La tentative ratée du système pour déminer le mouvement populaire

Crédit photo:DR

Grand Angle (300x600)

Les tenants du pouvoir politique qui se font rabattre le caquet chaque fois qu’une tentative de négociation se fait jour, s’obstinent à labourer leur fief et utiliser leurs «relais» dans la perspective de casser le mouvement de protestation populaire.

 

Les représentants d’une centaine d’associations nationales ont confirmé, samedi, 16 mars, à l’issue d’une assise organisée par l’union du mouvement associatif et citoyen (UMAC) à l’hôtel Riadh (Sidi Fredj) qu’un «dialogue national inclusif est nécessaire pour encadrer le mouvement populaire appelant au changement de régime et à la construction d’une Algérie nouvelle».

Au lendemain des manifestations du 15 mars, l’UMAC connue pour être l’un des instruments de soutien au régime et à la candidature de Bouteflika pour son deuxième mandat en 2004, a organisé une journée de dialogue à l’occasion du mouvement de protestation pour discuter les différentes actions de la société civile. Serait-elle une nouvelle manœuvre du gouvernement de Bouteflika pour dissuader le mouvement? Une union pro-système pourrait-elle changer de conviction et soutenir le mouvement de protestation contre ce président qu’elle défendait par le passé?

Cette entité fantôme disparue une année après sa création en 2003, c’est-à-dire peu de temps après l’élection de Bouteflika pour son deuxième mandat, a été ressuscitée en novembre 2018 visiblement pour s’acquitter de la même mission et se faire l’avocat du diable.

Certains internautes certainement conscients de ce manège, ont mis en garde sur les réseaux sociaux contre l’UMAC, appelant les citoyens à plus de vigilance pour pouvoir contrecarrer ses manœuvres. «Les représentants de l’UMAC ont répété sans cesse qu’ils soutiennent le mouvement populaire, comme si l’UMAC voulait coûte que coûte déconstruire le moindre doute sur sa véritable action. D’autant plus que Ennahar et al Ajwaa étaient les seules médias invités à couvrir cette assise», indique un jeune citoyen qui a pris part à cette assise.

Les responsables du gouvernement actuel jouent toutes les cartes pour étouffer le mouvement appelant les algériens au dialogue et faisant miroiter un changement dont le peuple a l’ultime conviction que ce sera une autre tromperie du pouvoir pour se faire redorer le blason.

 

Adsence Milieu article