tout cas, le ministère de la justice et la direction de l’administration pénitentiaire sont tenus de réagir et donner des éclaircissements sur cette grave affaire.

Continue Reading

Société

Coronavirus en Algérie: Un total de 35.160 cas et 1302 décès

Yasmine Marouf-Araibi

Published

on

© DR |

521 nouveaux cas de coronavirus et 9 nouveaux décès ont été enregistrés durant les dernières 24h en Algérie, selon le dernier bilan du comité scientifique de suivi de l’évolution de l’épidémie.

Ainsi le nombre total de contaminations s’élève à 35.160 et celui des décès à 1302.

Le nombre de guérisons s’est quant à lui élevé à 24.506 après le recensement de 423 nouveaux cas ces dernières 24h.

Continue Reading

Société

La sûreté nationale démantèle une bande criminelle “dirigée par un ancien joueur international de football”

Yasmine Marouf-Araibi

Published

on

© DR | La Direction générale de la sûreté nationale

Les services de la sûreté nationale ont procédé, récemment, au démantèlement d’une bande criminelle dirigée par “un ancien joueur international de football” rapporte, dimanche, l’agence de presse APS en citant les services concernés.

Selon ces services, cette bande criminelle en lien avec des instigateurs à l’intérieur et à l’extérieur du pays implique aussi des administrateurs et certains individus relevant de corps sécuritaires.

“Les services de sécurité ont réussi, ces derniers jours, à mettre fin à l’activité d’une bande criminelle en lien avec certains instigateurs à l’intérieur et à l’extérieur du pays ainsi qu’avec l’argent corrompu impliquant certains responsables administrateurs et individus relevant des corps sécuritaires”, a-t-on expliqué à l’APS. .

La même source a fait savoir que la bande criminelle “dirigée par un ancien joueur international de football est constituée également de détenus et de fugitifs”

Continue Reading

Tendances

INTER-LIGNES

GRATUIT
VOIR