Connect with us

En continu

Karim Younes défend sa démarche et répond aux critiques

Avatar

Published

on

© DR | Karim Younès appelle au respect es instructions

Faisant l’objet de critiques des plus véhémentes depuis sa rencontre avec le chef de l’état, le coordinateur du panel du dialogue national, Karim Younes, est monté aux créneaux pour défendre sa démarche au lendemain du refus de plusieurs personnalités de rejoindre son panel.

 

“Je suis plus soucieux du futur de mon pays que du présent de ma propre image. C’est alors, en mon âme et conscience que je me suis senti obligé…l’obligé de mes compatriotes, l’obligé de nos enfants, adultes en devenir, exclusivement”, écrit l’ancien président de l’APN.

Et d’ajouter : “Même si je dois encore être victime de mise en accusation, je continuerai à agir de façon équitable en dépit de la manière inique dont certains opèrent car je me veux engagé dans ce processus qui vise à prendre à bras le corps la réalité telle qu’elle es”

“Je suis triste de constater que mon appel à l’action se transforme en appel à la réaction”, regrette Karim Younes.

Le coordinateur du panel, visiblement dans des mauvais draps, n’a pas manqué de répondre aux reproches qui lui sont faites, “Tenter d’obtenir la libération de jeunes manifestants pour avoir porté le drapeau de ses couleurs identitaires est une tare ? De faire arrêter les violences policières sur les manifestants est une hérésie ? Faire sauter les verrous qui empêchent l’accès de la capitale les jours de marches, une faute grave ? D’appeler à l’ouverture des média aux opinions qui courent dans la société une ineptie ? De porter la voix de millions d’Algériens pour le départ de l’actuel gouvernement, une lubie ?. Que veut-on au juste ? De laisser tous ses leviers de pouvoir au pouvoir que l’on veut abattre ?”, s’interroge-t-il

“Non, je ne suis pour ma part ni le pouvoir, ni son émissaire. Je suis seulement un citoyen appelé à apporter sa contribution aux côtés des hommes et des femmes de bonne volonté pour faire aboutir la lutte enclenchée de longue date, impulsée par la révolution de février 2019”, souligne Karim Younes en signe de réponse à ses détracteurs.

“Que ceux qui pensent détenir la Vérité, en s’installant dans le confort du censeur fassent mieux. J’applaudirai à leurs succès”, conclut-il

Advertisement
Comments
INTER-LIGNES

GRATUIT
VOIR