Suivez-nous

Politique

Laboratoires Merinal : Appel à projets société civile engagée

Kenza Ait Bachir

Publié

le

© MERINAL | Appel à candidature
© MERINAL | Appel à candidature

Lancé par les laboratoires Merinal, le dimanche 10 novembre, l’appel à propositions pour soutenir et encourager les initiatives engagées pour la santé publique et la prévention, enregistre un engouement particulier de la part des participants à cette action de mécénat au profit d’une cause d’intérêt général dans le secteur de la santé publique et la prévention.

Ciblant principalement les ONG, les incubateurs et les clubs estudiantins, Merinal a décidé d’accorder une attention particulière aux projets qui seront présentés par des associations algériennes émergentes situées dans des territoires enclavés, aux projets ciblant des populations vulnérables sur le plan socio-économique et tout travail qui transmet des messages de prévention en santé publique.

Partis d’une simple pharmacie d’officine, créée en 1969, les Laboratoires Merinal, qui ont ouvert leur première unité de production en 2002, encouragent les promoteurs d’idées innovantes et la production de qualité. Les critères de sélection de cet appel à proposition en dénotent : qualité de la proposition (respect du format, écriture, détails), pertinence du projet et des activités proposées (identification des besoins, réponse aux besoins par les activités, faisabilité du projet, etc.), expérience et capacités du partenaire, visibilité, pérennité et caractère innovant du projet proposé.

L’annonce des résultats de cet appel à projet, qui prendra fin le 9 décembre, se fera le dimanche 22 décembre.

Publicité
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Politique

Libye : Alger et Ankara pour la concrétisation des conclusions de la conférence de Berlin

Melissa NAIT ALI

Publié

le

© DR | Abdelmadjid Tebboune et Reccip Tayyip Erdogan
© DR | Abdelmadjid Tebboune et Reccip Tayyip Erdogan

L’Algérie et la Turquie confirment leur engagement commun pour faire aboutir les conclusions de la dernière conférence de Berlin sur la Libye. C’est ce qu’a affirmé, aujourd’hui à Alger, le président Abdelmadjid Tebboune.

S’exprimant lors d’une conférence de presse animée conjointement avec son homologue turc, Recep Tayyip Erdogane qui entame une visite de travail et d’amitié de deux jours en Algérie, le chef de l’Etat estime qu’Alger et Ankara sont d’une « convergence totale » sur la nécessité d’œuvrer ensemble à la concrétisation des conclusions de la Conférence de Berlin sur la Libye.

Concernant la situation dans la région, « une totale convergence existe entre nous et la Turquie, pays frère, sur la nécessité d’œuvrer ensemble, avec l’aide d’Allah, à la concrétisation des conclusions de la Conférence de Berlin ». Selon le président Tebboune, l’Algérie et la Turquie « suivent de près la situation en Libye ».

Confirmation du côté du président Turc. « La crise en Libye ne pouvait être résolue par des moyens militaires. Nous sommes en pourparlers intenses avec les pays de la région et avec les acteurs internationaux pour garantir le cessez-le-feu et permettre le retour du dialogue politique en Libye », affirme Recep Tayyip Erdogane par la même occasion.

Tenue dimanche dernier sous l’égide de l’ONU et avec la participation de 11 pays dont l’Algérie, la conférence de Berlin sur la crise libyenne a mis en avant les principes fondamentaux pour la préservation de la paix et de la stabilité en Libye, notamment le renforcement de l’entente politique inter-libyenne, en tant que cadre efficace pour le règlement de la crise. A ce propos, l’Algérie a proposé d’abriter le dialogue entre les frères libyens.

Au plan bilatéral, le Président Tebboune a indiqué avoir convenu avec son homologue turc de porter “très bientôt” le volume des échanges commerciaux entre les deux pays à plus de cinq (5) milliards de dollars, saluant la place de la Turquie devenue « aujourd’hui, l’une des grandes puissances économiques hors Union européenne (…) qui a bâti son économie sur les PME ».

Le Président de la République a affirmé avoir convenu avec le Président Erdogan de consacrer un « échange quotidien » entre les ministres algériens et leurs homologues turcs, notamment les ministres des Affaires étrangères, pour « ne laisser place à aucun malentendu ».

Abdelmadjid Tebboune fait savoir, en outre, qu’il a accepté l’acquisition par la Turquie d’un terrain pour la construction d’un nouveau siège de son ambassade en Algérie, évoquant également l’ouverture d’un Centre culturel turc en Algérie et d’un Centre culturel algérien en Turquie. Le chef de l’Etat précise, par ailleurs, avoir accepté l’invitation du président Erdogan à effectuer une visite en Turquie.

Lire la suite

Politique

Algérie : Liste des 29 walis et walis délégués nommés par Tebboune

Avatar

Publié

le

Par

© DR | Mouvement partiel dans le corps des walis

Le président de la République, Abdelmadjid Tebboune, a procédé samedi à un remaniement partiel dans le corps des walis et des walis délégués.

« Conformément aux dispositions de l’article 92 de la Constitution, Monsieur Abdelmadjid Tebboune, Président de la République, a signé, ce Jour, un décret portant mouvement partiel dans le corps des walis et des walis délégués », indique un communiqué de la Présidence de la République.

A ce titre, sont nommés wali Messieurs :

ADRAR : BAHLOUL Larbi

CHLEF : DJARI Messaoud

OUM-EL-BOUAGHI : TIBOURTINE Zine Eddine

BATNA : MEZHOUD Toufik

BISKRA : ABINOUAR Abdallah

BLIDA : NOUICER Kamel

BOUIRA : LAKEHAL AYAT Abdessalem

TLEMCEN : MERMOURI Amoumène

TIARET : DERAMCHI Mohamed Amine

ALGER : CHERFA Youcef

DJELFA : BENAMAR Mohamed

JIJEL : KELKAL Abdelkader

SAIDA : SAAYOUD Saïd

SIDI BEL ABBES : LIMANI Mustapha

CONSTANTINE : SACI Ahmed Abdelhafidh

MOSTAGANEM : SAIDOUN Abdelsamai

MASCARA : SEYOUDA Abdelkhalek

BORDJ BOU ARRERIDJ : BENMALEK Mohamed

TINDOUF : MAHIOUT Youcef

TISSEMSSILT : ZEKRIFA Mahfoud

KHENCHELA : BOUZIDI Ali

TIPAZA : HADJ MOUSSA Omar

MILA : MOULAY Abdelwahab

AIN DEFLA : EL BAR Mbarek

NAAMA : MEDEBDED Idir

Par ailleurs, sont nommés wali délégué Madame et Messieurs :

DRARIA (w. d’Alger) : ZERROUKI Ahmed

MENEA (w. Ghardaïa) : AISSAT Aïssa

DRAA ERRICH (w. Annaba): BOUCHACHI Ouassila

DJANET (w. Illizi) : CHELLALI Boualem ».

Par ailleurs, le président de la République a mis fin aux fonctions des walis et walis délégués suivants :

– Bekkouche Hamou (Adrar)

– Sadek Mustapha (Chlef)

– Hadjas Messaoud (Oum El Bouaghi)

– Mohamedi Farid (Batna)

– Kerroum Ali (Biskra)

– Bouaiche Ali (Tlemcen)

– Ben Touati Abdeslem (Tiaret)

– Dif Tewfik (Djelfa)

– Far Bachir (Jijel)

– Louh Seif El Islam (Saida)

– Rabhi Mohamed Abdenour (Mostaganem)

– Delfouf Hadjri (Mascara)

– Belhadjaz El Ghali (Bordj Bou-Arreridj)

– El Afani Salah (Tissemsilt)

– Bouchama Mohamed (Tipaza)

– Amiar Mohamed (M’sila)

– Benyouce Aziz (Ain Defla)

– Hadjar Mohamed (Naâma)

– Mechri Azzedine (Ghardaïa)

*Walis délégués :

– Elgoussem Ammar (Draria – w. Alger)

– Habita Mohamed (Draâ Errich – w. Annaba)

– Dahmani Ahmed (Menea – w. Ghardaïa).

Lire la suite

Politique

Visite d’Erdogan en Algérie : la crise libyenne et les investissements au centre des discussions

Avatar

Publié

le

Par

Le président de la République de Turquie, Recep Tayyip Erdogan, entame dimanche une visite d’amitié et de travail de deux jours en Algérie, à l’invitation du président de la République Abdelmadjid Tebboune, qui sera axée sur l’examen des voies et moyens de renforcer les liens de coopération bilatérale algéro-turque et de se concerter sur les questions internationales d’intérêt commun.

Lors de cette visite, “les deux présidents auront des échanges sur les moyens et voies de renforcer des liens unissant les deux pays frères, l’élargissement des domaines de coopération bilatérale et de la concertation sur les questions internationales d’intérêt commun”, a indiqué un communiqué de la présidence.

A l’ordre du jour des discussions algéro-turques: les relations bilatérales. Les deux Etats envisagent, selon des sources diplomatiques et médiatiques, de créer une instance qui aura pour mission de définir et de gérer ce qui devrait être un “partenariat d’exception”: le Haut conseil de coopération stratégique algéro-turc.

“Nos pays doivent renforcer leurs relations sur tous les plans, et pas uniquement en matière économique et culturelle. Ce sera le rôle du Haut conseil de coopération stratégique algéro-turc qui devrait prendre forme dans le cadre d’un protocole d’accord que les deux Présidents signeront durant cette visite”, a indiqué un diplomate turc à la veille de la visite du président Erdogan à Alger.

La dernière visite du président Erdogan effectuée en février 2018 à Alger, augure selon la même source, d’une nouvelle phase dans les relations entre l’Algérie et la Turquie, à commencer par la promptitude de Recep Tayyip Erdogan à répondre à l’invitation officielle de son homologue algérien, transmise il y a moins de trois semaines, lors d’une rencontre avec le chef de la diplomatie turque Mevlüt Cavusoglu.

Le président turque sera, de surcroît, le premier chef d’Etat a effectuer une visite en Algérie après l’élection du président de la République Abdelmadjid Tebboune.

La visite du président Erdogan à Alger intervient dans le sillage de la Conférence internationale sur la Libye, qui s’est tenue le 19 janvier Berlin, à laquelle les deux présidents Abdelmadjid Tebboune et Erdogan ont participé.

La visite intervient aussi  après la réunion sur la Libye, qui s’est tenue jeudi à Alger. Les ministres des Affaires étrangères de pays voisins de la Libye, ont exhorté les belligérants libyens à s’inscrire dans le processus de dialogue politique, sous les auspices des Nations-Unies, avec le concours de l’Union Africaine (UA) et des pays voisins de la Libye, en vue de parvenir à un règlement global de la crise loin de toute ingérence étrangère

Booster l’économie et discuter des questions d’intérêt commun

La visite du président Erdogan à Alger, sera selon toute vraisemblance, l’occasion de booster encore plus l’économie et le volume des investissements et discuter des questions internationales d’intérêt commun.

Au plan économique, plusieurs centaines de sociétés turques sont déjà présentes en Algérie, notamment dans la construction, les services et le commerce. En février 2018, lors de la visite de Recep Tayyip Erdogan à Alger, les deux pays avaient signé des accords de partenariat et de coopération ainsi que des mémorandums d’entente dans les secteurs de l’énergie, de l’agriculture, du tourisme, de l’enseignement supérieur, de la culture et de la diplomatie.

M. Erdogan sera accompagné, lors de sa visite dimanche, d’une importante délégation ministérielle dont feront partie des hommes d’affaires et patrons d’entreprise, indiquent les médias turcs, sachant déjà que les échanges commerciaux entre les deux pays, sur les onze derniers mois, s’élèvent à plus de 4 milliards de dollars. Les exportations sont de l’ordre de 2,015 milliards de dollars et les importations de 2,049 milliards de dollars.

Au total, près de 800 entreprises turques, qui emploient près de 30 000 personnes, activent actuellement à travers le territoire national. Une société mixte algéro-turque a été créée en 2016 en vertu d’un protocole d’accord signé entre l’Entreprise portuaire d’Arzew (EPA) et la société turque de sidérurgie “Tosialy”.

Les Turcs, dont le pays est lié par un traité d’amitié et de coopération avec l’Algérie depuis mai 2006, sont en outre intéressés par le marché algérien du textile. Le complexe intégré des métiers du textile (Tayal) de Relizane, implanté dans la zone de Sidi Khettab, et surtout connu pour la qualité et l’innovation, des facteurs importants pour la commercialisation des produits tant en Algérie qu’à l’international.

Lire la suite

Tendances