Connect with us

Société

La mystérieuse affaire de Brahim Laâlami: l’activiste transféré au tribunal de Bordj Bou Arreridj

Son cas est pour le moins énigmatique. Arrêté à la veille de la marche du 1er novembre à Alger, l’activiste Brahim Laâlami n’a plus donné signe de vie. Ce mercredi, la Ligue Algérienne de Défense des Droits de l’Homme (LADDH) avait informé que le jeune militant va être présenté devant le procureur du tribunal de Constantine . Arrivés sur place, le père du détenu et l’avocat Me Chadi ont été re-dirigés vers le tribunal de Bordj Bou Arreridj.

Avatar

Published

on

La ligue qui avait pris contacte avec le père de Brahim a indiqué qu’il était parti ce matin rendre visite à son fils “au niveau des services de l’ex-DRS à Constantine, lieu de sa détention”.

Selon Said Salhi, vice-président de la LADDH, “le père a été informé que son fils va être présenté devant le tribunal de Constantine ce mercredi”. Cependant, et contre toute attente, le jeune Brahim Laalami a été transféré vers le tribunal de Bordj Bou-Arreridj à l’instant.

“Notre avocat présent au tribunal de Constantine en compagnie du père du détenu, m’ont informé à l’instant que Brahim est encore transféré, il se trouve au tribunal de Bordj Bou Arreridj 1ère chambre d’instruction”, annonce Said Salhi qui s’interroge sur les raisons de ce transfert. “On dirait que c’est fait sciemment pour punir s’est parents”, s’indigne M.Salhi.

“Pour les nombreuses personnes qui nous ont contactés au sujet de l’activiste Brahime Lalami, arrêté jeudi 31 octobre à la Place des Martyrs à Alger, on tient à préciser que nombreux ceux qui sont à la recherche de son lieu de détention sans pouvoir confirmer car des informations ont circulé qu’il aurait été transféré d’Alger vers Constantine mais pour l’instant ça reste toujours sans confirmation officielle”, avait indiqué, hier mardi, le Comité national  pour la libération des détenus (CNLD).

Et de préciser : “Une avocate de Constantine qui a passé l’après-midi de ce lundi 4 novembre à faire le tour des commissariats de Constantine n’a pas trouvé ni de dossier, ni sa détention, alors qu’un autre activiste et militant des droits de l’Homme fait part de la détention de Brahim Laalami dans un centre de l’ex-DRS à Constantine”.

Société

Explosion meurtrière d’El Bayadh: le verdict

Yasmine Marouf-Araibi

Published

on

Le tribunal correctionnel d’El Bayadh a rendu jeudi son verdict dans l’affaire de l’explosion meurtrière d’El Bayadh survenue le 10 octobre et faisant 6 morts et 17 blessés. Les condamnations prononcées à l’encontre des 12 impliqués oscillent entre un an et trois ans de prison ferme. Le procureur de la république avait requis les peines maximales. 

Les personnes placées en détention provisoire le 15 octobre ont été condamnés à trois ans de prison ferme et 100,000 DA d’amende. Il s’agit de l’entrepreneur chargé du projet d’éradication des points noirs du réseau d’assainissement de la commune d’El-Bayadh. Il est accusé d’”homicide et de blessures involontaires”, “négligence et non respect des règlements”, “incendie détruisant des biens d’autrui”, “faux et usage de faux”, “réalisation de travaux sur la voie publique sans autorisation”, en plus de la “non déclaration des travailleurs aux services de la Caisse nationale d’assurance sociale des travailleurs salariés (CNAS)”.

L’entrepreneur a également été interdit de conclure de façon directe ou indirecte des marchés publics pendant une période de cinq ans. 

Il s’agit également du conducteur des travaux et le conducteur d’engin qui a provoqué l’accident, un cadre de Sonelgaz, un autre de l’instance nationale de contrôle des travaux d’hydraulique, deux cadres de la Direction des ressources en eau d’El Bayadh et un ingénieur du bureau d’études chargé de suivre le projet. Ils sont poursuivis pour “homicide et blessures involontaires”, de même qu’un élu de l’APC d’El Bayadh accusé de “menaces et d’intimidations pour contrecarrer les investigations” et d’avoir “fourni des documents administratifs à une personne qui n’en ont pas droit”.

Les personnes qui ont été placées sous contrôle judiciaire ont eux été condamnés à des peines allant d’un un à deux ans de prison ferme assorties d’une amende de 100,000 DA. Il s’agit en l’occurrence d’un élu de l’APC d’El Bayadh, un fonctionnaire de Sonelgaz et deux employés de l’unité de l’Algérienne des eaux (ADE) et d’Algérie Télécom.

Pour rappel, une explosion due à une fuite de gaz a eu lieu samedi 10 octobre à la wilaya d’El Bayadh. L’explosion provoquée par les travaux “d’un entrepreneur privé” a fait six morts et 17 blessés. La dernière victime est décédée le 17 octobre après une hospitalisation d’une semaine à l’hôpital des grands brûlés de Douéra à Alger.

Continue Reading

Société

Séisme de Mila: les listes préliminaires des concernés par l’indemnisation finalisées

Feriel Bouaziz

Published

on

L’opération d’élaboration des listes préliminaires concernant toutes les formules d’indemnisation destinées aux sinistrés fortement touchées par le séisme ayant frappé la wilaya de Mila le 7 août dernier a été achevée, rapporte mercredi les services de la wilaya.

En effet, les listes élaborées comprennent les noms des familles concernées par l’indemnisation dans le cadre du relogement et les bénéficiaires des aides de location ou d’aide de réhabilitation des bâtisses, indique un communiqué émanant des services de la wilaya.

C’est pourquoi, les services de la wilaya ont appelé les concernés à se présenter auprès des services de la daira de Mila afin de retirer les convocations relatives au tirage au sort qui sera effectué de manière “urgente” pour connaître le logement de chaque bénéficiaire de logements réalisés au site ‘’Ferdoua’’ dans la commune de Sidi Merouane réservés à la prise en charge des sinistrés du séisme.

De plus, il sera procédé à l’octroi de décision d’attribution d’aide de location destinée aux citoyens ayant demandé de bénéficier d’assiettes pour la construction de leurs biens à travers un large choix de sites réservés à cet effet, selon la même source.

Cette opération s’inscrit dans le cadre d’une première phase de prise en charge des préoccupations des citoyens touchés par le séisme“, selon le communiqué, soulignant ainsi que “les efforts de l’Etat se poursuivent et d’importants moyens financiers ont été mobilisés sous forme d’aides pour la réhabilitation des bâtisses touchées“.

Par ailleurs, une autre opération devra avoir lieu après la réception des listes supplémentaires des victimes des indemnisations, aujourd’hui en cours d’étude au niveau central. “Tout citoyens dont le dossier a été rejeté, peut déposer un recours et l’enregistrer sur le registre ouvert à cet effet à la daira de Mila“, explique la même source.

Pour rappel, deux séismes de magnitude 4.9 et 4.5 sur l’échelle ouverte de Richter ont secoué, vendredi 07 août, la wilaya de Mila faisant des dégâts matériels dont l’effondrement de plusieurs habitations mais aucun dégât humain.

Continue Reading

Société

Explosion d’El Bayadh: le procureur requiert les peines maximales

Yasmine Marouf-Araibi

Published

on

Le tribunal correctionnel d’El Bayadh a rendu jeudi son verdict dans l’affaire de l’explosion meurtrière d’El Bayadh survenu le 10 octobre et faisant 6 morts et 17 blessés. Les condamnations prononcées à l’encontre des 12 impliqués oscillent entre un an et trois ans de prison ferme. Le procureur de la république avait requis les peines maximales. 

Les personnes placées en détention provisoire le 15 octobre ont été condamnés à trois ans de prison ferme et 100,000 DA d’amende. Il s’agit de l’entrepreneur chargé du projet d’éradication des points noirs du réseau d’assainissement de la commune d’El-Bayadh. Il est accusé d’”homicide et de blessures involontaires”, “négligence et non respect des règlements”, “incendie détruisant des biens d’autrui”, “faux et usage de faux”, “réalisation de travaux sur la voie publique sans autorisation”, en plus de la “non déclaration des travailleurs aux services de la Caisse nationale d’assurance sociale des travailleurs salariés (CNAS)”.

L’entrepreneur a également été interdit de conclure de façon directe ou indirecte des marchés publics pendant une période de cinq ans. 

Il s’agit également du conducteur des travaux et le conducteur d’engin qui a provoqué l’accident, un cadre de Sonelgaz, un autre de l’instance nationale de contrôle des travaux d’hydraulique, deux cadres de la Direction des ressources en eau d’El Bayadh et un ingénieur du bureau d’études chargé de suivre le projet. Ils sont poursuivis pour “homicide et blessures involontaires”, de même qu’un élu de l’APC d’El Bayadh accusé de “menaces et d’intimidations pour contrecarrer les investigations” et d’avoir “fourni des documents administratifs à une personne qui n’en ont pas droit”.

Les personnes qui ont été placées sous contrôle judiciaire ont eux été condamnés à des peines allant d’un un à deux ans de prison ferme assorties d’une amende de 100,000 DA. Il s’agit en l’occurrence d’un élu de l’APC d’El Bayadh, un fonctionnaire de Sonelgaz et deux employés de l’unité de l’Algérienne des eaux (ADE) et d’Algérie Télécom.

Pour rappel, une explosion due à une fuite de gaz a eu lieu samedi 10 octobre à la wilaya d’El Bayadh. L’explosion provoquée par les travaux “d’un entrepreneur privé” a fait six morts et 17 blessés. La dernière victime est décédée le 17 octobre après une hospitalisation d’une semaine à l’hôpital des grands brûlés de Douéra à Alger.

Continue Reading

Tendances

INTER-LIGNES

GRATUIT
VOIR