Catégories
Accueil En continu Politique

Journée de l’Armée: Toufik Mediene, Nezzar et Hocine Benhadid honorés par le Président Tebboune

Le général à la retraite Mohamed Mediene, dit Toufik, ancien patron des services secrets, l’ancien ministre de la Défense, Khaled Nezar, et le général à la retraite Hocine Benhadid, ont été honorés jeudi par le président de la République Abdelmadjid Tebboune.

Cette distinction des « anciens membres de l’ALN qui ont continué de servir le pays après l’indépendance », intervient à l’occasion de la Journée nationale de l’Armée, désormais célébrée le 4 août de chaque année.

La cérémonie de remise des distinctions s’est déroulée au Club de l’armée à Béni Messous, en présence du général d’armée, Saïd Chanegriha.

Les trois anciens hauts responsables au sein de l’armée, « n’ont pas pu être présents pour des raisons de santé », a-t-on expliqué durant la cérémonie.

D’autres anciens membres de l’ALN, retraités de l’ANP, au même titre que Toufik Mediene, Nezzar et Benhadid, ont également été honorés par le président de la République. Il s’agit de l’ancien président Liamine Zeroual, des généraux et colonel à la retraite, respectivement Mohamed Betchine, Abdelmadjid Cherif et Selim Saadi.

Des distinctions leurs seront remises « à leurs domiciles » ultérieurement, a-t-on souligné.

Pour rappel, à l’époque du puissant général de Corps d’Armée, Ahmed Gaïd Salah, durant le Hirak qui a poussé à la démission de Bouteflika, ces trois anciens dirigeants militaires, -indésirables-, étaient jugés et mis (pour 2 d’entre eux) en prison.

Le général Toufik, placé sous mandat de dépôt en mai 2019 suite à la fameuse réunion de la villa Dar El Afia en mars, a été condamné en septembre de la même année à 15 ans de prison ferme, pour « complot contre l’autorité de l’armée et contre l’autorité de l’Etat ».

La justice militaire l’ayant blanchi de ces accusations, il quitte la prison en janvier 2021, après 21 mois de détention.

Nezzar, lui, jugé par contumace dans la même affaire, a écopé de 20 ans de prison ferme, alors qu’il s’était réfugié en Espagne depuis juillet 2019. Il rentre en décembre de l’année suivante et fait vider les mandats d’arrêt lancés à son encontre.

Quand à Hocine Benhadid qui a connu la prison une première fois en 2015, il a été placé sous mandat de dépôt en mai 2019, pour « atteinte au moral de l’armée » après avoir accusé Gaïd Salah d’être « à la solde de l’étranger ». Il a été libéré en janvier 2020.

Lors de la célébration de la fête de l’indépendance durant la même année, « le général Bazooka » comme le surnomment les militaires, a été l’invité de Saïd Changriha qui a succédé à Gaïd Salah, décédé en décembre au lendemain de l’investiture du Président Abdelmadjid Tebboune.

Quitter la version mobile
INTER-LIGNES

GRATUIT
VOIR