Connect with us

Politique

L’agence algérienne de coopération internationale officiellement créée

Avatar

Published

on

Un décret présidentiel portant sur la création de l’Agence algérienne de coopération internationale pour la solidarité et le développement, a été publié au dernier Journal officiel.

l’Agence algérienne de coopération internationale pour la solidarité et le développement est placée sous la tutelle de la présidence de la République. Elle est chargée de participer à l’élaboration et à la mise en œuvre de la politique nationale de coopération internationale en matière économique, sociale, humanitaire, culturelle, éducative, scientifique et technique, selon le décret n°20-42 du 11 février 2020.

L’agence aura également pour missions de contribuer à la préparation du projet de budget de la coopération internationale et d’en assurer l’exécution, d’apporter son concours à l’action de l’appareil diplomatique et des ministères concernés pour la mobilisation optimale de l’assistance technique et financière extérieure au service du développement national. Elle devra aussi assurer le suivi de la gestion technique et financière des projets d’assistance et de coopération internationale, en faveur de pays tiers.

Parmi ses missions figurent aussi la promotion du placement des compétences nationales à l’étranger dans le cadre de la coopération internationale et d’en assurer le suivi, l’entretien des relations avec la communauté scientifique et les hommes d’affaires algériens installés à l’étranger, la promotion de l’action humanitaire et de solidarité en faveur de pays tiers, la réalisation des études de veille stratégique et de la prospection, ainsi que la mise en place d’une banque de données sur la coopération internationale et l’action humanitaire.

Dans le cadre de l’exercice de ses missions, la nouvelle agence dont le siège sera établi à Alger, peut disposer de représentations à l’étranger, établies conformément à la législation et à la réglementation en vigueur.

Sur le plan organisationnel, l’agence est dotée d’un conseil d’orientation et dirigée par un directeur général. Présidé par le directeur de cabinet de la présidence de la République. Le conseil d’orientation est composé de quatre membres permanents : le ministre chargé des Affaires étrangères, le ministre chargé de l’Intérieur et des Collectivités locales, le ministre chargé des finances, le secrétaire général du ministère de la Défense nationale.

Assiste également aux travaux du Conseil, tout membre du gouvernement concerné par des questions inscrites à l’ordre du jour, selon le texte qui souligne par ailleurs, que le Conseil peut faire appel à tout représentant d’institutions ou d’organismes jugés utiles à ses travaux.

Le Conseil d’orientation délibère, notamment sur les éléments de la stratégie de coopération internationale de l’agence, avant sa soumission au président de la République pour approbation ainsi que le programme annuel et pluriannuel de l’agence qu’il valide et soumet à l’approbation du président.

Concernant son financement, le décret précise que l’agence était dotée d’un budget général annuel, comprenant un budget de fonctionnement et un budget de coopération internationale, inscrit à l’indicatif de la présidence de la République, et qui font l’objet d’une comptabilité distincte.

«L’agence est dotée par l’Etat de moyens humains, matériels et des infrastructures nécessaires à l’accomplissement de ses missions, conformément à la législation et à la réglementation en vigueur, en la matière.» Selon le même texte

Politique

Tebboune préside jeudi une séance de travail consacrée à l’examen de l’évolution de la situation sanitaire

Achour Nait Tahar

Published

on

© DR | Le président de la République Abdelmadjid Tebboune
© DR | Abdelmadjid Tebboune, président de la république

Le président de la république, Abdelmadjid Tebboune présidera, demain jeudi une séance de travail consacrée à l’étude l’évolution de la situation sanitaire du pays à la lumière de la hausse de nombre d’infections au covid-19, indique un communiqué de la présidence de la république.

“Le Président de la République, Abdelmadjid Tebboune, présidera, demain jeudi 9 juillet 2020, une séance de travail consacrée à l’examen de l’évolution de la situation sanitaire dans le pays, à la lumière de l’augmentation du nombre de cas confirmés de la Covid-19 dans certaines wilayas, en raison du non respect des gestes barrières et des pratiques bureaucratiques quant à la gestion de cette pandémie, d’où l’impératif de prendre des mesures pratiques et urgentes face à cette situation”, lit-on dans le communiqué.

Seront présent à cette réunion, le Premier ministre, les chefs des organes de sécurité, les membres du Comité scientifique de suivi de l’évolution de la pandémie du Coronavirus (Covid-19) et les Walis d’Alger, d’Oran, de Biskra, de Sétif et d’Ouargla, conclut la même source.

Continue Reading

Politique

Il a dénoncé la situation sanitaire à Biskra : Farès Charefeddine Choukri libéré, son procès renvoyé au 12 juillet

Yasmine Marouf-Araibi

Published

on

© DR |

Le sociologue et écrivain, Farès Charefeddine Choukri, ayant dénoncé la situation sanitaire à l’hôpital Hakim Saadane à la wilaya de Biskra, a été libéré ce vendredi avec renvoi de son procès au 12 juillet, annonce le comité national pour la libération des détenus (CNLD).

Il y a quelques jours, Farès Charefeddine Choukri a dénoncé, à travers une longue vidéo diffusée sur les réseaux sociaux, le manque d’oxygène, le manque d’eau et aussi le traitement réservé au patients atteints du coronavirus à l’hôpital Hakim Saadane à Biskra.

Il a été arrêté lundi et présenté ce mercredi devant le procureur du tribunal de Biskra, selon le comité national pour la libération des détenus (CNLD). Il est poursuivi pour “incitation à attroupement”.

Continue Reading

Politique

Affaire Tahkout : Le procureur requiert 15 ans de prison ferme contre Sellal et Ouyahia et 16 ans contre Tahkout

Yasmine Marouf-Araibi

Published

on

© DR | les deux anciens chefs du gouvernement, Ahmed Ouyahia et Abdelmalek Sellal

Le Procureur de la République près le tribunal de Sidi M’hamed a requis, ce mercredi, 15 ans de prison ferme à l’encontre des deux anciens Premiers ministres Sellal et Ouyahia et 16 ans contre Mahieddine Tahkout dans le cadre d’une affaire de corruption, rapporte l’agence de presse APS.

Le représentant du ministère public a également requis des amendes de 8 millions de DA pour chacun des accusés avec confiscation de leurs biens, ajoute la même source.

10 ans de prison ferme et 2 millions de DA d’amende ont été requis contre les trois ex-ministres, Abdelghani Zaalane, Youcef Yousfi et Amar Ghoul.

20 ans de prison ferme et 2 millions de DA d’amende ont été requis contre l’ancien ministre de l’Industrie, Abdesslam Bouchouareb avec confiscation des biens. En fuite à l’étranger, un mandat d’arrêt a également été émis à son encontre.

Bilel Tahkout, fils de Mahieddine Thakout, risque, quant à lui, jusqu’à 10 ans de prison ferme et 8 millions de DA d’amende avec confiscation des produits du crime.

Le frère de Mahieddine Tahkout, Hamid risque 8 ans de prison ferme et une amende de 5 millions de DA, tandis que son autre frère, Nacer, risque et trois ans de prison ferme.

Rachid Tahkout rsique, quant à lui, jusqu’à 12 ans de prison ferme assortis d’une amende de 8 millions de DA avec confiscation des produits du crime.

En détention depuis juin 2019, Mahieddine Tahkout est poursuivi, dans cette affaire, pour obtention de privilèges de la part de cadres de l’Office national des œuvres universitaires (ONOU) et du ministère des Transports dans l’affaire des œuvres universitaires, selon l’agence de presse officielle.

Il aussi accusé d’avoir obtenu des privilèges de la part des cadres du ministère de l’Industrie et de l’Agence nationale de développement de l’investissement (ANDI) dans l’affaire de la société CIMA-MOTORS, selon la même source.

Continue Reading

Tendances

INTER-LIGNES

GRATUIT
VOIR