Connect with us

Politique

L’Algérie rejette les propos de Macron et dénonce une « atteinte inacceptable » à la Mémoire des martyrs algériens

Published

on

Crédit photo : DR | Ouverture du capital des entreprises

La Présidence de la République a rejeté samedi les déclarations attribuées aux Président français Emmanuel Macron et les a considérées comme « une atteinte inacceptable à la mémoire des martyrs algériens ». Par le biais d’un communiqué, la Présidence de la République a exprimé son rejet « catégorique » à « cette ingérence inacceptable dans ses affaires internes ».

Cette nouvelle tension a été suscitée samedi par les propos d’Emmanuel Macron qui ont été rapportés par Le Monde dans le cadre « d’un dialogue inédit » entre le Chef de l’État et les « petits-enfants de la guerre d’Algérie » qu’il a reçus.

Contestant la présence « d’une nation algérienne avant la colonisation française » et critiquant sévèrement les dirigeants algériens, Emmanuel Macron a suscité par ses propos la colère de l’Algérie qui a décidé de rappeler son ambassadeur à Paris « immédiatement pour consultations ».

Réagissant aux propos du Président français, l’Algérie a émis pour la première le nombre de martyrs sur les 130 ans de colonisation. Elle a estimé, par le biais de son communiqué, que les propos attribués au Président français et « non démentis » sont une « atteinte inacceptable à la mémoire des 5.630.000 valeureux martyrs qui ont sacrifié leurs vies dans leur résistance héroïque à l’invasion coloniale française ainsi que dans la Glorieuse Révolution de libération nationale ».

« Pour leur part, les appréciations superficielles, approximatives et tendancieuses énoncées en ce qui concerne l’édification de l’Etat national algérien ainsi que sur l’affirmation de l’identité nationale relèvent d’une conception hégémonique éculée des relations entre Etats et ne sauraient, en aucune façon, être compatibles avec le ferme attachement de l’Algérie à l’égalité souveraine des Etats », indique le communiqué.

Poursuivant, la Présidence algérienne a estimé que ces déclarations « sont des manœuvres » pour justifier « les crimes de la colonisation française en Algérie ».

« Les crimes coloniaux de la France en Algérie sont innombrables et répondent aux définitions du génocide, contre l’humanité. Ces crimes, qui sont imprescriptibles, ne doivent pas faire l’objet de manipulations de faits et d’interprétations qui diminuent de leur laideur », a indiqué le communiqué de la Présidence.

« Intervention malencontreuse »

Pointant que ces déclarations interviennent à quelques jours de la date du 17 octobre « qui commémorent les massacres du 17 octobre 161 à Paris », l’Algérie a estimé que l’intervention « malencontreuse » d’Emmanuel Macron fait « la promotion d’une version justifiable du colonialisme au détriment de la vision présentée par l’histoire de la légitimité des luttes de libération nationale ».

Alors que les deux pays travaillent depuis plus d’une année sur le dossier de la Mémoire, l’Algérie a estimé que « cette intervention désolante heurte les principes qui avaient pour but de conduire à une éventuelle coopération entre les deux pays ».

Pour rappel, cette nouvelle tension intervient quelques jours après la convocation de l’ambassadeur français en Algérie par le ministère des Affaires Étrangères. Cette convocation a été faite après décision de la France de réduire de 50% le nombre de visas octroyés aux algériens.

Continue Reading
Advertisement
Comments
INTER-LIGNES

GRATUIT
VOIR