Connect with us

Politique

L’Algérie « n’est pas à l’abri du variant Omicron »

Published

on

© DR |Fawzi Derrar, directeur général de l'Institut Pasteur

L’Algérie « n’est pas à l’abri du variant Omircon » et sa propagation en Algérie n’est qu’une question de temps, a déclaré jeudi le directeur général de l’Institut Pasteur, Fawzi Derrar.

Au vu de la circulation rapide du nouveau variant, « l’Algérie n’est pas à l’abri » et propagation au pays « n’est qu’une question de temps à l’instar des autres pays du monde comme c’était le cas avec les autres variants, en raison de la mobilité des personnes et l’ouverture progressive de l’espace aérien », a déclaré Fawzi Derrar en marge d’une journée de sensibilisation au sida au profit des étudiants de la Faculté de médecine.

« Les données établies confirment que les symptômes de ce variant n’ont pas causé de décès dans le monde », a souligné Fawzi Derrar, appelant toutefois à privilégier la prévention notamment de la part des personnes âgées et atteintes de maladies chroniques.

La présence de ce nouveau variant a été révélée jeudi 25 novembre lors d’une conférence de presse tenue par le ministre sud-africain de la Santé, Joe Phaahla, et des scientifiques.

«Nous avons malheureusement détecté un nouveau variant qui constitue une source de préoccupation en Afrique du Sud», a déclaré le virologue Tulio de Oliveira, lors de la conférence de presse.

Depuis, la nouvelle souche du coronavirus s’est propagée dans nombreux pays et inquiète les spécialistes. L’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) a classé le variant comme préoccupant.

L’OMS l’a également baptisé par une lettre de l’alphabet grecque comme elle a déjà fait avec les autres variants pour ne pas stigmatiser les pays où les souches du covid-19 sont apparues pour la première fois.


Continue Reading
Advertisement
Comments