Connect with us

Société

Internet fixe et mobile : l’ARPCE dévoile les derniers chiffres

Yasmine Marouf-Araibi

Published

on

c© DR | Internet fixe et mobile : l'ARPCE dévoile les derniers chiffres

Près de 37 millions d’abonnés à l’internet mobile (3G et 4G) et 3.5 millions d’abonnés à l’internet fixe  (ADSL, fibre, 4G LTE et Wimax) ont été enregistrés au 4ème trimestre de 2019 en Algérie, indique mercredi un bilan de l’Autorité de régulation de la Poste et des communications électroniques (ARPCE).

Près de 37 millions d’abonnés à l’internet mobile (3G et 4G) ont été enregistrés au 4ème trimestre de 2019 en Algérie, représentant une évolution de 1,57% par rapport au même trimestre de 2018, indique mercredi un bilan de l’Autorité de régulation de la Poste et des communications électroniques (ARPCE).

Le parc global des abonnés actifs à l’internet mobile au 4ème trimestre de 2019 a atteint les 36.911.428 abonnés, soit 24.922.271 abonnés à la 4G (67,52% du parc global) et 11.989.157 abonnés à la 3G (32,48% de ce parc), précise la même source, relevant une augmentation de 568.827 abonnés par rapport à la même période de 2018, soit un taux d’évolution de 1,57% en une année.

Le taux de pénétration de l’internet mobile au 4ème trimestre de 2019 a atteint 84,08%, contre 83,74% au 4ème trimestre de l’année précédente, représentant ainsi une évolution de 1,02%.

Le trafic consommé de l’Internet de téléphonie mobile en Algérie au 4ème trimestre de l’année dernière est d’un volume de 312.123.030 Go (Gigaoctet), comparativement au 4ème trimestre de 2018 où un volume de 166.691.345 Go a été enregistré, soit une évolution de 87,25%, relève l’ARPCE.

Plus de 3.5 millions d’abonnés à l’internet fixe en 2019 en Algérie

Concernant l’internet fixe (ADSL, fibre, 4G LTE et Wimax) plus de 3.5 millions d’abonnés ont été enregistrés au 4ème trimestre de l’année 2019, contre 3,2 millions durant la même période de 2018, représentant une évolution de 9,50%, selon l’ARPCE

Le parc global des abonnés à l’internet fixe, au 4ème trimestre de 2019, a atteint 3.569.176 abonnés, dont 2.377.120 abonnés aux réseaux internet haut et très haut débit (ADSL et fibre optique) et 1.192.056 abonnés aux réseaux internet 4G LTE fixe et Wimax, précise la même source, qui ajoute que ce parc global a augmenté de 309.711 abonnés par rapport au 4ème trimestre de l’année 2018, soit une évolution de 9,50%.

Au 4ème trimestre 2019, les abonnés aux réseaux de l’internet fixe ADSL et fibre représentent 66,60% de l’ensemble des abonnés et les réseaux de l’internet fixe sans fil (4G LTE et Wimax) 33,40% de ce total.

Le taux de pénétration de l’internet fixe représentait 8,13% au 4ème trimestre de 2019, contre 7,51% au 4ème trimestre de 2018, soit une évolution de 0,62%.

Concernant la répartition du parc global ADSL, Fibre et Wimax par débit, l’ARPCE a relevé que le débit entre 2 Méga et 4 Méga représente 90,92% du taux global des abonnés, celui entre 4 Méga et 10 Méga est de 8,95%, celui entre 10 Méga et 50 Méga est de 0,12% et enfin le débit de plus de 50 Méga ne dépasse pas les 0,001% du taux global des abonnés.

La bande passante utilisée au dernier trimestre de 2019 a atteint 1.150 Gbps (Gigabit/seconde), comparativement au 3ème trimestre de la même année qui a enregistré 998 Gbps en bande passante, représentant ainsi une évolution de 15,23%.

Par ailleurs et pour être omniprésente sur les réseaux sociaux, l’ARPCE a lancé sa nouvelle page officielle Facebook sous le nom de “Arpce, سلطة ضبط البريد والاتصالات الالكترونية”. La page Facebook de l’ARPCE “servira à vous informer de son actualité, activité et réalisation”, précise la même source.

Avec APS

Advertisement
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Société

Coronavirus: 195 nouveaux cas, 170 guérisons et 10 décès en Algérie durant les dernières 24h

Avatar

Published

on

By

© DR | Covid19, nouveau bilan

Cent-quatre-vingt-quinze (195) nouveaux cas au coronavirus, 170 guérisons et 10 décès ont été enregistrés durant les dernières 24 heures en Algérie, a indiqué samedi à Alger le porte-parole du comité scientifique de suivi de l’évolution de la pandémie du Coronavirus, Djamel Fourar, lors du point de presse quotidien consacré à l’évolution de la pandémie.

Continue Reading

Politique

Le port du masque est obligatoire: Peut-on réellement assurer sa disponibilité à 40 dinars ?

Bouzid ICHALALENE

Published

on

© DR | Port du masque obligatoire
© DR | Port du masque obligatoire

Le décret exécutif rendant obligatoire le port du masque de protection comme mesure de prévention dans le cadre de la lutte contre la propagation du Coronavirus (COVID-19) a été publié dans le dernier numéro du Journal officiel (numéro 30). Mais le flou plane sur le mécanisme et le plafonnement du prix à 40 dinars comme annoncé par le gouvernement.

Ce décret a pour objet de modifier et de compléter certaines dispositions du décret exécutif n 20-70 du 24 mars 2020 fixant les mesures complémentaires de prévention et de lutte contre la propagation du Coronavirus (COVID-19).

Ainsi, l’article 13 bis du décret précise : “Est considéré également comme mesure de prévention obligatoire, le port d’un masque de protection (…) lequel doit être porté par toutes personnes et en toutes circonstances, sur la voie et les lieux publics, sur les lieux de travail ainsi que dans tous les espaces ouverts ou fermés recevant le public, notamment les institutions et administrations publiques, les services publics, les établissements de prestations de services et les lieux de commerce”.

Mais la question de la disponibilité des masques reste la plus grande interrogations, car dans certaines régions, il est très compliqué de trouver des masques, et si on les trouve, parfois ils ne sont pas conformes ou bien, il sont mis en vente avec des prix excessifs.

Les autorités ont annoncé que le prix du masque sera plafonné à 40 dinars, mais sur le marché, la situations est tout autre. Les prix des masques dépassent parfois les 200 dinars pour les masque en tissu “réutilisables”. C’est devenu un commerce pour certains vendeurs à la sauvette qui profitent de cette crise pour s’enrichir en ignorant la situation sanitaire.

Selon certains grossistes que nous avons contacté, le prix de revient des masques chirurgicaux qu’ils soient importés ou fabriqués se rapproche des 40 DA dans le meilleur des cas (sans marge)”.

Selon la même source “il est impossible de le toucher un masque en tissu conformee aux normes AFNOR à 40 dinars ou moins”, tout en précisant qu’à ce prix, et sans subvention, ça ne peut être “qu’un masque en tissu non conforme AFNOR”.

Donc, comment est-il possible de le plafonner à ce prix ? Selon plusieurs sources que nous avons contacté, la seule possibilité d’avoir des masques à ce prix “est d’exonérer ce produit de toutes les taxes, et de mettre en place un mécanisme très strict pour sa distribution et vente”.

Nous avons essayé de contacté le ministère de la santé pour avoir plus d’informations à ce sujet, mais toutes nos tentatives sont restées sans suite.

L’article 13 ter du même décret publié stipule aussi que “Tout administration, établissement recevant le public, ainsi que toute personne assurant une activité de commerce ou de prestation de services, sous quelque forme que ce soit, sont tenus d’observer et de faire respecter l’obligation du port de masque de protection, par tous moyens, y compris en faisant appel à la force publique”.

Le même article précise en outre que “tous les agents publics habilités sont tenus de veiller au strict respect de l’obligation du port de masque de protection”.

Enfin, le décret énonce dans son article 3 que “les personnes enfreignant les mesures de confinement, de port du masque de protection, des règles de distanciation et de prévention et les dispositions du présent décret, sont passibles de peines prévues par le code pénal”.

Continue Reading

Société

MDN: Plus de 680 kg de kif traité saisis dans plusieurs wilayas

Bouzid ICHALALENE

Published

on

Une opération toujours en cours par les élements de la gandarmerie nationale à Blida, a permis aujourd'hui l'arrestation de 12 narcotrafiquants et la saisie d'une immense quantité de kif traité s'élevant à onze (11) quintaux et vingt (20) kilogrammes rapporte un communiqué du ministère de la défense (MDN).
Crédit photo: DR | éléments de la gendarmerie nationale saisissent une importante quantité de drogue

Plus de 680 kilogrammes de kif traité ont été saisis à Naâma, Relizane, Blida et Ain Defla par un détachement de l’Armée nationale populaire (ANP) et des éléments de la Gendarmerie nationale, indique samedi un communiqué du ministère de la Défense nationale (MDN).

“Dans le cadre de la lutte contre la contrebande et la criminalité organisée, et dans le sillage des efforts continus visant à endiguer la propagation du fléau du narcotrafic dans notre pays, des éléments de la Gendarmerie nationale ont saisi à Ain Sefra (Naâma) et Relizane/2ème Région militaire 654 kilogrammes de kif traité, alors qu’un détachement de l’ANP et des éléments de la Gendarmerie nationale ont saisi à Blida et Aïn Defla/1ère RM, une autre quantité de la même substance s’élevant à 27 kilogrammes”, précise la même source.

Dans le même contexte, un détachement de l’ANP en coordination avec les éléments de la Gendarmerie nationale “ont saisi, à Bordj Bou Arreridj/ 5ème RM 5039 comprimés psychotropes, tandis qu’un détachement de l’ANP a déjoué une tentative de contrebande de 1320 litres de carburants à Tindouf/ 3ème RM, alors que deux (02) véhicules tout-terrain ont été saisis à In Guezzam/6ème RM”, ajoute le communiqué.

D’autre part, des éléments des Garde-côtes “ont déjoué à Béni-Saf et Mostaganem/2ème RM des tentatives d’immigration clandestine de 43 individus à bord d’embarcations de construction artisanale”, conclut la même source.

Avec APS

Continue Reading

Tendances

INTER-LIGNES

GRATUIT
VOIR