Suivez-nous

Politique

Importation de blé impropre: des mesures judiciaires “seront engagées”

Meriem Nait Lounis

Publié

le

Le ministre de l’Agriculture et du Développement Rural, Hamid Hamdani, a affirmé ce matin que des mesures judiciaires “seront prises pour situer les responsabilités de tout un chacun” dans l’affaire de l’importation de blé impropre à la consommation.

Hamid Hamdani a déclaré lors de son passage sur l’émission de la Radio nationale, l’Invité de la rédaction, que les offices interprofessionnels “ont échoué dans leur mission”. Le ministre a ajouté que ces offices ont été créés dans le but de servir d’appui à la production et à la gestion des produits agricoles stratégiques, ils se sont reconvertis en centrales d’achat ce qui a obligé les pouvoirs publics à “les remettre en cause et à examiner l’opportunité de créer une Autorité de régulation de l’approvisionnement des produits de large consommation soutenus par l’Etat”.

Le responsable a indiqué que cette autorité s’occupera de la stabilité du marché local et, notamment, elle devrait être chargée du suivi du marché mondial des produits tirés de l’agriculture et de l’élaboration d’un modèle national de consommation.

Compte tenu de la dépendance de l’Algérie de certaines productions agricoles stratégiques, le chargé du secteur agricole a estimé qu’il va falloir “changer de fusil d’épaule” , et ce, en développant les potentialités agricoles que comprennent les zones Sahariennes. Ce programme est sur le point d’être opérationnel et va “être chargé de piloter l’Office de l’agriculture Saharienne”.

A ce sujet, le responsable a évoqué l’exemple des expériences agricoles entreprises par des investisseurs privés dans le Sud algérien, en particulier le maïs. Il a ajouté qu’”à partir d’une production étalée sur 79 hectares, pendant une année, cette superficie est rapidement passée à 10.000 hectares”.

Hamid Hamdani a indiqué que, “pour une fois”, tous les aspects relatifs aux débouchés des produits récoltés par ces investisseurs, leur transport, leur réception et leur traitement ont été pris en charge.

Pour rappel, l’affaire de l’importation de blé impropre a précipité le licenciement du PDG l’Office interprofessionnel des céréales (OAIC).

Lire la suite
Publicité
Commentaires