La justice rejette la demande de libération de Issad Rebrab

Le patron du groupe Cevital, Issad Rebrab, s’exprime sur le blocage de ses projets et dénonce une « main invisible ». S’exprimant sur le plateau de la chaîne française d’information, France 24, l’homme le plus riche d’Algérie estime aussi que c’est la même « main invisible » qui gère le pays.

Crédit photo : DR | Le PDG du groupe Cevital monsieur Issad Rebrab

La cour d’Alger a rejetté la demande de libération provisoire formulée par les avocats de l’homme d’affaire Issad Rebrab, en détention depuis la fin du mois d’Avril, suite à la décision du juge d’instruction du tribunal Sidi Mhamed.

 

Selon des sources judiciaires, « la cour n’a pas accepté la demande de mise en liberté provisoire de l’homme d’affaire Issad Rebrab ».

Malgré les marches organisées en Kabylie pour demander sa libération, Issad Rebrab doit encore rester dans la prison d’El Harrach, lieu de sa détention, jusqu’à formulation par ses avocats d’une nouvelle demande de mise en liberté provisoire, ou bien, jusqu’à la programmation de son procès.

Pour rappel, l’homme le plus riche au Maghreb, a annoncé sur son compte Twitter qu’il a été auditionné dans le cadre d’une enquête menée par la gendarmerie nationale sur « les blocages du projet Evcon ».