Connect with us

Politique

Installation d’un Comité directoire “en charge de la gestion des œuvres universitaires”

Feriel Bouaziz

Published

on

Un Comité directoire “en charge de la gestion des œuvres universitaires” a été mis en place jeudi 11 février à Alger au niveau du ministère de l’Enseignement supérieur et de la recherche scientifique pour une durée déterminée, rapporte l’APS.

En effet, le Comité susmentionné est constitué de quatre membres et sera pour l’instant en charge de “générer les œuvres universitaires” le temps nécessaire de mettre en place un nouveau directeur général de l’Office nationale des œuvres universitaires (ONOU), a annoncé Nouredine Ghouali, secrétaire général du ministère et l’initiateur de ce comité.

Par ailleurs, le comité englobant quatre membres a deux représentants du ministère de l’Enseignement supérieur et de la recherche scientifique, Mustapha Tebib et Smail Inzaren ainsi que deux autres membres de l’ONOU, à savoir Abdelmadjid Ammour et  Mohamed Benguettaf.

Notons, que lors d’un discours prononcé à la cérémonie du Comité, Nouredine Ghouali a encouragé les quatre membres ci-dessus de faire preuve de “rigueur dans la gestion des œuvres universitaires en cette conjoncture sensible et exceptionnelle“, et surtout de réaliser “ une évaluation de la situation“.

M.Ghouali ajoute également, qu’il faut impérativement recourir a “une feuille de route consistant à prendre des mesures rigoureuses en matière d’amélioration de la prise en charge des étudiants dans les résidences universitaires“, en matière de restauration, sécurité et confort.

En outre, du côté des membres du Comité directoire, ces derniers ont pour ambition d'”améliorer les prestations des œuvres universitaires, notamment en ce qui concerne les conditions d’hébergement, de restauration et de transport des étudiants”.

Pour rappel, l’installation de cette commission provisoire intervient au lendemain du limogeage du directeur Général de l’office national des œuvres universitaires (ONOU), Bachir Derouaz.

Il est à rappeler également que la cause de ce licenciement fait suite à la terrible tragédie survenue le samedi 6 février à la cité universitaire de Ouled fayet 2 qui a engendré le décès de l’étudiante Bekkouche Nacéra, morte à cause d'”un court circuit”.

Depuis, sa mort a levé le voile sur les conditions exécrables dont souffrent bon nombre d’étudiants et a suscité l’indignation, l’émoi et la consternation de l’opinion publique.

Continue Reading
Comments
INTER-LIGNES

GRATUIT
VOIR