Connect with us

Culture

La ministre de la Culture Malika Bendouda suscite la colère des algériens

Yasmine Marouf-Araibi

Published

on

Une nouvelle polémique a éclaté jeudi soir sur la Toile algérienne, s’ajoutant ainsi à la longue liste des dérapages des dirigeants algériens. Cette fois-ci c’est la ministre de la Culture Malika Bendouda qui a été pointée du doigt. Estimant que “la femme qui ne sait pas rouler le couscous représente une menace pour sa famille”, les propos de la ministre ont été qualifiés de “honteux”, “scandaleux” et “sexistes”.

“La femme qui ne sait pas préparer le Cousous, pas le cuisiner, mais le rouler représente une menace pour sa famille”, a estimé la ministre de la Culture jeudi.

Ces propos ont été tenus suite à la classification du plat traditionnel au patrimoine culturel immatériel de l’Organisation des Nations unies pour l’éducation, la science et la culture (UNESCO), et ce, suite à une candidature déposée par l’Algérie, la Tunisie, la Mauritanie et le Maroc.

Diffusée par les médias, la vidéo de son discours a vite été relayée et dénoncée sur les réseaux sociaux. “Sexiste”, “inadmissible” et “honteux” ce sont, entre autres, les réactions des internautes qui n’ont pas hésité à répondre à la ministre.

Identifiant ses comptes virtuels dont Facebook et Twitter, les internautes ont rappelé à Malika Benadouda que le rôle de la femme algérienne dans a société “ne se résumait pas à la cuisine”.

Dernier dérapage d’une longue série

Restée jusqu’à hier à l’abri des dérapages, les propos de Malki Bendouda se sont joints à une longue série de polémiques crées par les responsables algériens. Les internantes n’ont pas oublié d’en faire ressortir quelques unes dont celle de Sid Ali Khaldi qui, même deux mois après, n’est pas tout à fait digérée.

En effet, le ministre de la jeunesse et des sports, Sid Ali Khaldi, a lui aussi tenu des propos “inadmissibles” le 22 octobre dernier alors qu’il faisait la promotion du référendum sur l’amendement constitutionnel qui s’est tenu le 1er novembre.

« Nous allons construire un Etat conforme à la déclaration du 1er novembre, un Etat démocratique et social dans le cadre des principes de l’Islam. Pour la première fois depuis l’indépendance, nous avons constitutionnalisé la déclaration du 1er novembre et celui qui n’est pas content n’a qu’à changer de pays », avait déclaré Sid Ali Khaldi.

Des propos largement dénoncés et suite auxquels, Sid Ali Khaldi a présenté des excuses.
“Nous sommes humains. Nous ne sommes pas à l’abri de l’erreur. A ceux qui ont mal compris, je m’excuse pour les propos que je ne pensais pas et qui ont été sortis de leur contexte”, a-t-il déclaré au lendemain de son dérapage.

Malika Bendouda n’a quant à elle pas encore réagi à cette polémique qui se poursuit encore sur les réseaux sociaux.

Continue Reading
Comments