Suivez-nous

Politique

La réunion gouvernement-walis s’ouvre ce dimanche

Avatar

Publié

le

© DR |Réunion gouvernement-Walis

Les travaux de la réunion gouvernement-walis, placée sous le thème “Pour une Algérie nouvelle”, ont débuté dimanche à Alger, sous la présidence du président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune, en présence du premier ministre Abdelaziz Djerad, des membres du gouvernement, des cadres centraux et locaux et des élus.

Organisée simultanément au Palais des nations (pour ce qui est des allocutions et des communications) et au Centre international des conférences (pour ce qui est des ateliers et des débats), la rencontre réunit, durant deux jours, plus de 1.100 participants dont les partenaires socio-économiques du gouvernement.

S’inscrivant dans un nouvel esprit de gouvernance, établi sur la base d’une approche de développement durable harmonieuse, mettant en valeur la qualité du cadre de vie citoyen et son environnement, la rencontre vise à élargir le terrain de réflexion et de la mise en application du plan arrêté par les pouvoirs publics afin d’établir une démarche performante de développement, génératrice de richesses et favorable à la mise en réseau des initiatives innovantes des différents acteurs, tant sur le plan régional que local.

Ainsi, la rencontre se penchera sur six thématiques liées à une nouvelle démarche performante de développement en vue de concrétiser l’ensemble des actions de développement pour lesquels s’est engagé le président de la République et qui sont contenus dans le plan d’action du Gouvernement. 

Cette réunion a prévu d’aborder notamment les questions inhérentes au développement local et à l’amélioration du cadre de vie du citoyen à travers la mise en place d’une gouvernance urbaine axée sur la gestion moderne des nouvelles villes, la maîtrise du logement ainsi que le perfectionnement des commodités de vie urbaines.

Il est question aussi de se pencher sur l’amélioration continue du cadre de vie citoyen à travers une démarche de planification des systèmes de développement local et les instruments de son financement dans une optique de cohérence et de complémentarité.

Dans le domaine économique et du développement local, la réunion focalisera sur les thèmes relatifs à la gestion du foncier économique, de l’accompagnement des startups, du désenclavement des zones frontalières et des montagnes ainsi que la digitalisation des services publics locaux.

Des ateliers interactifs regroupant les différents participants seront animés autour de ces thèmes, d’une manière continue, tout au long de cette rencontre qui devra déboucher sur une série de recommandations opérationnelles susceptibles de transformer la vision des pouvoirs publics en actions concrètes de développement dans tous les secteurs.

S’agissant des objectifs assignés à la rencontre, il s’agit, selon le ministère de l’Intérieur, de “rompre avec la pratique des plans de développement locaux synonymes de programmes de financement et s’orienter vers une réelle planification du développement local”.

Politique

Conseil des droits de l’Homme : Aicha Zinai démissionne et dénonce

Melissa NAIT ALI

Publié

le

© DR | Aicha Zinai démissionne du CNDH

Le conseil national des droits de l’homme (CNDH) enregistre une première défection. Un de ses membres annonce son retrait et dénonce « l’incapacité de cette institution d’assumer ses missions » et « l’emprise de l’administration sur cette instance». Il s’agit d’Aicha Zinai qui vient de rendre publique sa décision dans un post publié sur sa page Facebook.

Cette membre du CNDH bien avant la nomination de Bouzid Lezhari à sa tête, révèle un mode de fonctionnement tout à fait dépendant de cette institution. Elle affirme ainsi que son retrait « intervient après la ferme conviction que cette institution ne peut pas accomplir ses missions constitutionnelles et légales dans sa configuration actuelle ».

« Malheureusement, cela se produit à l’ombre du Hirak qui s’est soulevé contre les pratiques contraire à l’Etat de Droit. Il est aussi regrettable que cela se produise sous l’ère du président Tebboune qui n’a pas cessé d’insister, dans ses discours, sur le respect des droits de l’homme », explique-t-elle.

Aicha Zinai soutient que le CNDH demeure « sous l’emprise de l’administration, dont la mission devrait seulement se limiter à la gestion administrative et financière ». Cette démission intervient au lendemain de la publication, par Bouzid Lezhari, d’un communiqué dans lequel il défend le parquet près la Cour d’Alger dans l’affaire Karim Tabbou, condamné lors d’un simulacre de procès en appel à 1 an de prison ferme.

Au lieu d’enquêter sur ce scandale judiciaire, dénoncé au niveau international, le président du CNDH n’a rien trouvé que de reprendre, avec pratiquement les mêmes mots, le communiqué du parquet en dépit des affirmations erronées qu’il contenait.

« Le refus du report du procès de Karim Tabbou par la Cour d’Alger relève légalement du ressort exclusif de cette juridiction. Il n’existe pas sur le plan international ce qui oblige la justice à approuver les demandes de report de toutes les parties à la cause », estime l’institution, présidée par Bouzid Lezhari.

Ce dernier est allé jusqu’à démentir les affirmations des avocats concernant l’Etat de santé de Karim Tabbou. « Il a subi des examens médicaux effectués en premier lieu par le médecin de l’infirmerie de la Cour, puis par un groupe de spécialistes qui ont été chargés par la Direction générale de l’administration pénitentiaire et de la réinsertion. Ces spécialistes ont unanimement affirmé que l’intéressé ne souffre d’aucune maladie pouvant entraver sa comparution au procès, notamment les symptômes d’un accident vasculaire cérébral (AVC) », argue-t-il.

Cette réaction du CNDH a été largement condamné par les organisations des droits de l’homme et par l’ordre des avocats.

La démission d’Aicha Zinai pourrait avoir un lien avec cette scandaleuse prise de position, même si elle ne l’évoque pas dans son communiqué.

Lire la suite

Politique

Le journaliste Khaled Drareni placé sous mandat de dépôt à la prison d’El Harrach

Yasmine Marouf-Araibi

Publié

le

© DR | Le journaliste Khaled Drareni

Le placement sous mandat de dépôt du journaliste Khaled Drareni vient d’être exécuté par la Cour d’Alger. Il sera transféré à la prison d’El Harrach, ont indiqué ses avocats ce dimanche 29 mars.

Selon l’avocat Hafid Tamert, Khaled Drareni a été présenté devant le procureur près le tribunal de Sidi M’hamed, il a été transféré par la suite à la Cour d’Alger, peu avant 11h, pour exécution de son mandat de dépôt. Une mesure décidée conte lui le 25 mars après  l’annulation par la chambre d’accusation de la cour d’Alger du contrôle judiciaire dont il faisait l’objet depuis le 10 mars dernier.

C’est lors d’une marche populaire qui s’est déroulée le 07 mars dernier que Khaled Drareni a été arrêté alors qu’il exerçait son métier de journaliste. Depuis, il a été placé en garde-à-vue et présenté devant le procureur près le tribunal de Sidi M’hamed pendant trois jours consécutifs. Au bout de la troisième présentation, soit le 10 mars, le procureur a ordonné la libération de Khaled Drareni sous contrôle judiciaire pour  «incitation à attroupement non armé» et «atteinte à l’intégrité nationale».

Le mercredi  25 mars après un appel introduit par les avocats pour annuler la mesure du contrôle judiciaire ordonnée contre Khaled Drareni, la chambre d’accusation près la Cour d’Alger a décidé, contre toute attente, de durcir la peine du journaliste en ordonnant la mise sous mandat dépôt à la place du contrôle judiciaire. 

Ainsi, alors que le monde marque une trêve sanitaire à cause de la propagation inquiétante du coronavirus, l’Algérie se dresse contre les instructions de l’organisation mondiale de la Santé ainsi que la Haut-Commissaire aux droits de l’Homme de l’ONU Michelle Bachelet qui exhortent à réduire le nombre de personnes en détention.

Ne pouvant organiser de sit-in en soutien à leur collègue comme lors de sa première arrestation, plus de 200 journalistes ont lancé une pétition appelant à la libération de Khaled Drareni.

Lire la suite

Politique

Tribunal de Bir Mourad Rais : Deux ans de prison ferme requis contre le journaliste Sofiane Merakchi

Yasmine Marouf-Araibi

Publié

le

© DR | le journaliste Sofiane Merakchi

Le parquet près le tribunal de Bir Mourad Rais a requis deux ans de prison ferme contre le journaliste Sofiane Merkachi, assortis d’une amende “de cinq fois le coût” de son matériel saisi, a indiqué le comité national pour la libération des détenus (CNLD) ce dimanche 29 mars.

Le journaliste et correspondent de la chaîne libanaise “Al maydeen” est placé en détention préventive depuis le 26 septembre 2019. Selon ses avocats la justice algérienne lui reproche d’avoir fourni des images des manifestations populaires à des médias étrangers notamment à la chaîne télévisée Al Jazeera.

Après plus de six mois de détention, les deux journalistes Sofiane Merkachi et Belkacem Djir avaient décidé, en janvier dernier, d’entamer une grève de la faim pour contester le gel de leur affaire et réclamer une programmation de leur procès. “Nous, Sofiane Merakchi et Belkacem Djir, avons décidé d’entamer une grève de la faim car après notre arrestation et notre placement en détention provisoire depuis plus de six mois, toutes les demandes de remise en liberté provisoire qui ont été formulées par nos avocats ont été rejetées” avaient déclaré les deux journalistes en janvier dernier.

Il est à mentionner que le procès de Sofiane Merkachi se déroule alors qu’un autre journaliste est présenté devant la justice, à savoir Khaled Drareni. Celui-ci est présenté devant la Cour d’Alger ce dimanche pour exécution de son placement sous mandat de dépôt décidé contre lui le 25 mars dernier pour «incitation à attroupement non armé» et «atteinte à l’intégrité nationale».

Lire la suite

Tendances

INTER-LIGNES

GRATUIT
VOIR