la candidature de Bouteflika déposée, malgré la mobilisation populaire

Louiza Hanoune, porte parole du parti des travailleurs, a annoncé lors d'un point de presse tenu aujourd'hui, que “le président pourrait annoncer des décisions importantes, et probablement, ce 26 décembre il y aura de nouveaux développements.

Crédit photo: DR | Le président de la république Abdelaziz Bouteflika sur un fauteuil roulant

Grand Angle (300x600)

L’actuel président de la république Abdelaziz Bouteflika, qui a fêté ses 82 ans hier, a décidé d’aller à l’encontre de la volonté du peuple et charge Abdelghani Zaalane de déposer sa candidature au conseil constitutionnel.

 

Alors que plusieurs milliers d’algériens sont sortis aujourd’hui pour dire non au  5e mandat de l’actuel président de la république, son directeur de campagne fraichement nommé, Abdelghani Zaalane, vient de déposer la candidature de Bouteflika, au conseil constitutionnel.

Alors que touts les algériens attendaient son retrait de la course, l’entourage du grabataire a préféré maintenir sa candidature en défiant le peuple dans les urnes, alors que tout le monde redoute la machine de fraude qui va surement être actionnée en cette occasion.

Dans la lettre rendue publique, Bouteflika tient   » tout d’abord, à saluer, à cette occasion, le civisme qui a caractérisé les récentes marches populaires. Je salue également le comportement professionnel exemplaire des différents corps de sécurité. Je salue aussi l’attitude de tous nos concitoyens qui ont réservé l’expression de leur opinion pour le jour du scrutin à travers les urnes. Je tiens enfin à saluer l’Armée Nationale Populaire pour sa mobilisation en toutes circonstances dans l’accomplissement de ses missions constitutionnelles ».

Cette déclaration est synonyme de rejet des doléances des millions d’algériens qui ont envahi les rues de toutes les communes et villes algériennes. Pire, il dissimule un message d’ingérence de l’armée dans les affaires politiques du pays. « Je tiens enfin à saluer l’Armée Nationale Populaire pour sa mobilisation en toutes circonstances dans l’accomplissement de ses missions constitutionnelles » peut-on lire dans la lettre. Mais que cela veut dire? La même constitution oblige à cette institution la neutralité et la non implication dans les affaires politiques.

Un algérien sur quatre

Pour conclure sa lettre, Bouteflika promet « la tenue, juste après l’élection présidentielle, d’une conférence nationale inclusive et indépendante pour débattre, élaborer et adopter des réformes politiques, institutionnelles, économiques et sociales, devant constituer le socle du nouveau système rénovateur de l’Etat national algérien en harmonie avec les aspirations de notre peuple ». Pourquoi cette conférence na pas été organisée durant son règne qui a duré 20 ans?

Avec 5 millions 8 milles signatures et 19 milles 700 parrainages d’élus déclarés par son directeur de campagne, Bouteflika semble réaliser un miracle. Un algérien sur quatre inscrits sur sur le fichier électoral a signé pour Bouteflika. Comment cela est possible alors que son équipe de campagne a été chassée de plusieurs wilayas? Comment cela est possible alors qu’ils n’ont même pas drainé des foules?

Dans la même lettre lue aujourd’hui, bouteflika promet « l’organisation d’une élection présidentielle anticipée conformément au calendrier arrêté par la conférence nationale indépendante. Je m’engage à ne pas être candidat à cette élection qui assurera ma succession dans des conditions incontestables de sérénité, de liberté et de transparence. La date de cette élection présidentielle anticipée sera fixée par la conférence nationale ». Pourquoi voudrait-il organiser une élection dans deux ans alors qu’il peut se retirer maintenant? Nous n’oublions pas sa déclaration de 2012 à Sétif quand il a annoncé qu’il ne se présentera plus, car sa génération est révolue. Deux ans plus tard, il a brigué un quatrième mandat!

Juste après son annonces, plusieurs rassemblements sont organisés dans tout le territoir national pour dire encore une fois, non au cinquème mandat de Bouteflika.

Adsence Milieu article