Suivez-nous

Monde

L’association d’extrême droite “Génération identitaire” dissoute en conseil des ministres

Feriel Bouaziz

Publié

le

L’association d’extreme droite “Génération identitaire” (GI) a été dissous ce mercredi 3 mars par le Conseil des ministres, a annoncé dans un tweet le ministre de l’Intérieur français, Gérald Darmanin, assurant que cette association “incite à la discrimination, à la haine et à la violence“.

En effet, “cette association et certains de ses militants doivent être regardés comme tenant un discours de haine incitant à la discrimination ou à la violence envers des individus en raison de leur origine, de leur race et de leur religion” et, “par sa forme et son organisation militaires”, Génération identitaire “peut être regardée comme présentant le caractère d’une milice privée”, soutien, Gérald Darmanin dans le décret de dissolution.

Quant au porte-parole du gouvernement, Gabriel Attal, celui-ci a affirmé que “ce conseil des ministres a été l’occasion d’une décision importante, attendue, la dissolution de Génération Identitiaire”. Ainsi à travers “cette décision nous mettons fin aux activités parfois violentes d’un groupe qui avait depuis fort longtemps coupé les ponts avec la République”.

Par ailleurs, la procédure de dissolution avait été lancée en mi-février par le ministre de l’intérieur en procédant à l’envoi pour l’association d’un argumentaire auquel cette dernière avait jusqu’au 24 février pour répondre.

De surcroit, le décret de dissolution apporte également la lumière sur les “liens avec des groupuscules d’ultradroite dont (GI) reçoit un soutien logistique et qui défendent une idéologie appelant à la discrimination, à la violence ou à la haine au nom de théories racialistes ou suprémacistes“.

Il est à noter, que Génération identitaire a bénéficié de dons provenant du terroriste australien, Brenton Tarrant, auteur de l’attentat des mosquées de Christchurche en Nouvelle-Zélande qui s’est déroulé en mars 2019 et a engendré la mort de 51 personnes et 49 blessés.

Brenton Tarrant “membre bienfaiteur” de GI

Lors de son audition au mois d’avril 2019, par la commission d’enquête parlementaire sur les groupuscules d’extrême droite, l’ancien directeur de Tracfin, Bruno Dalles, avait affirmé que Brenton Tarrant était “membre bienfaiteur” de GI.

Avec AFP.

Lire la suite
Publicité
Commentaires
INTER-LIGNES

GRATUIT
VOIR