Connect with us

Société

Ils ont répondu favorablement à l’appel de la CSA: Les travailleurs en grève dans plusieurs villes du pays

Le pouvoir se retrouve désormais de plus en plus embringué dans ses entourloupes. La mouvement de protestation devient protéiforme et les cris de colère des Algériennes et Algériens se font désormais entendre au-delà des marches populaires du vendredi. Des centaines de travailleurs ont répondu ce lundi à l’appel de la confédération des syndicats algériens (CSA) qui a appelé depuis une semaine à une grève générale, et sont sortis massivement pour réitérer les principales revendications que le peuple n’a eu de cesse de réclamer depuis plus de huit mois. 

Avatar

Published

on

Conscient que seuls le renforcement du hirak et la poursuite du combat pacifique pour une Algérie libre et démocratique, le peuple décide d’étendre ses marches au delà de celles du vendredi. L’appel à la grève lancée par le CSA a été largement suivi dans plusieurs villes du pays.

A Alger, Tizi Ouzou, Béjaia, Bouira ou encore Sidi Bel Abbès, les manifestations sont imposantes. Les cris des grévistes ont fusé mêlés au slogans habituels “Etat civil et non militaires”, “Ya Didouche ya Amirouche, cette année on ne vote pas”, “organisez les élections aux Emirats ou dans vos casernes”. La mobilisation populaire qui, s’amplifie de jour en jour, pèse sur le pouvoir en place comme une épée de Damoclès. Cependant, en dépit de la forte pression que le peuple lui fait subir, le régime en place continue à battre froid les aspirations populaire et s’obstine à faire passer sa feuille de route envers et contre tous. Une obstination qui ne fait, hélas, que faire perdurer la crise politique dont les retombées risquent de frapper en plein fouet tous les secteurs, notamment celui de l’économie.

Dans la capitale, plusieurs dizaines de personnes ont répondu à l’appel de la CSA. Des groupes de citoyens se sont rassemblés à place des Martyrs où ils ont scandé les slogans habituels du hirak réclamant le départ du pouvoir et rejettent par la même occasion les élections et dénonçant la corruption tels “makach intikhabat maâ el issabat (pas d’élections avec les bandes), “yel khawana ba3tou lel bled”, (traitres vous avez vendu le pays).

A noter que des organisations de la société civile et partis politiques ont apporté leur soutien à la grève, parmi lesquels RAJ, la Ligue algérienne de la défense des droits de l’Homme (LADDH), et les partis du pacte des forces de l’alternative démocratique.

 

Société

Coronavirus : 463 nouveaux cas et 7 nouveaux décès

Yasmine Marouf-Araibi

Published

on

© DR | Coronavirus

463 nouveaux cas confirmés de coronavirus ont été enregistrés durant les dernières 24h en Algérie, selon le bilan de ce lundi 6 juillet .

Ce bilan qui porte à 16404 le nombre total de cas confirmés représente un nouveau record journalier de contaminations.

S’agissant du nombre de décès , celui-ci a atteint un total de 959 après le recensement de 7 nouveaux cas ces dernières 24h.

En outre, 392 nouveaux cas de guérisons ont été signalés ce lundi. Ainsi le nombre total de personnes guéries s’élève à 11884.

Enfin, pour les patients qui se trouvent actuellement en soins intensifs, le bilan d’aujourd’hui indique que leur nombre est de 51.

Continue Reading

Politique

Benbouzid : le retour au confinement sanitaire “n’est pas à l’ordre du jour”

Avatar

Published

on

By

© DR | Le ministre de la Santé, Abderrahmane Benbouzid

Le retour au confinement sanitaire “n’est pas à l’ordre du jour”, a affirmé lundi à Alger le ministre de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière, Abderrahmane Benbouzid, précisant toutefois que cette mesure n’est pas totalement exclue et sera ciblée dans les localités qui verront une “propagation importante” des cas de contaminations au Coronavirus.

“Le retour au confinement sanitaire n’est pas à l’ordre du jour. Néanmoins, nous avons des instructions que si une wilaya, une commune ou une daïra enregistre une propagation importante du virus représentant une menace sanitaire pour les citoyens, il n’est pas exclu que le Premier ministère opte pour un confinement ciblé dans des régions qui verront une progression importante des cas de contaminations au Coronavirus. Cela étant, nous ne souhaitons pas en arriver là”, a déclaré le ministre.

S’exprimant lors d’un point de presse, en marge de la cérémonie de réception d’un don de kits médicaux destiné aux malades atteints au Coronavirus, au siège de son département ministériel, M. Benbouzid a indiqué qu’il n’encouragerait pas cette mesure ayant déjà été appliquée avant d’être levée.

Tout en reconnaissant un “rebond des cas de contaminations en Algérie, à l’instar du reste du monde où la progression est beaucoup plus importante”, M. Benbouzid a imputé cette situation à de “multiples raisons” dont notamment “le non-respect des mesures de précaution et de prévention”, rappelant que “le nombre des affections évolue conséquemment à la multiplication du nombre de tests”.

“Ce qui nous préoccupe le plus, ce sont davantage les décès et, fort heureusement, nous enregistrons moins de cas qu’au départ où nous avions recensé 30 décès. Ceci, bien qu’on en soit aujourd’hui à plus de 400 contaminations/jour au Coronavirus. Aussi, nous œuvrons pour soigner nos malades afin de leur éviter qu’ils meurent du virus”, a-t-il expliqué.

Interrogé, par ailleurs, sur les tests à base de scanner, le ministre de la Santé a démenti “toute interdiction” de recourir à ce moyen qu’il a qualifié de “pas entièrement fiable”, appelant à privilégier plutôt les examens cliniques.

Continue Reading

Société

Testés positifs à la Covid-19 après leur retour d’Algérie : énigmatique contamination d’une vingtaine de binationaux

Melissa NAIT ALI

Published

on

© DR |
© DR | énigmatique contamination d’une vingtaine de binationaux


Une vingtaine de binationaux rapatriés récemment d’Algerie sont testés positifs à la Covid-19 à leur arrivée en France. Ils sont, selon les infectiologues français cité par les médias locaux, admis dans les hôpitaux de l’hexagone, dont certains sont dans un état grave.


En effet, selon le quotidien français Libération, environ une vingtaine de personnes ayant séjourné récemment en Algérie « sont atteints du nouveau coronavirus ». « Ils font craindre une recrudescence des cas d’infection dans le pays», souligne le journal en citant les témoignages de plusieurs médecins.

Ces derniers affirment que, depuis le 29 juin dernier, ces malades sont hospitalisés dans plusieurs grands établissements parisiens, Pitié-Salpêtrière, Tenon, Saint-Antoine, Bichat, mais aussi à Lyon, Marseille, Grenoble et Reims.

«Si l’on en juge par leur état au moment de leur prise en charge, ils étaient déjà malades quand ils ont pris leur vol de rapatriement : au moins trois sont en réanimation et un est décédé », précise un des médecins.

Vu l’importance des flux de populations entre la France et l’Algérie durant l’été, ajoute-t-il, « il est urgent de prendre des dispositions pour éviter que le virus ne recommence à circuler à bas bruit».

Une autre source d’inquiétude pour l’Algérie

Les médecins français mettent en cause le relâchement en matière de respect des mesures de prévention. Cas, argumentent-ils, « les ressortissants de l’Union européenne ou les Algériens y résidant légalement ont la possibilité d’embarquer sur un vol ou un bateau à destination de la France avec pour seule contrainte le port du masque durant leur voyage de retour ».

«Ils font redémarrer l’épidémie artificiellement avec les voyageurs ! En février, c’était la même histoire avec les Chinois. A croire que les autorités n’apprennent rien. Avant d’être hospitalisé, les malades ont le temps de contaminer pas mal de monde, à commencer par leur famille restée en France. Le Covid, c’est décidément l’épidémie de la pénurie et de la bêtise», s’emporte un autre médecin

Cette situation est confirmée par direction générale de la santé française (DGS). Selon cette structure, sur les 310 nouveaux cas identifiés depuis le 15 juin, «au moins 13 avaient voyagé à l’étranger ou étaient rapatriés de différents pays : 6 d’Algérie, et respectivement 1 d’Afghanistan, Congo, Côte d’Ivoire, Egypte, Pakistan, Roumanie, Serbie».

Si cette situation inquiète les autorités françaises, ces cas sont aussi une source d’inquiétude pour l’Algerie. Et pour cause, ces personnes sont restées bloquées en Algérie pendant de longs mois en raison de la fermeture des frontières.

Leurs familles et leurs entourages pourraient aussi avoir chopé le même virus et ils risquent de le propager encore davantage dans le pays. Les autorités sanitaires réagiront-elles à cette information ? Chercheront-elles les familles des concernés pour les soumettre à des tests

Continue Reading

Tendances

INTER-LIGNES

GRATUIT
VOIR