Connect with us

Politique

Laalami électrocuté par le taser: la LADDH demande l’ouverture d’une enquête

Yasmine Marouf-Araibi

Published

on

© DR | Ligue algérienne pour la défense des droits de l'homme

La Ligue algérienne pour la défense des droits de l’homme (LADDH) a réagi, mercredi, à l’arrestation musclée de l’activiste Brahim Laalami et son électrocution par le taser appelant le parquet de Bordj Bou Arreridj à ouvrir une enquête judiciaire afin “d’établir les faits”.

“L’activiste du Hirak, Laalami Chems Eddine, dit Brahime, à été victime hier d’une grave blessure, suite à une électrocution au Taser lors de son arrestation brutale qui lui a coûté une hospitalisation et une intervention chirurgicale”, a dénoncé la LADDH.

“La LADDH tout en exprimant sa solidarité avec l’activiste et lui souhaitant prompte rétablissement, appelle en urgence le parquet de Bordj Bou Arreridj à ouvrir une enquête judiciaire en vue d’établir les faits et de situer les responsabilités autours de ce grave précédent”, indique le communiqué.

“Poursuivis et emprisonné plusieurs fois, pour rappel, il a été déjà victime d’une blessure lors d’une interpellation précédente que la LADDH a deja dénoncé”, ajoute-il.

En outre, via le même document, “la LADDH réitère sa demande au respect des droits fondamentaux du citoyen, garanties par le droit national et international des droits humains, particulièrement pour ce qui est du respect en toutes circonstance, de l’intégrité physique sphère inviolables des droits”.

Pour rappel, Brahim Laalami a été à nouveau arrêté mardi soit près d’une semaine après la libération. Il a été électrocuté avec Taser. Déjà affaibli par une grève de la faim qu’il a entamé le 03 août et qu’il a maintenu jusqu’à sa libération le 30 du même mois, l’activiste a été transporté aux urgences. Il aurait subit une intervention chirurgicale.

Advertisement
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Politique

Le député démissionnaire Khaled Tazaghart condamné à un an de prison ferme

Yasmine Marouf-Araibi

Published

on

Le député démissionnaire Khaled Tazaghart a été condamné ce dimanche à un an de prison ferme avec mandat de dépôt, indique le comité national pour la libération des détenus (CNLD).

Poursuivi pour “incitation à attroupement”, “publications pouvant porter trouble à l’ordre public”, “violation des mesures du confinement sanitaire”, le procureur près le tribunal d’Akbou (Béjaia) avait requis un an de prison ferme et 100,000 DA d’amende.

Le prévenu a été arrêté samedi 26 septembre à 13h alors qu’il revenait de la marche de Kherrata qui s’est tenue le même jour. Il a par la suite été transféré au commissariat central de Béjaia où il a été placé en garde à vue.



Continue Reading

Politique

Bordj Bou Arreridj: Brahim Laalami condamné en appel à de la prison ferme et un million de DA d’amende

Yasmine Marouf-Araibi

Published

on

Le détenu Chems-Eddine Laalami dit Brahim a été condamné, en appel, ce dimanche par le tribunal de Bordj Bou Arreridj à 18 mois de prison ferme dans une affaire et à un an de prison ferme dans une autre, annonce le comité national pour la libération des détenus (CNLD).

Poursuivi dans six affaires au total pour “outrage à corps constitué”, “atteinte à un agent en plein exercice de ses fonctions”, “outrage à corps constitué par les moyens et des réseaux sociaux” et “diffamation”, entre autres, Brahim Laalami a également été condamné à une amende de 1 million de DA.

Pour rappel, Brahim Laalami a été condamné en première instance à 18 mois de prison ferme et une amende d’un million de DA d’amende.

Continue Reading

Politique

Le procès en appel d’Ali Haddad reporté au 11 octobre

Yasmine Marouf-Araibi

Published

on

Le procès en appel de l’homme d’affaires Ali Haddad, condamné en première instance, à une peine de 18 ans de prison ferme assortie d’une amende de 8 millions DA, a été reporté au 11 octobre.

Le report du procès intervient suite à la décision du Barreau d’Alger de boycotter les audiences au niveau de la Cour d’Alger et toutes les institutions y relevant à partir de ce dimanche 27 septembre, et ce, en solidarité avec le bâtonnier d’Alger après qu’une altercation avec un juge ait conduit à son hospitalisation.

D’autres anciens hauts-responsables sont aussi poursuivis dans cette affaire dont les deux anciens premiers ministres, Ahmed Ouyahia et Abdelmalek Sellal et l’ancien ministre de l’industrie et des mines Abdeslam Bouchouareb.

Les prévenus sont poursuivis pour plusieurs chefs d’inculpation en lien avec la corruption, dont “obtention, en violation de la législation, de privilèges, d’avantages et de marchés publics”, “dilapidation de deniers publics”, et “conflits d’intérêts”.

Continue Reading

Tendances

INTER-LIGNES

GRATUIT
VOIR