Suivez-nous

Politique

La marche contre « l’ingérence » se transforme en « soutien à l’élection présidentielle »

La marche de soutien à la présidentielle à Alger a été un véritable flop. Organisée par l’UGTA pour « dénoncer l’ingérence étrangère », l’action n’a finalement drainé que quelques centaines de personne, en majorité des travailleurs contraints d’y participer.

Achour Nait Tahar

Publié

le

© INTERLIGNES | Marche de soutien à la présidentielle du 12 décembre à Alger
© DR | marche de soutien à l'élection présidentielle .

En dépit de la mobilisation de grands moyens, transport, fourniture de drapeaux et pancartes et encadrement policier impressionnant, la marche a tourné au ridicule. le tronçon entre la place Maurice Audin et la Grande poste a été complètement fermé à la circulation par des camions de forces anti-émeutes.

La propagande médiatique officielle autour de cette manifestation n’a été finalement d’aucune utilité. Les participants, réunis dès le début de la matinée au siège de l’UGTA, principale organisation de masse du pouvoir en place, se sont ébranlés vers 10h00 en direction de la grande poste, en passant par la rue Hassiba Ben Bouali.

Sans conviction, tête baissée, les « partisans » de la présidentielle et du commandement militaire, sous une très haute surveillance des agents en civils, présents même dans la foule, se sont montrés très timides devant les passants qui les regardaient avec beaucoup de pitié.

Certains les ont dénoncé, en scandant des slogans hostiles aux élections et au chef d’état-major de l’ANP, Ahmed Gaid Salah. Sur la rue Hassiba ou au niveau de la Grande poste, les nombreux policiers mobilisés pour garantir le succès de cette action n’ont pas hésité à charger les opposants aux élections. Certains d’entre eux ont été interpellés.

© INTERLIGNES | Manifestant contre la présidentielle durant la marche de soutien à ce scrutin

Il n’a pas fallu beaucoup de temps pour que les espoirs des organisateurs de cette marche volent en éclats. En effet, des slogans anti-élection fusaient de partout. A partir des trottoirs, les passants ont vilipendé les marcheurs en les traitants de « cachiristes ». Parmi les marcheurs, certains nous ont confié qu’ils « ne savaient pas que la marche allait se transformer en soutien à la présidentielle. Nous sommes venus de Blida pour dénoncer les tentatives d’ingérence et non pas soutenir une présidentielle sans légitimité aucune».

Le pouvoir qui multiplie ce genre de marches, qualifiées faussement, de « spontanées » se retrouve à nouveau hors-jeu et sa démarche tendant à imposer une présidentielle contre la volonté populaire s’affaiblit encore davantage. Trois journalistes ont été empêchés de faire leur travail lors de cette manifestation.

Les opposants à présidentielle se sont pris aux chaines de télévisions privées et publiques, mobilisées avec beaucoup de moyens pour assurer la couverture de cette manifestation qui n’a pas drainé un nombre important de participants comme espéré par les sous-traitants éternels du pouvoir en place.

Parfois, les pro et les anti-élections se croisent sur les trottoirs et discutent de la situation politique, mais les agents en civil les dispersent « pour qu’il n’y ait pas de confrontation entre les deux groupes» nous a confié une source policière.

Politique

Abdelmadjid Tebboune élu nouveau président de la République

Abdelmadjid Tebboune est le nouveau président de la République, il arrive en tête de classement des résultat avec 58.15% de voix soit 4945116 votants, c’est ce qu’a annoncé, Mohamed Charfi, président de l’Autorité nationale indépendante des élection (ANIE).

Achour Nait Tahar

Publié

le

Abdelmadjid Tebboune

Lors d’une conférence de presse animée, ce vendredi 13 décembre, au centre international des conférences. Mohamed Charfi a communiqué les résultats qui donnent le classement des candidats comme suit : Abdelmadjid Tebboune arrive en tête avec 58,15% des voix suivi de Abdelkader Bengrina avec 17,38%, à la troisième place Ali Benflis avec 10,55% , Azzedine Mihoubi est quatrième avec 07,26% et Abdelaziz Belaid ferme la marche avec un score de 06,66%.

Le taux de participation est de l’ordre de 39,83%, un chiffre en nette baisse par rapport à la présidentielle de 2014 qui a enregistré un taux de participation de 50,7%. Le scrutin s’est déroulé dans climat très tendu, la journée a été marquée par les nombreuses marches organisées dans plusieurs wilaya pour exprimer le rejet de cette joute.

A rappeler que le vote a été quasiment nul à Bejaïa et Tizi-Ouzou, les bureaux ont été fermés par la population. L’opération de vote a été perturbé dans d’autres wilayas à l’image de Bouira, , Bordj Bou Arréridj, Sétif et Jijel.

Lire la suite

Politique

DIRECT l 43e vendredi du hirak : le peuple poursuit sa mobilisation et rejette la « mascarade électorale »

Ce vendredi, les Algériens devront sortir en masse, à travers le territoire national, pour exprimer leur rejet de ce scrutin « de la honte » et exiger un changement démocratique dans le pays. Pour les Algériens, faire passer cette élection voudrait simplement dire la regénérescence du pouvoir qu’on appelle de tout son voeu à son démantèlement définitif.

Hier, la majorité des Algériens dans toutes les wilayas du pays ont boudé massivement les bureaux de vote, préférant manifester dans la rue. L’acte de protestation a été grandement marqué par une vague d’arrestations sans précédant depuis le début de la dissidence citoyenne. A Alger, Bouira, Tizi Ouzou, et Bejaia, les forces de sécurité ont violemment réprimé les manifestants.

Achour Nait Tahar

Publié

le

© INTERLIGNES | Manifestation du 11 décembre 2019 à Alger contre l'élection présidentielle
© INTERLIGNES | Manifestation du 11 décembre 2019 à Alger contre l'élection présidentielle

13H50

Alger : La manifestaion prend de l’ampleur. Des milliers de protestataires marchent dans la rue pour exiger le démantèlement du régime politique en place.

13H17

« Tebboune dégage », scandent les manifestants à Alger.

13H15

« Ce n’est pas une présidentielle mais une mascarade électorale », crient à tue-tête les milliers de manifestants à Tizi Ouzou.

13H12

Alger : Les manifestants rejettent d’emblée le nouveau Président de la République, Abdelmadjid Tebboune et dénoncent une « mascarade électorale »

© Interlignes Média

13H10

Imposante manifestation à Béjaia. Les protestataires rejettent les élections présidentielles et exigent un démantèlement définitif du régime politique en place.

© DR. Imposante manifestation à Béjaia contre la présidentielle.

13H00

Début de manifestation à Tizi Ouzou. Des milliers de manifestants sont dans la rue pour exprimer leur rejet de « cette élection de la honte »

12H50

Des manifestants brandissent des pancartes hostiles à Abdelmadjid Tebboune.

© Interlignes Média

12H37

Alger : « Allah Akbar l’vot m’zaouar », (le vote est fraudé), scandent les manifestants à la rue Didouche Mourad.

12H32

Alger : Les manifestants marchent par plusieurs centaines pour exprimer leur rejet de la présidentielle scandant en choeur « Dawla madaniya, machi 3askariya » (Etat civil et non militaire).

12H30

Impressionnante Manifestation à Tizi Ouzou contre la présidentielle. Les manifestants scandent des slogans hostiles aux candidats de la présidentielle.

12H15

Mohamed Charfi annonce un taux de participation national de 39.83%.

Abdelmadjid Tebboune arrive en tête de la présidentielle avec 4.945 116 de votants soit un taux de 58.15%

Abdelkader Bengrina obtient un taux de 17.38% soit 1.477 735 votants

Ali Benflis : 10,55% soit 896 934 votants

Azzeddine Mihoubi : 7,26 soit 617 753 votants

Abdelaziz Belaid : 6,66% soit 556 808 votants

12H10

Mohamed Charfi annonce les résultats de la présidentielle.

11H52

Début de la conférence de presse de Mohamed Charfi, président de l’ANIE pour annoncer les résultats de la présidentielle.

11H45

Le candidat Abdelamdjid Tebboune aurait remporté le premier tour de la présidentielle avec 58% de voix selon Ennahar TV.

11H00

À Tizi Ouzou et Bejaia, des citoyens nettoient ce matin les traces des affrontements de la veille.

Lire la suite

Politique

Présidentielle : les chiffres « douteux » de l’ANIE

Achour Nait Tahar

Publié

le

Le président de l’Autorité nationale indépendante des élections (ANIE), Mohamed Charfi a annoncé dans la nuit de jeudi à vendredi que « le taux final de participation global à l’élection présidentielle du 12 décembre a été de 39,93% » le plus bas jamais enregistré.

Cependant, tout porte à croire que les chiffres avancés par l’ANIE sont pour le moins « douteux » étant donné que le nombre d’inscrits à ce scrutin n’a jamais été dévoilé pour déterminer réellement le taux de vote dans chaque wilaya du pays.

En effet, à Bejaia,Tizi Ouzou, Bouira, ou encore Bordj Bou Arreridj -pour ne citer que celles-ci-, le taux de participation est proche de zéro vu que les bureaux de vote ont été fermés par la population. Néanmoins, l’ANIE annonce tout de même un taux de vote « satisfaisant » à Bordj Bou Arreridj soit 32.95% tandis qu’à Bouira, le taux de participation aurait été de 17.06%. A Béjaia, l’ANIE annonce un taux de participation à cette élection de seulement 0,21%, soit « 1181 électeurs ». Un chiffre plus que mensonger sachant que tous les bureaux de vote ont été fermés ».

Ce qui nous amène à s’interroger sur la crédibilité de ces chiffres avancés par une institution qui n’a de cesse de mettre en avant la transparence de ce scrutin pourtant largement rejeté par les Algériens.

Lire la suite

Tendances