Connect with us

Accueil

Karim Tabbou plaide pour «une alternative populaire»

Published

on

Le militant politique Karim Tabbou, a appelé l’ensemble des personnalités, militants et intellectuels à se rassembler autour d’une «alternative populaire» pour le pays.

Pour Karim Tabbou, l’Algérie vit une situation «de blocage politique, de désordre social et de régression morale». «Rythmé par les sordides luttes de pouvoir et les tentatives de recomposition interne du système, le pays est livré à lui-même», constate le coordinateur de l’Union démocratique et sociale (UDS), parti non agréé, dans une analyse publiée sur sa page facebook.

Et sans ce qu’il qualifie de «réelle mutation»,il craint que l’avenir du pays soit «compromis». C’est pourquoi, à la veille de la célébration du soixantième anniversaire de l’indépendance du pays, «il est plus qu’indispensable que toutes les personnalités, les militants, les intellectuels qui ont pleinement assumé le Hirak se retrouvent pour réengager le pays sur la voie d’une réelle et incontournable alternative populaire», estime l’ancien prisonnier politique. Il s’agit, selon lui, de la «seule issue possible pour éviter au pays les dangers de dislocation».

Un appel à ceux qui ont assumé le Hirak

À l’initiative dite de «rassemblement» du chef de l’Etat, Abdelmadjid Tebboune, l’ancien premier secrétaire national du FFS n’y croit pas trop. Pour cause, «sur le terrain, les bonnes intentions qui la sous-tendent sont vite démenties par la persistance des pratiques d’intimidations, d’arrestations et d’interdictions», regrette-t-il. 

Tabbou va plus loin, en assimilant la démarche à une «entreprise de recyclage et de relookage de ceux, nombreux, (qui ont été) rejetés par le Hirak populaire».  Même les partis qui se sont inscrits dans cette initiative, à l’image du FFS, n’ont pas échappé aux tirs de l’opposant politique. Pour lui, «l’éventuelle libération de quelques détenus à l’occasion du 5 juillet 2022 que certains apparatchiks–opportunistes présentent déjà comme étant ‘’leur exploit politique’’ ne changera rien à la situation de blocage que vit le pays».

« Recyclage »

Un vrai «lem echeml» (rassemblement), estime Karim Tabbou, consiste «à redonner aux Algériens leur droit de manifester librement, de laisser s’exprimer le Hirak». Ce dernier est, de son point de vue, le «seul moyen de mesurer le degré d’adhésion des Algériens». Toutefois, analyse-t-il, maintenir les dispositifs d’interdiction du Hirak «confirme si besoin est le manque de volonté politique et le refus du pouvoir de se soumettre à la souveraineté populaire».

Dans ce contexte, Karim Tabbou aborde le rôle de l’armée. «Face à ce désir irrépressible d’émancipation du peuple, son souhait de recouvrer sa souveraineté et de vivre librement, l’ANP, au lieu de couvrir les turpitudes d’un régime condamné par l’histoire, est appelée à éviter d’être enrôlée dans les luttes de pouvoir et à s’astreindre à ses seules missions constitutionnellement définies», écrit-il, plaidant pour «la restitution» du politique aux politiques.

Le politique aux politiques

Cette immixtion n’est pas sans dangers, explique Tabbou, car «si les uns se permettent un tel dépassement, d’autres seraient tentés d’utiliser l’école, la mosquée et même l’administration à des fins politiques», prévient-il.

Considérant que «la rupture est consommée» entre le peuple et les institutions qu’il qualifie de «fantoches», le coordinateur de l’UDS affirme que «toute tergiversation devant l’impératif du changement n’est que perte de temps».

« Préalables »

Pour rétablir cette confiance, il y a «des mesures indispensables», mais aussi «des préalables à l’engagement de quelque processus politique», estime Tabbou. Il s’agit, entre autres, de «la dissolution de la police politique, le rétablissement des libertés publiques, la libération inconditionnelle de tous les détenus d’opinion, l’annulation des poursuites judiciaires contre les militants, les journalistes et les animateurs sociaux, l’arrêt de toute interférence où immixtion de l’armée dans le champ politique, l’ouverture des champs de débats et le rétablissement du droit à l’information… ».

Continue Reading
Advertisement
Comments
INTER-LIGNES

GRATUIT
VOIR