Suivez-nous

Monde

Invasion du capitole par les partisans de Donald Trump: au moins quatre morts

Yasmine Marouf-Araibi

Publié

le

Au moins quatre personnes sont décédées mercredi soir lors des émeutes qui ont éclaté suite à l’encerclement, par les partisans du Président sortant Donald Trump, du capitole à Washington ou devait être certifiée la victoire de Joe Biden. Les scènes de l’invasion ont suscité une vague d’indignation dans le monde. Aux Etats-Unis des mesures ont été prises pour parer d’autres éventuelles émeutes. 

Il s’agit de l’une des partisantes de Donald Trump qui a succombé à un coup de feu de la police, a annoncé le chef de la police de Washington Robert Contee, ajoutant qu’une enquête interne a été ouverte sur cet “événement tragique”.

Trois autres personnes à savoir une femme et deux hommes sont mortes aux alentours du Capitole “d’urgence médicale distincte”, a déclaré M. Contee, sans préciser si les trois victimes étaient des sympathisants de Donald Trump. Il a également ajouté que la cause de leur décès ne sera établie qu’après leur examen par un médecin légiste.

Le même responsable a fait état de 52 interpellations dont 26 opérées dans l’enceinte du capitole. Suite aux émeutes, la maire de Washington Muriel Bowser a établi un couvre-feu et a étendu l’état d’urgence dans la capitale fédérale pour 15 jours, soit jusqu’à la fin du mandat de Donald Trump.

La démocratie “piétinée” 

L’invasion au siège du congrès américain a suscité une vague d’indignation et a été considérée comme une atteinte à la démocratie.

Le Royaume-Uni a qualifié les scènes de “honteuses”. L’Allemagne a appelé les pro-Trump à “cesser de piétiner la démocratie” tandis que le Canada a dit que “la démocratie aux États-Unis doit être respectée, et elle le sera”.

“Scènes honteuses au Congrès. Les États-Unis sont partisans de la démocratie dans le monde et il est désormais vital qu’il y ait un transfert de pouvoir pacifique et ordonné”, a écrit le Premier ministre britannique Boris Johnson.

“Les Canadiens sont profondément perturbés et attristés par l’attaque contre la démocratie survenue aux États‑Unis, notre plus proche allié et voisin. La violence ne l’emportera jamais sur la volonté du peuple. La démocratie aux États-Unis doit être respectée, et elle le sera”, a écrit le Premier ministre canadien, Justin Trudeau.

L’ancien président républicain George W. Bush, a dénoncé des scènes de chaos dignes d’une “république bananière” tandis que le démocrate Barack Obama a estimé que ces violences sont “un moment de déshonneur et de honte” pour l’Amérique.

De son coté, le Président élu Joe Biden a écrit sur Twitter que ces scènes sont un rappel que la “démocratie est fragile”.

“Aujourd’hui, c’est un rappel, douloureux, que la démocratie est fragile. Pour la préserver, il faut des gens de bonne volonté, des dirigeants qui ont le courage de se lever, qui se consacrent non pas à la poursuite du pouvoir et de l’intérêt personnel à tout prix, mais au bien commun”, a écrit Joe Biden.

Twitter et Facebook contre Donald Trump

Les deux réseaux sociaux Twitter et Facebook ont pris mercredi des mesures sans précédent contre Donald Trump qui est à l’origine de ces émeutes, ayant appelé ses partisans à manifester le jour de l’officialision de la victoire de Joe Biden. Suite aux émeutes Donald Trump, qui conteste encore les résultats de scrutin présidentiel du 03 novembre dernier, a essayé de se rattraper en diffusant une vidéo appelant ses sympathisants “à rester loin de la violence”.

La vidéo a été retirée peu après par Facebook qui a jugé qu’elle “contribuait aux risques de violence”. Le réseau social a par la même occasion décidé de bloquer le président américain pendant 24 heures.

Twitter a également supprimé la vidéo et a bloqué le compte de Donald Trump pour douze heures et l’a menacé de suspension permanente, des mesures sans précédent.

En sus, Twitter a indiqué mercredi qu’il réduisait la portée des messages encourageant les actes violents au Capitole. Ces tweets “ne pourront pas être retweetés ou aimés, et on ne pourra pas y répondre”, a précisé le réseau social.

Lire la suite
Publicité
Commentaires
INTER-LIGNES

GRATUIT
VOIR