Connect with us

Société

L’Algérie n’est pas à l’abri du Coronavirus : un nouveau plan d’urgence pour parer à tout imprévu

Avatar

Published

on

© DR | Patient atteint par le coronavirus

Le ministère de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière a indiqué, mardi à Alger, qu’un nouveau plan d’urgence a été élaboré pour parer à tout imprévu, suite à la propagation du coronavirus en Chine, affirmant que ” l’Algérie est prête à faire face à toute urgence”.

Le nouveau plan repose sur cinq axes à savoir le renforcement de la surveillance sanitaire, épidémiologique et virale, l’organisation des structures de santé pour une prise en charge préventive et la consolidation de la formation, la communication, la sensibilisation et l’information, a affirmé, lors d’une journée d’information au profit des médias nationaux, le Dr. Samia Hamadi, sous-directrice des maladies prévalentes et de l’alerte sanitaire à la Direction de la prévention et de la promotion de la santé.

Des changements peuvent être apportés à ce plan, suivant les développements pouvant survenir aussi bien à l’intérieur qu’à l’extérieur du pays, a-t-elle précisé.

L’Institut Pasteur d’Algérie est un laboratoire de référence reconnu par l’Organisation mondiale de la santé (OMS) qui dispose des moyens nécessaires pour le dépistage du virus, a souligné Dr Hamadi, affirmant qu'”aucun cas n’a été enregistré en Algérie” et que “les pouvoirs publics ont pris, à ce jour, les mesures préventives nécessaires pour prévenir cette épidémie”.

“L’Algérie n’est pas à l’abri de cette affection, à l’instar des autres pays à travers le monde. Elle est, cependant, prête à parer à tout imprévu”, a-t-elle ajouté, rappelant le dispositif de surveillance et d’alerte lancé par le ministère dès l’apparition des premiers cas de coronavirus en Chine.

Ces mesures consistent en la mise en place des moyens indispensables au contrôle et aux analyses médicales et à donner des instructions au personnel du secteur.

Pour sa part, Mohamed Zeroual, Maître-assistant au sein de l’Etablissement hospitalier spécialisé (EHS) des maladies infectieuses d’El-Kettar a présenté un exposé exhaustif sur les différents virus qui se sont propagés à travers le monde, notamment le Syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS) en 2003 et le Coronavirus du syndrome respiratoire du Moyen-Orient (MERS-CoV) en 2012, précisant que le Coronavirus apparu, en 2019 en Chine, est totalement différent des autres, ajoutant que sa souche n’a pas encore été défini.

La fièvre, la diarrhée, une forte toux, l’éternuement, le mal de gorge, les douleurs articulaires et le mal de tête sont les symptômes de cette maladie qui se développent en difficultés respiratoires, insuffisance rénale et troubles neurologiques qui exigent la mise en quarantaine du malade pour éviter la contagion, explique le spécialiste se référant aux recommandations de l’Organisation mondiale de la santé (OMS).

“Aucun n’a encore été élaboré pour ce virus”, a-t-il précisé, indiquant que “les cas hospitalisés sont placés sous haute surveillance pour réduire les symptômes du virus qui “ne répond à aucun antibiotique”.

Dr Zeoual a insisté sur l’impératif de respecter les mesures préventives, à savoir le lavage fréquent des mains, l’éternuement dans le pli du coude outre l’utilisation du masque en cas de toux.

De son côté, Dr Lylia Oubraham, représentante de l’OMS en Algérie a présenté la situation épidémiologique mondiale ainsi que les orientations de l’organisation pour la région Afrique, ajoutant qu’un appel à la vigilance et à davantage de précautions a été lancé à l’adresse de 13 pays du continent, y compris l’Algérie, étant un pays de transit pour les pays voisins qui accueille des travailleurs chinois outre les échanges commerciaux entre les deux pays. “Aucun cas n’a été enregistré dans le continent”, a-t-elle affirmé.

La chargée de l’information auprès de l’organisation, Leïla Chibout a souligné l’importance du rôle des médias dans la diffusion de l’information exacte, tout en respectant la source de l’information et les intervenants dans ce domaine, mettant en garde contre “les rumeurs pouvant provoquer la panique parmi les habitants”.

Société

Covid-19 : 228 nouveaux cas confirmés et 9 décès en Algérie

Achour Nait Tahar

Published

on

© DR |
© DR |Covid-19, Nouveau bilan

228 nouveaux cas confirmés de coronavirus covid-19, 158 guérisons et 9 décès ont été recensés durant les dernières 24 heures en Algérie, selon un bilan établi jeudi par le comité scientifique de suivi de l’évolution de la pandémie du coronavirus.

Le nombre total des infections enregistrés s’élève à 49.194 cas depuis l’apparition de la pandémie en Algérie le mois de février écoulé. celui des décès est quant à lui est passé à 1654 cas, alors le nombre total de guérisons est de l’ordre de 34.675, précise le bilan.

par ailleurs, les wilayas ayant enregistrés une hausse en matière du nombre de contaminations sont comme suit: Alger arrive en tête avec (+38), Batna (+24), Bejaïa (+23), Blida (+19) et enfin Annaba et Tlemcen avec (+17) pour chacune.

Continue Reading

Société

Aïn Témouchent: 19 harragas sauvés, deux corps sans vie repêchés

Yasmine Marouf-Araibi

Published

on

Les corps sans vie d’une femme trentenaire non identifiée et d’un enfant de 9 ans ont été repêchés jeudi au large d’Aïn Témouchent, ont indiqué les services de la protection civile à l’APS.

Les deux corps sans vie ont été transférés à la morgue de l’établissement public hospitalier Ahmed Medeghri d’Aïn Témouchent et les unités de la protection civile poursuivent les recherches après une troisième personne portée disparue en mer, ont-ils précisé.

Selon la même source, les éléments des gardes côtes ont réussi à secourir, ce matin aux environ de 4h30, 19 autres parmi 22 candidats à l’émigration clandestine suite au renversement d’une embarcation.

Continue Reading

Société

BAC 2020: des peines de prison à l’encontre des personnes impliquées dans les fuites des sujets

Meriem Nait Lounis

Published

on

Des peines d’emprisonnement d’un à deux ans et des amendes de 50.000 à 500.000 Da ont été prononcées ce mercredi à l’encontre de neuf individus impliqués dans la diffusion des sujets de l’examen du baccalauréat ou des corrigés, indique le ministère de la Justice dans un communiqué rapporté par l’agence de presse APS.

Des peines d’emprisonnement oscillant entre un et deux ans de prison avec des amendes de 50.000 à 500.000 DA ont été prononcées à l’encontre de neuf individus ayant atteint l’âge de majorité pénale pour des faits liés à la diffusion des sujets de l’examen du baccalauréat ou des corrigés à travers l’utilisation des nouvelles technologies de l’information et de la communication (TIC). Les prévenus ont été poursuivis conformément aux procédures de comparution immédiate, selon l’APS.

Dans ce cadre, le tribunal de Batna a condamné le mis en cause répondant aux initiales (M.A) à une peine de deux ans de prison ferme assortie d’une amende de 500.000 Da avec mandat de dépôt.

Le tribunal de Tébessa a également condamné le prévenu répondant aux initiales (A. H) à une peine de 18 mois de prison ferme assortie d’une amende de 100.000 Da avec mandat de dépôt, toujours selon l’APS.

Selon la même source, le tribunal d’Ain Oussara (Djelfa), a condamné le prévenu (Dj. A. A.) à un an de prison ferme assortie d’une amende de 100.000 DA avec mandat de dépôt. Même peine a été infligée par le tribunal de Hassi Bahbah au mis en cause répondant aux initiales (Kh. M. A. H. S) et le tribunal de Sétif les prévenus (M. R) et (M.A).

De son côté, le tribunal de Mahdia (Tissemsilt) a condamné le prévenu (B. A. D. M) à dix huit (18) mois de prison ferme avec une amende de 50.000 DA.Une peine d’un an de prison ferme avec sursis assortie d’une amende de 60.000 DA a été prononcée par le tribunal d’Ain Salah contre la prévenue (M. Z.) et son frère (M. A).

Continue Reading

Tendances

INTER-LIGNES

GRATUIT
VOIR